Accueil / Secteurs d'applications / Industrie / Areva met la réalité augmentée au service de la sécurité nucléaire

Areva met la réalité augmentée au service de la sécurité nucléaire

areva, ar, sécurité nucléaire, tqc, industrie
© MKDIR-INFORMATIQUE

Le géant de l’industrie nucléaire Areva a reçu un prix de la Société Française d’Énergie Nucléaire (SFEN) jeudi 29 juin. Ce prix récompense le projet TQC2, qui utilise la réalité augmentée pour faciliter des opérations de contrôle.

Le prix SFEN de l’Innovation Technologique a été attribué à Areva pour le projet TQC2 lancé en 2015 par l’équipe New Areva et Areva NP. Le projet combine l’utilisation d’une tablette tactile et de la réalité augmentée via un modèle 3D.

Gain de temps et de fiabilité : comment Areva utilise la réalité augmentée pour ses opérations de contrôle

areva, sécurité nucléaire, ar, industrie, centrale nucléaire, tqc
© Adultimagroup

S’il est un domaine où la sécurité est une priorité, c’est bien l’industrie nucléaire. Des opérations de contrôle de conformité sont effectuées en permanence pour prévenir tout incident. Et ces contrôles sont particulièrement importants au cours de la construction d’une centrale nucléaire. Histoire par exemple d’éviter un nouveau Tchernobyl.

Afin d’effectuer les opérations nécessaires, les équipes d’Areva New et Areva NP ont développé le projet TQC2. Ce sigle signifie « Tel que construit » soit le modèle 3D de ce qui est prévu et « Tel que conçu » soit la réalité du terrain.

Une tablette et une application 3D suffisent à effectuer les contrôles

Le contrôleur utilise une tablette tactile sur laquelle est implémenté le projet modélisé en 3D. Il compare avec ce qui est en cours de construction. Il peut ainsi vérifier en temps réel qu’il n’y a pas de décalage entre les deux. Et bien sûr avertir les équipes s’il y a besoin de faire des corrections.

Un algorithme de calage a été développé par le Commissariat à l’Énergie Atomique et intégré par la start-up Diota Soft. Il permet de reconnaitre les formes du modèle 3D dans le flux vidéo de la caméra. Les éléments à contrôler sont déclarés comme une check-list. L’opérateur est donc sûr de ne rien oublier. Sur le terrain, il enregistre la conformité ou non de chaque équipement et peut également produire son rapport beaucoup plus rapidement.

Au final, l’utilisation de la réalité augmentée permet ici de gagner du temps et d’obtenir des résultats plus précis. Une application concrète de ce que peuvent apporter les réalités alternatives à l’industrie.

 

Sources & crédits Source : http://www.areva-np.com/businessnews/liblocal/docs/3_Actualites/CP/CP_Prix%20AREVA_PrixSFEN-29062017.pdf - Crédit :

Send this to friend