Accueil / Dossier / Laval Virtual 2019 : bilan du plus grand salon européen de réalité virtuelle

Laval Virtual 2019 : bilan du plus grand salon européen de réalité virtuelle

laval virtual europe

Du 20 au 24 mars 2019, avait lieu à Laval, en Mayenne la 21e édition du Laval Virtual. Comme chaque année, de nombreuses innovations ont été présentées sur ce salon considéré comme le rendez-vous incontournable autour de la réalité virtuelle et augmentée en Europe. Realite-virtuelle.com vous propose un bilan complet de cet événement majeur.

Depuis 1999, le salon Laval Virtual réunit les professionnels et le grand public autour d’une passion commune : la réalité virtuelle et augmentée. Au fil des années, porté par la démocratisation des technologies immersives, ce salon français a pris de l’importance jusqu’à devenir le plus grand rendez-vous européen pour la VR / AR. Découvrez tout ce qu’il faut retenir de cette édition 2019.

Inspirer les professionnels et fasciner le grand public

Pour sa 21e édition consécutive, Laval Virtual a rassemblé sur 9000 mètres carrés de surface d’exposition plus de 300 exposants, près de 150 speakers et 18 000 visiteurs. En tout c’est une cinquantaine de nationalité qui se sont croisées pendant les 5 jours du salon.

Les trois premiers jours étaient consacrés aux professionnels, avec l’objectif d’augmenter la satisfaction des exposants ; un objectif atteint puisque nombre d’entre eux ont été ravis par la qualification du visitorat de cette édition 2019.

Les organisateurs du Laval Virtual 2019 ont aussi mis l’accent sur des conférences de prestige. Parmi les 130 experts des technologies immersives venus intervenir durant les journées B2B, on compte des acteurs éminents de l’industrie comme Microsoft, Magic Leap, Epic Games, Barco ou encore la NASA.

Enfin, afin de leur offrir un aperçu de l’avancée de l’industrie de la réalité virtuelle et augmentée et les nombreuses possibilités du secteur, Laval Virtual a mis en place plusieurs visites guidées durant les 3 jours pour de grands groupes tels qu’Orange, EDF, Enedis, ou encore des institutions économiques telles que la CPME, le MEDEF, la FFB, le Réseau Entreprendre, la Chambre des Métiers, l’Institut français.

Le vendredi soir, le salon s’est métamorphosé pour faire peau neuve et accueillir le grand public durant tout le week-end. Cette double facette du salon est liée à la mission première que s’est fixée Laval Virtual en tant qu’association de « promouvoir la réalité virtuelle et augmentée », selon Nicolas Toueille, responsable de la communication. Ainsi, ouvrir le salon aux particuliers durant deux jours relève avant tout d’une mission pédagogique

Parmi les visiteurs qui viennent au Laval Virtual pour les journées B2C, « on compte beaucoup de curieux » qui ne connaissent pas particulièrement la réalité virtuelle et augmentée, ou n’en ont qu’une vague idée. Tous ces curieux « ressortent bien souvent émerveillés » par toutes les possibilités offertes par ces technologies immersives.

Valoriser les acteurs de la VR/AR et leurs innovations

Le jeudi soir s’est tenu la cérémonie des Laval Virtual Awards au Théâtre de Laval. Celle-ci récompense des projets répartis dans 11 catégories : six dans la compétition générale et 3 dans la catégorie nommée « RéVolution ».

Pour cette édition 2019, plus de 400 candidatures ont été reçues suite à l’appel à compétition. Parmi elles, 94 ont été sélectionnées, réparties dans les catégories. Au final, ce sont trois projets qui ont été retenus par catégories pour la compétition générale, et autant pour les catégories « Révolution ». Le gagnant de chaque catégorie a été désignée par un jury d’experts internationaux dans le domaine des technologies immersives.

