in , , ,

Allison Road : Le successeur de PT en VR annulé

Allison Road VR

Allison Road, c’est le titre du jeu d’horreur en réalité virtuelle du studio indépendant Lilith qui revient vers nous pour nous annoncer la triste nouvelle de son annulation pure et simple. C’est par un simple message posté sur le réseau social Tweeter que l’information nous est parvenue.

Annoncé en 2014, PT était le projet fou de Hideo Kojima, célèbre créateur de la saga de jeux vidéo Metal Gear Solid et de Guillermo Del Toro réalisateur à qui l’on doit des films tels que Le labyrinthe de Pan ou encore Pacific Rim. Censé être le nouvel opus de la série horrifique Silent Hill, le projet prometteur aura été annulé dans l’œuf très tôt. Une démo à 700 dollars sur Playstation 4, c’est tout ce qui reste aujourd’hui de ce jeu. Supprimé du PS Store, les quelques exemplaires de consoles avec encore la démo se vendent sur Internet à des prix exorbitants.

Allison Road VR

Mais les fans abattus par cet annonce auront finalement pu se rabattre sur un autre projet se voulant être le successeur spirituel du projet : Allison Road. Après une vidéo de présentation fort intéressante reprenant le style graphique ultra réaliste, les idées de gameplay et l’ambiance léchée du jeu de base, c’est la douche froide. Allison Road vient d’annoncer son annulation au travers d’un message sur Tweeter. « Bonjour à tous, malheureusement Allison Road a du être annulé. Des explications arriveront dans les prochains jours. Merci à tous pour votre soutien nous sommes vraiment triste d’en arriver là. »

Le projet issu d’un kickstarter avait rencontré un grand succès et le studio Team 17 s’allia avec Lilith pour mener à bien le jeu. Profitant de la réalité virtuelle et du casque Oculus Rift et Playstation VR, le jeu avait toutes les cartes en main pour offrir une expérience terrifiante à souhait. Accusé de plagiat? Soucis techniques ou financiers ? Les raisons possibles de son avortement sont nombreuses et pour le moment sans réponse, il faudra attendre les explications officielles de Lilith Studio qui ne devraient pas tarder à montrer le bout de leur nez.

Allison Road : Un des premier gros échec en VR ?

Cela pourrait bien être l’un des premiers gros échecs en réalité virtuelle. Il est plutôt rare pour l’heure de voir des projets dans ce secteur échouer. L’on évoque principalement et vous avez sans doute du le constater en lisant les articles sur notre site, la création de nouvelles start-up et de nouveaux projets aux financements plus ou moins gros. Et Allison Road faisait clairement partie de ces gros projets aux financements importants. Il est aisément possible de s’imaginer les raisons d’un tel échec pour la firme. Développé un jeu de ce type avec la réalité virtuelle est certes parfaitement adapté mais c’est se rendre en terre inconnue. Le marché n’étant pas encore stable et la qualité graphique impressionnante couplée à une expérience VR pose de véritables questions techniques qu’il faut résoudre.

Allison Road VR

Vers des jeux plus simples ?

Se lancer aussi tôt dans un projet aussi ambitieux sur un marché, certes porteur, mais pas encore stabilisé est un pari risqué. Peu de gens sont équipés de casque de réalité virtuelle, encore moins avec les plus performants comme l’Oculus Rift et l’HTC Vive. Il faut également prendre en compte que le jeu vidéo d’horreur touche un public qui, sans être un public de niche, est relativement restreint. La VR peut-elle s’adapter à des jeux triple A ? C’est une question à se poser, il est difficile d’identifier les besoins du secteur aujourd’hui quand l’indépendant et les grosses productions se rejoignent de plus en plus. Quand il devient compliqué de cerner la frontière entre les deux. Il est cependant important de noter qu’Allison Road n’était pas uniquement compatible en VR et qu’il était donc tout à fait possible d’y jouer avec un simple écran (pour une expérience que l’on suppose cependant de qualité moindre).

Un autre facteur non négligeable à prendre en compte est la durée des sessions. Pour le moment la réalité virtuelle est uniquement adaptée aux courtes sessions, c’est un usage qui peut être fatiguant, surtout couplé à une expérience aussi intense qu’un jeu d’horreur.

L’heure des grosses productions en réalité virtuelle n’est sans doute pas encore là, et nous ne pouvons qu’espérer qu’un jour elles feront leur apparition, quand le marché aura véritablement pénétré le cœur des foyers et que les technologies auront davantage évolué mais pour le moment l’usage du casque semble cantonner aux expériences, certes de qualité, mais de courtes durée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.