in , ,

Porno VR – Interview avec Ghislain Faribeault de chez Marc Dorcel

Porno Dorcel Interview 1

Nous avons pu nous entretenir avec Ghislain Faribeault, vice-président Media chez Marc Dorcel, qui a, il y a peu, fait une entrée réussie dans le porno en réalité virtuelle.

Rendez-vous chez Marc Dorcel, sanctuaire du porno français

Nous sommes le mardi 2 août 2016, il est 10h du matin. Je rejoins mon confrère d’objetconnecte.com, métro Volontaires, dans le XVe arrondissement de Paris. Aujourd’hui, nous sommes attendus au sein d’une entreprise qui n’est plus à présenter, tant elle alimente les fantasmes des Français, depuis maintenant presque quarante ans et qui a récemment fait ses premiers pas dans l’univers de la réalité virtuelle : Marc Dorcel.

[tie_slideshow] [tie_slide]Porno Dorcel Interview 2[/tie_slide] [tie_slide]Porno Dorcel Interview 3[/tie_slide] [tie_slide]Porno Dorcel Interview 4 [/tie_slide]

[tie_slide]Porno Dorcel Interview 7[/tie_slide] [tie_slide]Porno Dorcel Interview 8[/tie_slide] [tie_slide]Porno Dorcel Interview 10[/tie_slide] [/tie_slideshow]

Crédit photo Marc Dorcel

Malgré la renommée internationale de la firme, les locaux se situent dans une rue plutôt discrète. Seul un logo, discret, vient nous confirmer que nous sommes à la bonne adresse. Nous attendons sagement à l’accueil, impatients de pouvoir pénétrer ce temple du charme, lorsque Ghislain Faribeault, vice-président Media de l’entreprise familiale aux innombrables récompenses, vient à notre rencontre. Nous sommes surpris de constater que la devanture, sobre et secrète, ne fait aucunement justice à l’élégance des lieux. Nous accédons aux bureaux par un large escalier éclairé d’une lumière bleuâtre. Le plafond, très haut, corrobore l’impression que les locaux sont déserts en cette période de vacances.

Porno Dorcel Interview 10

Seuls quelques employés s’affairent sur leurs ordinateurs. Sur les murs, des affiches des plus grandes réalisations de la firme viennent témoigner de son expertise et les tables soutiennent les nombreuses récompenses obtenues au fil des années. Ici, aucune scène de tournage, aucune actrice porno. Les images auxquelles nous sommes confrontées tiennent plus du charme que de la pornographie. Le sanctuaire du X français est, outre la décoration, une entreprise comme une autre.

Porno Dorcel Interview 11

Interview avec Ghislain Faribeault, Vice-président média Chez Marc Dorcel

Nous prenons place dans le bureau de Ghislain Faribeault, ce dernier nous offre de boire quelque chose. Je demande un café accompagné d’un sucre. Nous avons à peine le temps d’échanger nos impressions que le vice-président média de Marc Dorcel est de retour. Nous pouvons commencer notre interview.

Porno Dorcel Interview 13

Bonjour Monsieur Faribeault. Pourriez-vous nous expliquer les raisons qui ont poussé Marc Dorcel a se lancer dans la réalité virtuelle ?

C’est moi qui ai poussé l’entreprise à s’essayer à cette technologie. Je suis régulièrement les nouvelles technologies, en essayant de savoir comment on peut les adapter à notre industrie. La réalité virtuelle ne m’intéressait pas tant qu’elle s’appuyait sur des images de synthèse, puisque la majorité des consommateurs a besoin de réalisme et de voir de vrais corps. Le spectateur avait donc du mal à se projeter. Quand on a commencé à voir des images réelles en 180° et ce qu’il allait être possible de faire, on s’est intéressés à la VR. On a donc commencé à chercher des partenaires techniques pour faire la captation tout en voulant mettre la barre plus haute : produire des vidéos en 360°, car j’estime que le 180° n’apporte rien et brise l’immersion. Le tout était donc de trouver les bons partenaires.

Porno Dorcel Interview 14

Par rapport aux productions américaines, la vôtre est plus immersive et plus qualitative. Vous avez choisi de montrer l’équipe de tournage de sorte qu’on se sente vraiment à la place de l’acteur. Pourquoi avoir fait ce choix ?