Cette cérémonie a permis de dégager les premières tendances dans le secteur de la VR/AR. Elle est aussi une vitrine des nombreuses possibilités de l’utilisation des technologies immersives appliquées au monde professionnel. Ainsi, HRV et Dec-Industrie, deux firmes françaises, proposent des solutions pour former respectivement les employés et les étudiants. Toutes deux ont remportées un prix dans la catégorie « VR/AR pour l’apprentissage et la formation » et « VR/AR pour la sécurité et l’amélioration de l’environnement de travail ».

HRV a mis en place Nawo, un simulateur en réalité virtuelle permettant d’améliorer les conditions de travail en améliorant l’ergonomie des postes de travail, grâce à des tests virtuels, tout en identifiant et prévenant les risques de troubles musculo-squelettiques.

Dec-Industrie propose également un simulateur, mais cette fois-ci à destination des étudiants en commerce et vente pour qu’ils apprennent à inspecter un magasin, nettoyer un espace de vente, mettre en rayon de nouveaux produits etc. L’application permet aussi d’avoir des retours sur expériences et d’évaluer ainsi les activités de l’apprenti pour qu’il puisse identifier les points à améliorer.

Les awards ont aussi récompensé plusieurs solutions destinées au monde de l’entreprise. Parmi elles, on peut citer Trimble Connect, une solution de réalité augmentée destinée au secteur de la construction. Le projet, qui a remporté une récompense dans la catégorie « VR/AR pour la visualisation de données et la prise de décision », permet aux ouvriers de superposer des modèles 3D dans l’environnement physique réel, visibles à travers un casque HoloLens de Microsoft. Ce service permet de gagner du temps, et même de collaborer à distance avec les clients pour mieux répondre à leurs attentes.

La startup française INOD, elle, a mis en place une solution pour le secteur de l’immobilier. InodView permet aux professionnels du secteur de faire visiter leurs projets avant même leur construction, en concevant eux-mêmes des visites en 360° visibles en réalité virtuelle. C’est un moyen de créer d’avantage d’émotion et une meilleure expérience pour le client qui peut davantage se projeter plus facilement. INOD a reçu le Laval Virtual Award dans la catégorie « VR/AR pour la vente et le marketing ».

Enfin, Innoactive, une entreprise allemande, a développé un logiciel dédié à la collaboration en entreprise, pour former notamment les nouveaux employés à distance grâce à la réalité virtuelle, mais aussi pour que tous les employés puissent collaborer même s’ils se trouvent à des centaines voire des milliers de kilomètres l’un de l’autre. La firme propose aussi des fonctionnalités de présentation de produits en réalité augmentée. Elle a reçu l’award dans la catégorie « VR/AR pour la productivité ».

Outre le monde de l’entreprise, la dernière catégorie, « VR/AR pour une cause », récompense une solution pour servir la « bonne cause ». Parmi une centaine de projets dans le domaine de l’humanitaire, du tourisme ou encore du sport, le jury a récompensé Holoforge Interactive pour son expérience autour du Mont Saint-Michel. L’expérience propose une visite du monument en réalité mixte, à partir d’un plan-relief datant du XVIIe siècle exposé au Musée des Plans-Reliefs à Paris.

Les acteurs émergents de la réalité virtuelle

Les catégories « Révolution », quant à elles, visent à récompenser les innovations les plus originales et les projets expérimentaux afin de valoriser et encourager le futur des technologies immersives. Trois awards ont été décernés à des solutions qui relèvent de domaines davantage hétéroclites.

Ainsi, la catégorie RéVolution #Startup a récompensé une solution qui permet de lutter contre la motion sickness, le mal de la réalité virtuelle dont souffre certaines personnes pendant une expérience. Les lunettes Boarding Ring permettent de lutter contre les symptômes, qui s’apparentent à ceux du mal des transports, grâce à un liquide bleu qui se déplace autour des yeux pour créer un horizon artificiel dans le champ de vision périphérique, sans déranger la vision centrale.

