in

HTC : l’année 2016 sera cruciale pour la réalité virtuelle

HTC Vive

HTC, à l’origine du casque HTC Vive avec Valve, s’inquiète du sort de la réalité virtuelle.

C’est en effet ce qu’à laisser transparaître Jeff Gattis, responsable du marketing pour HTC, lors d’une récente interview avec Cnet :

« L’industrie a besoin d’une première année réussie. L’année prochaine sera cruciale. »

Le bon point à souligner c’est que HTC Vive n’est pas seul. Il est concurrencé par Oculus Rift et Morpheus de Sony, les gros casques les plus en vues.

sony-morpheus-vr-4288-1024x576 livedsc051112

Contrairement aux casques dédiés aux mobiles, Vive et les autres se concentrent dans un premier temps sur les jeux vidéo. Car ce sont les jeux qu’attendent les joueurs. Si cette marche là est ratée, alors tout risque de s’écrouler du côté de l’univers vidéoludique pendant un bon moment. Cela pourrait être dû à un line-up de lancement mauvais, à un prix trop élevé, à un casque de mauvaise facture ou à une communication ratée.

Enfin, même si cela arrivait, il y aurait toujours les casques pour mobiles qui connaîtraient une bonne croissance grâce à leur prix attractif et leurs applications pratiques.

Premiers retours

Néanmoins, HTC n’a pas à s’en faire puisqu’ils ont obtenu de très bons retours lors de la San Diego Comic-Con.

Gattis désire plus que tout faire connaître son produit en Amérique, Asie et Europe. Il l’explique lors de la convention de comics:

« Nous voulons participer à des évènement populaires, nous montrer à des salons de jeux vidéo, des conférences de développeurs, dans les universités et laisser les gens l’essayer. Le challenge pour nous tous pour cette espace de réalité virtuelle est qu’il n’y ait aucun moyen de la décrire comme telle. Rien n’a jamais été aussi proche de la simulation que ce qu’elle est actuellement. »

Comme on dit, il faut le voir pour le croire.

Avec toujours aucun prix en vue, le casque Vive pourra tâter le terrain fin 2015 avant que le Rift et Morpheus ne fassent leur apparition quelques mois plus tard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *