Social – Perspectives et intérêt dans la RV/RA

Réalité virtuelle social

La réalité virtuelle et la réalité augmentée vont forcement changer nos échanges sociaux actuels et le monde social va clairement prendre une nouvelle dimension avec ses nouvelles technologies, comme a pu le faire l’arrivée du smartphone et du PC dans notre monde, le social est toujours un élément qui prend tout ce qu’il peut d’une nouvelle technologie, ne dit-on pas d’ailleurs que l’homme est avant tout un être social. Mais regardons ensemble qu’elles sont les perspectives de la RV et de la RA pour le social.

De la science fiction à la réalité réelle

“Les casques de VR valent entre 100 et 700 euros en fonction de leur niveau de qualité. C’est moins qu’un smartphone. Or en sept ans, 3 milliards de smartphones se sont écoulés dans le monde. C’est à peu près le temps que va mettre la VR à entrer dans les foyers”, annonce Philip Rosedale, fondateur du réseau social 3D Second Life et de la start-up High Fidelity. Ce dernier souhaite d’ailleurs créer un monde virtuel à la Sims dans la ville de Paris afin que la plèbe puisse passer ses heures de loisir à vivre dans le plus pur fantasme virtuel avec l’aide de casque de réalité virtuelle, tout en partageant, en échangeant avec d’autres, en créant du lien social via un avatar. La réalité virtuelle pensée ainsi donnerait des applications ressemblant au MMORPG sans aucune dimension ludique, ne gardant que le social poussant l’utilisateur à jouer le social, à faire en sorte d’être le mieux habillé, pour paraître dans un monde où l’on n’échangerai plus avec des gens, mais avec leurs avatars fantasmés.

Réalité virtuelle social

Nous avons déjà vu ce genre d’application dans de nombreuses œuvres de science fiction et aujourd’hui il semble que ce pitch fictionnel puisse devenir une réalité dans très peu de temps. Ces œuvres nous ont aussi montré les déboires qu’une telle application pourrait apporter, l’un d’eux étant le délaissement de la vie réelle pour un investissement extrême dans son avatar virtuel et dans ses amitiés fantasmées. Sans compter le nombre important de désillusions que ce genre de système apporte, si déjà aujourd’hui l’on peut être frustré de découvrir la différence entre une photo de profil Facebook et une personne réelle, imaginez la désillusion du passage d’un avatar virtuel à une personne réelle.

Une arrivée dans le social ?

Mais bien sûr ce cas de figure est l’un des pires cas que l’on peut imaginer dans la relation de la réalité virtuelle avec le social. Pour certains, cette dimension n’est même pas assurée de voir le jour, Matthieu Lépine, président de l’Association française de réalité virtuelle, augmentée, mixte et d’interaction 3D (AFRV), affirme d’ailleurs que “ce n’est pas parce que l’on a désormais les capacités techniques de créer des réseaux sociaux qui fonctionnent de pair avec la VR et que le grand public sera prochainement équipé de casques que l’usage va suivre. Les réseaux sociaux permettent à leurs utilisateurs de se connecter plus facilement à leurs contacts. Les acteurs du marché de la réalité virtuelle essayent actuellement de comprendre si elle ajoutera un vrai plus à cette fonction de base, ou si elle va rester un gadget de geek”. Il est tout de même difficile de croire que le grand public ne sera pas prochainement plongé dans la réalité virtuelle sociale, mais pas forcement parce qu’il en aura envie, non, ce n’est pas forcement l’utilisateur qui va désirer ardemment de lui même utiliser la réalité virtuelle pour le social.

C’est déjà là : Beloola

Réalité virtuelle social

Un tel système existe déjà dans la création du studio V-cult qui a créé le service social Beloola et qui rassemble presque tout ce qui a été cité plus haut. “Les utilisateurs de notre réseau social en réalité virtuelle Beloola peuvent discuter vocalement, par chat, se déplacer les uns par rapport aux autres dans un espace numérique”, explique Samuel Mound, manager produit et marketing.