De son côté, Space Plunge vous proposer de vous immerger dans les plus célèbres peintures et de les voir prendre vie à travers un casque de réalité virtuelle. Vainqueur dans la catégorie RéVolution #Experiences, ce projet d’une entreprise suédoise prend la forme d’une galerie d’art en VR.

La catégorie RéVolution #Research, quant à elle, a récompensé un projet intriguant et déroutant. Il s’agit de TeleSight, qui associe un robot à une personne réelle. Le principe est simple : la technologie reproduit l’environnement virtuel et l’avatar de l’utilisateur dans le monde réel sous la forme d’un robot. C’est une « expérience de coopération », où toute action produite sur le robot dans le monde réel est ressentie par la personne immergée dans l’univers virtuel.

Enfin, une dernière catégorie met en avant les projets étudiants. Cette remise de prix a eu lieu pendant la fameuse Laval Virtual Party.

RéVolution #Students a ainsi récompensé les élèves de l’école Arts et Métiers Paris Tech pour un projet sur lequel ils ont travaillé durant toute l’année. Leur projet de fin d’année, Lanterne et Plume, s’inspire des histoires classiques de la littérature comme Alice aux pays des merveilles. Un utilisateur est plongé dans plusieurs contes, tandis qu’un autre joueur, qui n’est pas immergé en VR, se charge de créer des obstacles et ainsi altérer les histoires dans lesquelles est plongé le premier utilisateur.

Cette catégorie a aussi récompensé un des participants au Limited Time organisé par Laval Virtual et qui a eu lieu pendant les 2 jours juste avant le salon. La sous-catégorie « Limited Time » récompense une application de réalité virtuelle ou étendue développée en 30 heures. C’est l’école Polytechnique de Montréal qui a reçu le prix pour son projet « Sign with me », un serious game qui vise à rendre ludique l’apprentissage du langage des signes.

Deux des projets récompensés lors de la cérémonie des awards confirment la place des étudiants au milieu des professionnels. Une fois de plus, la qualité des projets présentés par ces mêmes étudiants a été l’une des choses marquantes de cette édition 2019. Cela démontre l’intérêt grandissant pour les technologies immersives, et toutes les possibilités imaginées dans le futur. On peut s’attendre à beaucoup d’autres innovations pour l’édition 2020 !

Les grands gagnants de cette 21e édition du Laval Virtual

Pour la deuxième année consécutive, le festival d’art numérique Recto Vrso, qui a vu le jour en 2018 sous l’impulsion de l’artiste et chercheuse Judith Guez, prenait place au sein du salon Laval Virtual ; l’occasion pour les visiteurs, professionnels et particuliers, de découvrir comment la réalité virtuelle peut être utilisée comme un médium artistique.

Le festival proposait d’abord une exposition au Centre de culture scientifique, technique et industrielle. Les visiteurs du salon n’avaient qu’à traverser la rue pour découvrir l’Art&VR Gallery qui exposait 15 œuvres d’artistes internationaux autour du thème « Illusion réelle / illusion virtuelle ». L’une d’elle a particulièrement attiré l’attention d’un jury qui l’a récompensée d’un Laval Virtual Award dans la catégorie Art&VR. « Eve dance is an unplaceable place » des artistes Margherita Bergamo et Daniel Gonzalez, propose de faire vivre aux visiteurs une performance de danse à travers un casque de réalité virtuelle.

En parallèle de l’exposition, les visiteurs pouvaient admirer d’autres œuvres immersives dans des lieux emblématiques de la ville de Laval tels que le château ou les Bains douches. Le parcours Recto Vrso a permis aux 4000 visiteurs venus découvrir l’art numérique de contempler en tout 64 œuvres, faisant de cette deuxième édition un réel succès.

L’autre succès revient aux Frenchies d’Orbital Views grâce à leur expérience unique, Apollo Moon Operations. En proposant de revivre les premiers pas de Niel Armstrong sur la Lune, ils ont raflé le Grand Prix du jury lors de la cérémonie des Laval Virtual Awards, un prix récompensant la solution la plus innovante à la fois en termes de contenus et de technique. Cette expérience collaborative et multiplayer en a enivré plus d’un lors des cinq jours du salon.

