in ,

DRM – La fin d’une controverse chez Oculus

Les DRM sont censé empêché le piratage des jeux de l'Oculus Rift

La désormais célèbre entreprise Oculus Rift a récemment changé ses DRM qui empêchaient d’utiliser des jeux Rift si le programme ne détectait pas le casque d’Oculus, bloquant le programme très populaire Revive. Cette mise à jour avait causé un scandale parmi les utilisateurs sur le net.

La société de réalité virtuelle Oculus a lancé une opération de rétropédalage sur ses DRM. Les Digital Management Rights sont un ensemble de systèmes protégeant les droits d’auteur du constructeur. Ces dernières ont été changées en avril, la mise à jour vérifiait si un casque Oculus Rift était bien connecté à l’ordinateur. Si cela peut paraître anodin pour un utilisateur de base, mais ce changement a eu des effets inattendus.

Une des caractéristiques de l’écosystème de la réalité virtuelle est qu’il est né à l’époque où l’internet du partage est roi. Une partie de cette culture est celle de l’Open Source, des communautés de développeurs en réalité virtuelle se sont très rapidement rassemblées dans des associations, des hackathons, dans des start-ups ou des studios. De cette culture sont sortis de très nombreux projets, un des plus populaires est le programme Revive. Il permet de jouer sur le Vive à des jeux du Rift.

Logo du programme Revive mis à mal par les DRM du Rift

Une mise à jour des DRM contestée

La mise à jour des DRM a bloqué l’utilisation de ce programme, les réactions sur le Net ont été immédiates : les internautes ont exprimé leurs colères et ont vivement critiqué la politique d’Oculus. De plus, un des créateurs du programme et membre de Libre VR a contourné les DRM en 24 heures et a rendu de nouveau compatibles certains jeux du Rift pour le Vive. C’est donc après un court scandale que la compagnie de Facebook a décidé de revenir en arrière.

La culture du partage et de l’open source fait partie des fondations du monde de la réalité virtuelle, c’est pourquoi des annonces de sorties exclusives sur une des plates-formes irritent les différentes communautés de développeurs et de gamers. Ces derniers prônent une culture de l’ouverture qui est partagée par le conglomérat OSVR qui en a fait son mode opératoire. L’avenir des modes de développement de la réalité virtuelle reste inconnu, mais l’Open Source en fera forcément partie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.