Accueil / Applications et logiciels / Réalité augmentée / Les cinq grands défis qui attendent la réalité augmentée

Les cinq grands défis qui attendent la réalité augmentée

Cycle du Hype de la réalité augmentée et de la réalité mixte

La réalité augmentée est une tendance qui s’inscrit dans la durée à travers une montée en puissance progressive. D’énormes progrès ont été réalisés sur les dernières années. Mais, le chemin à parcourir est encore long et de véritables défis existent avant qu’elle ne puisse toucher un plus large public. 

Les équipements de réalité augmentée proposés par Google ou Apple qui existent actuellement sont objectivement déjà géniaux. Ils nous donnent accès à des concepts dont on ne pouvait rêver il y a 15 ou 20 ans. Le problème, c’est que certaines annonces et promesses nous ont fait rêver. Désormais, on s’attend à toujours plus, toujours mieux, toujours plus rapidement. Mais, le chemin à parcourir est encore long. Plusieurs défis se doivent d’être relevés rapidement afin de pouvoir continuer la marche en avant. On fait le point.

Prism casque de réalité augmentée mixte

Proposer un champ de vision vraiment immersif

Comment avoir une expérience intéressante en réalité augmentée si le champ de vision de proposé n’est pas suffisant ? C’est à l’heure actuelle, l’un des principaux écueils des équipements disponibles. A la différence des casques de réalité virtuelle qui s’en rapprochent, on est parfois très loin d’une résultat optimal. La diagonale du champ de vision du Hololens n’est ainsi que de 34°, alors que le Cardboard de Google en propose déjà 60°.

Or, pour pouvoir proposer une expérience vraiment immersive, il est nécessaire de passer à l’étape suivante, de proposer un champ de vision identique à celui de l’œil humain. C’est seulement ainsi que l’on pourra parvenir à un usage intuitif de cette interface homme/machine et à une acceptation plus globale par le public de ces équipements. Difficile d’imaginer l’intégrer à des lunettes classiques le cas échéant. L’objectif doit être d’augmenter la vision, pas de la réduire !

La seule vraie exception sur le marché est le Meta 2 qui  propose un champ de vision à 90°. Le problème est-il résolu dans ce cas ? Pas vraiment. Ce casque est imposant, trop imposant. Et le réduire dans sa configuration actuelle, impacterait le champ de vision. ODG travaille aussi sur des lunettes de réalité mixte à 50°. Si cela représente une amélioration, on est encore loin des standards des meilleurs casques de réalité virtuelle et de ce qui est vraiment nécessaire pour favoriser l’immersion de l’utilisateur.

Un design 100% adaptable en réalité augmentée

Pour une réalité augmentée qui fonctionne à 100% dans n’importe quelle configuration, il va falloir passer par une étape bien connue des sites web en tout genre. Le “responsive design”. Là où les développeurs mobile ou tablette ont du adapter le contenu d’un site à n’importe quel périphérique, le même genre de défi se présente aujourd’hui aux développeurs pour la réalité augmentée mais à une échelle totalement différente.

Ils doivent créer des environnements capables de s’adapter à toute sortes de configuration de lieux en trois dimensions. Aucun appartement ne ressemble à un autre même si vous vivez dans un HLM. L’organisation de l’espace, l’emplacement des meubles, sont autant de paramètres qu’un design de réalité augmenté “responsive” doit être capable de comprendre et auquel il devra s’adapter. Comparez votre maison avec celle de vos voisins et commencez cette liste sans fin de différences. Et c’est sans prendre en compte l’espace public, gigantesque et changeant. Quand on pense aux difficultés qui existent encore dans ce domaine pour la réalité virtuelle, on saisit la tâche titanesque qui attend encore la réalité augmentée dans ce domaine. C’est tout un algorithme, une logique nouvelle auxquels il est nécessaire de donner naissance.

Il ne suffit pas pour un jeu en réalité augmentée de dire à la machine de faire apparaître des zombies depuis votre salon jusqu’à votre chambre. Le matériel de réalité augmentée doit avoir fait ce mapping auparavant pour savoir qu’il y a un salon à côté de votre chambre. Si l’idée, notamment en terme de gaming est d’utiliser les éléments autour de vous, alors votre matériel doit pouvoir les comprendre et imaginer les milliards de variables différentes qui en découlent. Autant dire, qu’à moins d’une découverte exceptionnelle, le chemin à parcourir dans ce domaine reste encore vertigineux.

arkit apple top meillleures applications réalité augmentée

L’acceptation sociale

On pourra améliorer autant que l’on souhaite les casques de réalité augmentée, les rendre chaque jour plus discrets, certaines personnes continueront de considérer cela comme étrange. Bien entendu, ce n’est pas une réaction universelle et il est envisageable de réduire ce nombre progressivement. Au-delà des irréductibles qui refuseront toujours de se balader avec un ordinateur sur le visage, il suffit de repenser aux débuts des Google Glass pour comprendre l’ampleur du problème.

Toutefois, ce problème est loin d’être insurmontable, et plusieurs indices incitent à le penser. Tout d’abord, la volonté claire d’Apple de monter en puissance dans le domaine de la réalité augmentée. Que l’on aime ou pas la marque à la pomme, on peut lui reconnaître deux talents. Tout d’abord sa capacité à rendre “cool”, une nouvelle technologie. La réalité augmentée pourrait ainsi quitter le domaine quasi exclusif des geeks. Ensuite, la marque a souvent du “nez”, elle ne se lance que très rarement dans des technologies qui se révèlent être des échecs. Si elle investit, c’est qu’elle a la conviction que le marché potentiel est important.

Ensuite, parce que les leçons du passé ont été apprises, même si cela peut sembler anecdotique. Un des écueils rencontrés par les Google Glass étaient l’aspect intrusif. Les utilisateurs ne savaient pas si vous étiez en train de les filmer. A ce titre, les lunettes de Snapchat sont un bon exemple. Même si elles ne sont pas dédiées à la réalité augmentée, la petite caméra indique visuellement qu’elle fonctionne. Un système de ce type devrait sans aucun doute être repris sur les prochaines lunettes grand public.

Les difficultés légales

A l’heure actuelle, les entreprises travaillant sur le secteur de la réalité augmentée continuent de se heurter à de véritables problèmes d’un point de vue du respect de la vie privée ou de la possibilité de filmer légalement n’importe où, n’importe qui. Dans certains lieux du Wisconsin, les autorités ont même tenté de légiférer en obligeant les utilisateurs de Pokemon Go à avoir un permis !

Pokemon GO anniversaire pikachu casquette sasha réalité augmentée

On peut raisonnablement penser que ces cas vont se multiplier alors que les usages croissent. A terme, les choses ne devraient plus se régler au niveau local mais national. Le problème changera alors d’échelle. Va-t-on voir des lois communes au niveau de l’Europe ? Entre les Etats-Unis et le Canada ? Quid des touristes qui veulent avoir une expérience augmentée à l’autre bout du monde ?

Mais, là aussi, l’optimisme peut être de mise même si les contraintes doivent être prises pour ce qu’elles sont, à savoir des peurs parfois justifiée. Pour une grande raison. Ce sont des géants qui sont ici en action. Apple, Facebook ou Google ont une force de frappe économique qui leur permet d’agir grâce à des lobbys. Il sera toutefois nécessaire que la société civile fasse entendre sa voix pour défendre certains principes notamment sur la vie privée.

L’amélioration du matériel de réalité augmentée

Enfin, et il s’agit sans doute là du plus important défi qui nous attend dans les prochains mois (et années), il faut maintenir l’amélioration des équipements de réalité augmentée. Qui plus est, il faut que cet effort soit incliné dans plusieurs directions à la fois. Le plus important est tout d’abord la miniaturisation. Personne ne veut d’un équipement de réalité augmentée intrusif. L’idée est à terme de pouvoir l’utiliser de façon discrète, non intrusive. Pour cela, il faudra que les composants soient chaque fois plus petits, mieux intégrés sans pour autant perdre en efficacité.

Le deuxième élément important dans le matériel concerne les usages. Si à l’heure actuelle, utiliser un casque de réalité augmentée est drôle ou peut être utilisé pour des jeux vidéo. Mais, pour un usage plus important, il faut le rendre utile afin d’en faire un accessoire que l’on peut utiliser au quotidien et qui justifie d’investir plusieurs centaines d’euros. Mais, les projets déjà en cours incitent à l’optimisme. On imagine sans doute encore à peine les usages potentiels de la réalité augmentée.

Pour tout savoir sur les casques de réalité augmentée, découvrir les nouveautés et les tendances innovantes, lire nos tests et les comparatifs, rendez-vous dans notre rubrique dédiée.