Soulignons le fait que la VR ne peut avoir une dimension sociale que d’avatar à avatar, car beaucoup ont déjà rêvé de faire un skype en réalité virtuelle où l’on pourrait non plus voir son interlocuteur via une webcam mais le voir comme s’il était face à nous. Oui, mais un problème s’impose, comment voir son interlocuteur si ce dernier porte un casque de réalité virtuelle pour vous voir porter un casque de réalité virtuelle… Un petit problème qui rend ce genre d’échange impossible, grand mère ne pourra pas voir ses petits enfants éloignés en VR sans avoir l’air complètement stupide. Ou alors il faudra que l’un voit l’autre sans que l’autre ne porte un casque, mais ce genre de compromis ne fait pas bon ménage dans les échanges sociaux virtuels.

Forger un terreau pour la réalité virtuelle et augmentée

C’est peut être de façon bien plus insidieuse que la réalité virtuelle va s’imposer dans le social, non pas par le désir direct des utilisateurs mais par l’influence des entreprises sur leurs désirs, en faisant naître la demande chez eux par un marketing habile. Etape par étape le monde goûte et prend goût à la réalité virtuelle, que se soit via les cardboards à bas prix, où le casque mobile de Samsung, ou encore par l’inondation de vidéos et photos 360° sur le net, la réalité virtuelle ne vient pas sur le marché comme une fleur, mais de façon stratégique, presque comme une invasion militaire chirurgicale.

Réalité virtuelle social

Samsung est l’un de ceux ayant construit son marché avec une finesse bien pensée, d’abords un casque à bas prix, utilisable par leur clientèle ayant un portable de la marque mais aussi comme le meilleur point d’entrée pour les nouveaux consommateurs de RV qui n’iront pas vers un bas de gamme comme le Google Cardboard mais qui ne sont pas encore assez conquis pour acheter un monstre comme le Rift ou le Vive. Puis vient très vite pour Samsung tout une gamme gravitant autours de leur casque, la Gear 360, caméra 360° qui permettra à tous de filmer ou photographier une scène en 360° afin de rapidement la partager sur les réseaux sociaux. Puis s’ajoute déjà trépieds et autres gadgets et même un casque sonore haut de gamme pour réalité virtuelle. Le Gear VR est déjà utilisé par de nombreux utilisateurs et doit rendre fier Facebook.

L’effet de mode

Nous mettons alors le doigt sur une autre dimension sociale de la réalité virtuelle et augmentée, une dimension que les entreprises sont en train de construire et faire naître en nous, l’effet de mode. Similaire à la stratégie marketing des produits Apple, la réalité virtuelle va se galvaniser très vite de l’effet de mode, du besoin du consommateur d’avoir la main sur le dernier modèle, de pouvoir partager non plus ses photos et vidéos dans le format vieillot et plat de l’avant 2016, mais en 360°. Guillaume Berlemont, directeur marketing produits et mobilité chez Samsung, ne pèse pas ses mots et montre sa complète conviction“Le développement des réseaux sociaux a été boosté par le partage de photos. Les selfies de demain seront des photos et même des vidéos réalisées à 360°, dans lesquelles les internautes pourront plonger totalement s’ils sont équipés d’un casque de réalité virtuelle”. 

Réalité virtuelle social

Remarquez le choix de mot d’un marketing habile “s’ils sont équipés d’un casque de réalité virtuelle”, déjà l’on sent la volonté de sous entendre un retard sur le monde si un utilisateur n’a pas son casque, déjà l’on voit se profiler une obligation sociale d’avoir son casque RV. L’effet viral des premiers partages en 360° va pousser, comme une boule de neige, la plèbe a désiré avoir son casque. Les géants du net, le GAFA notamment (dont nous vous parlons longuement ici) poussent déjà les utilisateurs à vouloir des casques, le Game of VR a commencé et le jeu pour les vendeurs ne sera pas de créer l’offre mais de faire monter insidieusement la demande et rien de tel que l’effet de mode, que l’influence sociale, déversée dans les réseaux sociaux, pour créer cette demande artificielle et contrôlée.

Le poids social s’est déjà construit, l’effet de mode est là, tout le monde veut montrer sa vidéo ou sa photo en 360° et tout le monde veut les voir avec un casque VR et se désir n’est pas le notre mais bien celui des entreprises. “Les applications dans le domaine du marketing sont très importantes. Les contenus VR seront mis en valeur dans les fils d’actu des réseaux sociaux. Du moins au début, le temps que ‘l’effet whaou’ se dissipe”, nous dit Matthieu Lépine.