Tout le monde peut dire qu’il fait de la réalité virtuelle. Cela veut tout dire et rien dire à la fois. Nous voulions absolument ne faire que de la 360° et de la 3D. Nous ne nous comparons pas trop avec ces œuvres-là. Dans la plupart des expériences tournées, les producteurs ne se sont pas mis à la place du consommateur. Ils ne se sont pas demandé ce que cette technologie pouvait apporter de plus, ni comment ils pouvaient raconter une histoire différemment. Ils se sont simplement contentés de remplacer une caméra classique par une caméra 180 ou 360, et c’est tout. Cela n’a strictement aucun intérêt. La plupart des autres producteurs sont arrivés après nous sur le secteur du porno en réalité virtuelle. Notre film date de plus d’un an et aujourd’hui, on peut faire beaucoup plus de choses techniquement parlant. Nous ne souhaitions pas faire juste un coup de communication, car nous sommes persuadés que l’innovation ne sert que si elle sert réellement le consommateur. Jouer, donc, sur cette immersion la plus complète était intéressant. Nous voulions montrer les équipes techniques afin que les gens réalisent tout ce que le métier implique, qu’on soit acteur ou réalisateur. La plupart pensent qu’il suffit de coucher avec des femmes, mais c’est bien plus complexe. Il faut composer avec les autres membres de l’équipe, écouter les directives, supporter le regard des équipes de tournage…

Porno Dorcel Interview 16

Qu’est-ce qui est le plus immersif alors selon vous ? Montrer l’envers du décor, ou seulement les personnages dans une production en réalité virtuelle ?

Les nouvelles expériences sur lesquelles on travaille ne montrent pas cela. Cela dépend d’un fantasme. On pourrait imaginer refaire vivre le fantasme de l’infirmière. Comment le raconter différemment ? Il n’ya pas de nécessité absolue de montrer l’équipe technique. Vous pourriez être un patient, sur un fauteuil roulant et qu’une infirmière vous promène de chambre en chambre. On vous plonge dans un hôpital, où vous n’avez pas d’équipes techniques. Là, le fantasme n’est pas d’être un acteur, mais un patient dans un hôpital où il se passe plein de choses. Tout dépend encore une fois de l’expérience et le seul intérêt de la réalité virtuelle est de favoriser l’immersion. Il faut donc réécrire l’histoire pour l’adapter à cette technologie.

Pensez-vous alors, pour favoriser l’immersion, qu’il y aurait intérêt à produire un film en 360° alors que rien ne se passe derrière nous ?

Il peut très bien ne rien se passer derrière. C’est toujours plus intéressant de montrer l’arrière alors qu’il ne se passe rien que de montrer des bandes noires. Il y a énormément de contraintes de tournage, de jeu d’acteur. Il faut énormément répéter en amont. Vous devez laisser vos comédiens seuls alors que vous êtes dans une pièce à côté, pour avoir seulement des retours. Ce genre de tournage est compliqué.

Vous avez mentionné le fait que vous étiez déjà sur d’autres projets. Pourriez-vous nous en parler davantage ?

Oui. On sort la prochaine expérience au mois d’octobre. Elle mettra en avant le point de vue féminin. Il existe déjà ce genre d’expérience, mais nous souhaitons faire mieux. L’idée est de faire une expérience qui ne soit pas que pour les femmes. Il n’y a pas un porno pour les hommes et un porno pour les femmes. Cette fameuse tendance du porno féminin ne veut rien dire. Les femmes ne veulent pas toutes la même chose en termes de sexualité. L’expérience doit être aussi regardable pour un homme. Pour les hommes hétérosexuels, nous pourrions imaginer qu’il n’y ait pas qu’un rapport homme/femme dans une scène, mais plusieurs comédiens, mais je ne peux pas vous en dire plus.

Quelles sont les contraintes qu’implique une production en réalité virtuelle en termes de tournage, de positions et de matériel ?

Nous avons tourné avec 14 caméras GoPro et avons pris le parti de ne pas déplacer les caméras afin qu’elles soient fixes. Nous voulions que le spectateur ait un confort visuel optimal, qu’il n’ait pas de nausées. Si la vidéo que vous regardez est en train de bouger, il y a un décalage entre ce que votre cerveau perçoit et ce que votre corps vit. C’est un petit peu comme les expériences de RollerCoaster, où les gens ont l’impression de ressentir les effets des montagnes russes alors qu’ils sont figés. À partir du moment où la caméra est fixe, certaines positions sont donc imposées, car le comédien ne peut pas bouger. Pour que la caméra soit stable, personne ne doit la tenir. L’expérience soft nous a pris 6 heures à tourner, et l’expérience hard nous a pris 4 heures. Dans la première, la caméra est installée à la place du siège du réalisateur et dans l’expérience hard, juste au-dessus de la tête de l’acteur. Ce dernier ne voit rien de l’action et devient un véritable sex toy vivant. Il ne peut pas se relever et s’il bouge trop, ses cheveux apparaissent. C’est donc très compliqué à tourner pour un acteur.

Porno Dorcel Interview 15

Nous sommes peu nombreux à posséder et à connaître l’existence des casques de réalité virtuelle. Dans ce contexte, comment a été reçu votre film ?

Nous avons voulu diffuser gratuitement une expérience soft pour qu’elle soit diffusée le plus massivement possible. Nous nous approchons des 100 000 téléchargements depuis le 21 octobre 2015. Pour l’anecdote, je suis un fan de Retour vers le futur et le 21 octobre est la date de sortie du premier film. L’expérience hard, quant à elle, en est déjà à plusieurs dizaines de milliers de téléchargements payants. Nos contenus sont disponibles pour le téléchargement, donc plus de la moitié des commandes viennent de l’étranger. Ce sont des gens qui suivent la VR, qui entendent parler de la qualité de cette expérience dans les forums et qui viennent la télécharger. Nous ne nous adressons donc pas uniquement au marché français. Pour le moment il y a très peu de casques, car il y a très peu de contenu et il ya très peu de contenu, car il y a très peu de casques. Nous sommes dans le même travers qu’en 2010 lorsque les téléviseurs 3D sont sortis. La seule solution est donc que les producteurs de contenu prennent des risques, et investissent dans ces technologies pour donner ainsi aux spectateurs l’envie de s’équiper. Ils vont s’équiper par le jeu vidéo, c’est une évidence. D’autres questions se posent. Quelles vont être les rôles des autres producteurs mainstream ? Vont-ils proposer de belles expériences ? Quel va être le rôle des stores qui brident la progression du porno en VR ?

Porno Dorcel Interview 17

Les stores qui brident la progression du porno en VR ? Que voulez-vous dire ?

On n’a actuellement pas le droit d’avoir d’application sur Android ou iOs. Il y a un réel paradoxe chez ces grandes entreprises, très puritaines qui considèrent le sexe plus sale que la violence ou les jeux. Prenez Facebook par exemple qui a racheté Oculus. L’Origine du monde a été supprimé car la firme considère que c’est de la pornographie. Le premier amendement de la liberté d’expression fonctionne pour les vidéos de propagande de l’État islamique ou la vidéo d’un chat qui brûle. En revanche, le moindre bout de téton, pour la prévention du cancer du sein par exemple, se voit immédiatement supprimé. Nos expériences existent, car vous les téléchargez sur notre site, mais ne pouvez pas les récupérer dans les stores. Nous ne touchons donc que nos clients et pas ceux qui chercheraient dans les stores des contenus sexys.

Porno Dorcel Interview 19

Steve Jobs a été le premier à initier cette hypocrisie en annonçant que jamais il n’y aurait de porno sur l’iPhone. L’Apple Store bloque donc tout ce qui est sexy. Vous pouvez tout de même utiliser n’importe quel navigateur web pour consulter ce genre de contenu. Il aurait mieux faire de travailler sur un système de contrôle parental efficace. Il n’a pas réussi à empêcher les enfants de consulter du porno, mais à empêcher les adultes de pouvoir accéder au contenu qu’ils souhaitent. La production en VR est donc difficile à amortir comparée à un film traditionnel, qu’on peut vendre en DVD, sur internet, à des chaînes de télévision et dans la cinquantaine de pays partenaire de Marc Dorcel. Ce réseau de distribution n’existe pas encore pour la VR, mais nous sommes tout de même satisfaits des ventes.


Pensez-vous que la réalité virtuelle constitue l’avenir du porno ou qu’elle restera une simple catégorie ?

Le futur, je serai bien incapable de le dire. Pour l’instant, le porno en VR est une catégorie qui touche une certaine catégorie de la population, et je pense que cela restera ainsi. On pourrait comparer la réalité virtuelle aux magazines pornos. Qui les achète encore avec internet ? Ils continuent de très bien se vendre auprès d’une cible particulière qui soit n’a pas internet, soit n’a pas du haut débit, soit n’a qu’un seul ordinateur familial ou qui préfère avoir un support papier. C’est la même chose pour la réalité virtuelle : il s’agit d’une cible spécifique.

Porno Dorcel Interview 18

Ce rendez-vous nous à confirmé une chose. Marc Dorcel compte bien maîtriser les nouvelles technologies pour proposer des expériences encore plus novatrices et immersives à sa clientèle. Passionné de nouvelles technologies, leur vice président média, Ghislain Faribeault y veillera. Suite à cet entretien, Ghislain Faribeault a généreusement décidé d’offrir à la communauté de realite-virtuelle.com un code promotionnel pour le premier film de Marc Dorcel en réalité virtuelle. Dépêchez-vous, seulement 1000 utilisations sont disponibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *