in ,

Nvidia – Une percée pour la technologie de suivi oculaire

Photo d'un oeil Nvidia

Des chercheurs dans le laboratoire de R&D du concepteur Nvidia travaillent sur une technologie permettant d’économiser de larges quantités de puissance de calcul lors de l’utilisation de casques VR. Elle utilise le principe de vision fovéale associé à des appareils de suivi oculaire.

La compagnie californienne possède un laboratoire de recherche qui travaille sur une vaste gamme de projets. Que ce soit l’amélioration de l’architecture de leurs cartes graphiques ou le Deep Learning, Nvidia n’hésite pas à investir dans la recherche de pointe. Un des secteurs sur lequel l’entreprise travaille le plus en ce moment est la réalité virtuelle. Plusieurs projets sont actuellement en chantiers, mais un d’entre eux représente une innovation majeure. Le site MIT Technology Review a mis en lumière l’oeuvre des chercheurs sur la vision fovéale.

Appliquer la vision fovéale à la réalité virtuelle

La vision fovéale est un concept assez simple découvert par Léonard de Vinci. Lorsqu’une personne regarde un point précis dans une pièce, le reste de la pièce apparaît comme flou. Appliquer cet effet dans la réalité virtuelle permettrait une économie assez élevée en terme de puissance de calcul. Concrètement, l’idée est de réduire la qualité graphique de la vision périphérique afin d’économiser sur les capacités de la machine.

« La vision périphérique est très bonne pour détecter les mouvements. Cela nous permettait de voir les prédateurs dans les bois. » David Luebke, vice-président du département recherche de Nvidia

La VR serait alors moins gourmande en puissance ce qui permettrait à un plus grand nombre de personnes d’accéder à cette technologie. De plus, cela faciliterait le processus de miniaturisation des PC VR Ready pour faire l’expérience d’une réalité virtuelle sans fil. Autre possibilité, rentabiliser la puissance libérée en augmentant la qualité graphique sur le point focal. Cette application est assez alléchante pour la VR, car elle est pour l’instant limitée en termes de résolution.

« Le gain de performance est trop élevé pour être ignoré. » David Luebke, vice-président du département recherche de Nvidia

Nvidia a lancé des recherches très sérieuses sur le suivi oculaire

La question est ensuite : comment appliquer la vision fovéale à la réalité virtuelle ? L’équipe de David Luebke travaille activement sur cette problématique. Ce chercheur travaille depuis quinze ans sur le sujet, il applique ses compétences dans les laboratoires de Nvidia. Aujourd’hui, la technologie développée par SensoMotoric Instruments permet un suivi de l’oeil efficace sans causer de nausées comme dans le cas d’appareils moins performants.

« C’est la première fois que nous avons des appareils de suivis de l’oeil que vous ne pouvez pas distancer avec vos yeux. » David Luebke, vice-président du département recherche de Nvidia

[tie_slideshow] [tie_slide] Image sans fovéation Nvidia sans_fovéation [/tie_slide] [tie_slide] Image avec une seule tache de fovéation Nvidia image_avec_une_seule_tache_de_fovéation [/tie_slide] [tie_slide] Image avec préservation contrasté de fovéation Nvidia image_avec_préservation_contrasté_fovéation [/tie_slide] [/tie_slideshow]

Une technologie destinée à un bel avenir

Malgré l’avancée que cette technologie a apportée, l’équipe de Luebke a rencontré des problèmes de fluidité lors de l’utilisation de la vision fovéale. L’oeil humain est très habile pour détecter les mouvements dans sa vision périphérique, pour régler ce problème, les scientifiques ont augmenté le contraste de la scène périphérique en abaissant la résolution. La recette a bien fonctionné et l’utilisateur n’y voit que du feu.

« Une partie de ce que nous faisons ici aide à définir le code de la route pour la réalité virtuelle. » – David Luebke, vice-président du département recherche de Nvidia

Cette avancée technique permettra aux développeurs d’économiser de larges quantités de puissance de calcul qui seront redirigées vers d’autres pôles. C’est donc un petit pas pour Nvidia, mais un grand pas pour la réalité virtuelle, car la compagnie californienne équipe une grande partie des acteurs de la VR. Cela veut dire que cette technologie se répandra progressivement dans l’écosystème. Reste à savoir si tous les casques seront équipés de capteurs oculaires. Il n’est pas impossible que la future génération de HMD l’ait intégré. En tout cas, Nvidia pave une nouvelle fois le chemin de l’innovation technologique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.