Le prophète de la réalité virtuelle : Mark Zuckerberg

Le plus grand prophète de la réalité virtuelle n’est autre que Mark Zuckerberg, le leader de Facebook, qui a acheté sans hésiter pour des milliards l’Oculus Rift. Zuckerberg le dit sans détour : “la réalité virtuelle va être la plateforme la plus sociale”. Nous vous laissons lire attentivement ce que pense et désire Mark Zuckerberg par rapport à la réalité virtuelle dans cet article.

Réalité virtuelle social

Avec la réalité virtuelle, vous pourrez vous asseoir près d’un feu de camp avec vos amis, quand vous le voulez, ou voir un film au cinéma, avec eux. Assister à une réunion ou à un événement, n’importe où dans le monde,” décrit-il. “Tout cela est possible et c’est pour cela que Facebook investit autant dans la réalité virtuelle dès à présent. Pour que nous puissions délivrer ce nouveau type d’expérience sociale,” déclare-t-il. Sous entendu : Mark pense que la réalité virtuelle est la prochaine étape d’échanges sociaux virtuels et il ne veut pas être absent de cette révolution. C’est aussi cet homme qui investi sans cesse dans la réalité virtuelle et qui fait tout son possible pour que les personnes inscrites sur Facebook, le plus grand réseau social au monde, soit en contact avec la réalité virtuelle, cela en créant une plateforme sur le réseau social qui permet de poster des vidéos 360° mais aussi en investissant stratégiquement de l’argent dans des innovations et entreprises RV. Mais surtout, le leader de Facebook n’a de cesse de passer de convention en convention, de scène en scène pour professer et convaincre de la grandeur de la réalité virtuelle, passant plus dans la propagande que dans l’information.

Réalité virtuelle social

Tout le monde connait cette fameuse photo qui a fait tant de bruit, où l’Homme passe entre les hommes plongés dans Son monde virtuel, comme un mégalomane contrôlant insidieusement les esprits. Cette jolie fable n’est pas forcement éloigné de la réalité et les projets de Facebook dans la dimension sociale de la réalité virtuelle sont certains. Pour Zuckerberg le futur, se sera que chacun puisse diffuser en temps réel, et en vidéo immersive, ce qu’il est en train de réaliser, “pour que ceux à qui nous tenons, amis, parents, puissent vivre l’expérience comme s’ils étaient là avec nous,” annonce-t-il. En somme l’objectif de Zuckerberg est de créer un réseau social, le sien bien sûr, où le monde se plongerait dans une constante télé-réalité, en direct, où les gens ne suivraient plus des stars sur twitter ou Facebook, mais vivraient 24h/24 avec une personne, dans sa vie de tous les jours, à ses côtés, une forme de social-virtual-porn, où la plèbe vivrait par procuration dans la vie d’un autre. Une vision bien ombrageuse du futur, mais on ne sait jamais, le potentiel humain est assez grand pour ça.

Réalité virtuelle social

Zuckerberg voit aussi une autre application pour la réalité virtuelle dans le social, revenons sur le fait qu’il est impossible d’utiliser la réalité virtuelle et ses casques de RV, pour discuter sur des applications comme Skype, et bien le leader de Facebook l’a bien compris et a trouvé une solution assez originale pour contourner le problème. Si nous ne pouvons pas utiliser un casque pour parler avec une autre personne portant un casque, nous pouvons tout de même parler avec un casque de réalité virtuelle avec quelqu’un d’autre, il faut juste qu’il ne porte pas un casque. La solution ? Les chatbot. Zuckerberg veut nous faire parler avec des chatbot via nos casques avec des avatars virtuels incarnant ce chatbot. Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est un chatbot, c’est une application, une intelligence artificielle, qui vous permet de discuter avec elle, vous lui posez une question et elle vous répond afin de créer des discussions fluides et réalistes. En somme, le chef charismatique de Facebook souhaite ardemment que nous nous plongions dans un virtuel total, casque RV + casque audio + visage virtuel + chat box, nous devrons, selon les rêves de Mark, passer nos temps libres à créer des discussions totalement virtuelles.