Quel bilan pour 2019 et quelles perspectives pour 2020 ?

Lors de cette édition 2019, et notamment durant les trois jours professionnels, quelques tendances nous ont sauté aux yeux et permettent d’envisager de nouvelles solutions appliquées à des secteurs variés ; d’abord, celle de la création de contenus numériques. En effet, bon nombre d’entreprises proposaient des applications mobiles, des expériences interactives, des vidéos 360° ou bien encore de la modélisation 3D. Parmi ces acteurs de la création 3D, on a pu croiser Epic Games qui investissent de plus en plus dans ce secteur.

En second plan, la thématique de la formation en réalité virtuelle provoque l’émulsion chez les éditeurs. Certains d’entre eux proposaient de la sensibilisation à la sécurité et de l’apprentissage de nouvelles tâches, afin d’accélérer l’intégration de nouveaux collaborateurs dans une entreprise.

Le salon Laval Virtual 2019 nous a aussi permis de découvrir des nouveaux casques de réalité virtuelle et augmentée, à l’image du dernier né de Magic Leap : le Magic Leap One. Avec son nouveau casque de réalité mixte, la firme américaine a pour ambition de mélanger le réel et le virtuel. La marque a présenté son modèle lors d’une conférence ainsi que Microsoft pour son Hololens 2. Deux acteurs majeurs de la VR où le public est venu nombreux.

Le cycle des conférences a, d’ailleurs, eu un réel succès, permettant à des acteurs de la réalité virtuelle et augmentée de présenter leurs projets ou de montrer les perspectives des technologies immersives aux entreprises et industriels venus en apprendre plus sur toutes ces possibilités. Plusieurs cycles verticaux étaient proposés, tels que la santé, l’architecture ou la défense pour n’en citer que quelques-uns.

Rencontrer les acteurs de la VR/AR

laval virtual europe

De plus, si Laval Virtual apparaît comme la vitrine européenne des dernières innovations dans le secteur des technologies immersives, le salon reste aussi et avant tout un moyen de rencontrer des acteurs majeurs de la VR/AR et des grandes marques qui utilisent ces technologies, et de discuter directement avec eux, telles que Microsoft avec son HoloLens, ou encore Samsung et la NASA.

En tant que plus grand salon européen et de la réalité virtuelle et augmentée, Laval Virtual est le mieux placé pour observer l’évolution de l’industrie de la réalité virtuelle dans son ensemble, et les principales perspectives pour l’avenir. Selon Nicolas Toueille, il est certain que les professionnels ont largement investi le domaine des technologies immersives depuis de nombreuses années. Côté grand public, il ne s’agit « qu’une question de temps » pour que les particuliers les adoptent de façon plus massive et arriver à une réelle démocratisation. On peut ainsi espérer que d’ici 2025, la réalité virtuelle s’invitera plus facilement dans les foyers.

Le salon permet aussi d’entrevoir la place de la France et plus largement de l’Europe, dans le développement du secteur. Selon le responsable de la communication, le continent a un rôle à jouer dans « l’endossement de la technologie ». Aujourd’hui, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni comptent parmi les leaders mondiaux de l’utilisation de la réalité virtuelle en entreprise. Dans un grand nombre de secteurs, comme la santé, l’automobile ou la construction, la réalité virtuelle est de plus en plus utilisée par les professionnels européens. En outre, l’Europe est en mesure de créer des applications VR/AR ou même d’apporter des améliorations à la technologie existante.

Pour l’heure, avant d’envisager le futur de la réalité virtuelle et les prochaines innovations qui prendront place lors de la 22e édition en 2020, notre regard se tourne vers Laval Virtual Asia, qui se déroulera dans la ville de Qingdao en Chine du 28 au 30 juin 2019.

Article Partenaire.