Réalité virtuelle social

Zuckerberg reste un homme passionné et avant-gardiste et ce genre d’innovation ne peut pas être entièrement mauvaise ou artificielle, d’après lui, son but est avant tout de densifier les liens sociaux : « Notre mission, c’est de connecter chaque personne », a-t-il dit, « de donner une voix à tous, de soutenir le libre échange d’idées et de cultures entre les nations. Internet nous a permis de partager plus d’idées qu’à aucun autre moment dans l’histoire de l’humanité ».

Les bons côtés

Mais voilà bien des versions pessimistes de l’avenir de la réalité virtuelle dans le social, n’oublions pas que la RV va aussi permettre de passer des idées de façon bien plus engageante, permettant par exemple de se mettre dans la peau d’un autre et comprendre ses souffrances, créant ainsi plus facilement un beau morceau de social, l’empathie. Un autre bon point est assez paradoxal, mais permettra d’avoir du contenu bien plus proche de la vérité. En effet, dans un monde où tout est retouché via photoshop ou effets de style, la 360° permet de voir une photo et une vidéo dans son intégralité, dans son milieu naturel au plus prêt du réel alors que nous sommes dans plongé dans une périphérique virtuelle. Il sera bien plus dur de retoucher du contenu 360° qu’une simple photo et les profils sociaux auront alors du contenu plus proche du réel.

La réalité augmentée et les interactions sociales

Réalité virtuelle social

Parlons aussi de la réalité augmentée, qui va dans quelques années bouleverser les échanges sociaux directs. Le but de la RA est de mettre des informations virtuelles sur le réel et en rapport à ce dernier, en temps réel, que vous seul pouvez voir. Si dans l’idée qu’aujourd’hui nous avons tous un profil virtuel, une sorte de biographie numérique (c’est un fait, les réseaux sociaux comme Facebook vivent de la vente de nos profils, de l’historique de notre vie et en retire peut être plus d’argent que les annonces placées sur ces sites sociaux), il est évident que la réalité augmentée nous permettra d’accéder à ses informations sur nos interlocuteurs, en direct. Imaginez, vous croisez une belle femme dans la rue et votre curiosité est piquée au vif, via votre casque RA vous pouvez accéder à son profil, son nom, son adresse, ses photos de vacances, son métier, son statut social, les amis en commun, le fait qu’elle soit en couple ou non. Mais jusqu’à quel point les informations seront accessible et surtout par qui, certains services se créeront assurément et les plus chers devront avoir le plus d’informations possibles. Un cadre en entreprise pourra alors savoir en direct la situation de celui qu’il va, ou non, engager. Casier judiciaire ? Dette ? Enceinte ? Les vendeurs en magasin auront accès un vos profils clients, avec vos goûts d’achat, leur permettant de vous proposer le meilleur.

Conclusion

Il est clair que la RV et la RA vont impacter le social et ce peut être très intensément et pour très longtemps, l’accès à l’informations sera plus rapide et plus importante, voir même distribuée de façon inégale, les mondes persistants virtuels vont avaler la vie sociale de nombreux utilisateurs, comme le fait Facebook aujourd’hui, augmentant toujours plus la densité de fantasme et de création d’un profil virtuel éloigné de la réalité où se créeront des marchés virtuelles conçus pour galvaniser ce travestissement. Mais il y a aussi des bons côtés, pouvoir accéder à un monde qui peut aussi être plus près du réel en le retranscrivant sans le dénaturer ou même permettre de se plonger plus intensément dans la vie d’un autre, pour comprendre ses maux et son histoire, créer un lien empathique avec lui et un soutien émotionnel. Bien sûr il ne faudra pas se noyer dans des dérives comme la télé-réalité virtuelle où le monde se plongerait dans des icônes en suivant leur vie 24h/24, oubliant la leur.

Nous n’échapperont pas à cet impact social, que nous le voulions ou non, la réalité virtuelle et augmentée va investir le domaine social virtuel, des hommes comme Mark Zuckerberg ont déjà de grands plans en marche pour ça et nous pousse déjà vers cette réalité en faisant de ce nouveau device l’effet de mode à ne pas manquer et à partager de façon virale pour toucher tout le monde. C’est à nous de ne pas suivre aveuglement les désirs des gros pontes comme les GAFA, les géants du web et à détourner leurs désirs pour avoir les nôtres, en utilisant intelligemment cette nouvelle technologie au niveau social, qui a un grand potentiel pour l’embellir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *