Accueil / Ecosystème / Faut-il avoir peur de la réalité virtuelle ?

Faut-il avoir peur de la réalité virtuelle ?

Cardboard

La réalité virtuelle est encore dans les starting block pour révéler tout son potentiel, que déjà les interrogations et premières estimations, mais aussi inquiétudes sur son avenir dans la société pointent. La réalité virtuelle sera-t-elle dans tous les foyers et à quel prix ? 

Tous les yeux tournés vers l’Oculus et le project Morpheus

Les portes du salon de l’E3 – rendez-vous annuel de l’industrie du jeu vidéo à Las Vegas du 16 au 18 Juin – se sont à peine refermés, que déjà, l’Oculus Rift – racheté par Facebook pour 2 milliards d’euros- et du Project Morpheus de Sony sont sur toutes les lèvres et il ne fait aucun doute que tous ceux qui les ont essayés rêveraient de prolonger l’expérience.

Oculus Rift
L’Oculus Rift sera disponible en début 2016 et le prix n’a pas encore été révélé par la marque.

Pour autant, les casques de réalité virtuelle se retrouveront-ils demain dans tous les foyers ? Et quels seraient les acheteurs types des objets de la réalité virtuelle ? Enfin, faut-il avoir peur de la réalité virtuelle ?

Potentialités et amateurs de frissons

the expanse
le réalisateur Guillermo Del Toro a expérimenté la réalité virtuelle pour sa future série The Expanse.

La réalité virtuelle n’a pas encore offert tout son potentiel et il reste encore des défis que les concepteurs d’objets de réalité virtuelle doivent relever. Mais le premier de tous, ne serait-il pas de trouver son marché et ses clients potentiels? Oui, l’Oculus Rift fait rêver les amateurs de frissons et ses possibilités d’application laissent songeur : le jeu vidéo, le sport, le cinéma ou encore l’immobilier et la santé.

L’avenir se dessine peu à peu avec la réalité virtuelle. La ville pourrait bientôt ne plus s’en pouvoir s’en passer. A commencer par l’immobilier. Le site de vente de biens Explo immobiliers a imaginé des visites en 3D avec Dassault et mis au point une expérience innovante grâce aux casques de réalité virtuelle.

Parlons un peu de santé, les robots d’assistance en réalité virtuelle, des applications pour traiter les phobies. L’HoloLens de Microsoft permet une visualisation holographique de cartes. Comment ne pas évoquer encore le sport en 3D où la société Next VR est pionnière, ou tout simplement le film en 3D ou la télévision. Récemment, la chaîne BBC s’est dit prête à adapter le format de ses programmes à la réalité virtuelle.

Existe-t-il un utilisateur type ?

A quoi ressemble vraiment un utilisateur des objets de la réalité virtuelle ? Bonne question. Première réponse. L’utilisateur potentiel d’un Gear VR de Samsung, devra pouvoir mettre la main au porte-monnaie. Il faut compter $200 soit un peu moins de 185 euros.

HTC casque
HTC sortira sur le marché son casque de réalité virtuelle Vive en collaboration avec Valve.

HTC prévoit de sortir sur le marché son casque de réalité virtuelle Vive en collaboration avec Valve, d’ici la fin de cette année, suivra ensuite l’Oculus Rift au début 2016, de même pour le project Morpheus de Sony. Pour l’Oculus Rift il faut compter 320 euros. Et le prix peut atteindre quelques milliers pour certains modèles. Le concepteur chinois Shenzhen compte commercialiser son appareil de réalité virtuelle aux alentours de 2,400 dollars.

Mais là encore ce n’est pas vrai pour tous les objets de la réalité virtuelle : Google et son Cardboard, lui est adaptable sur un smartphone à un prix se situant entre 15 et 32 dollars (soit entre 14 et 29 euros).

google cardboard
Le Google Cardboard est disponible à des prix compris entre 14 et 29 euros.

Pour le moment, les prix des objets de réalité virtuelle restent élevés, mais selon Skip Rizzo, chercheur dans les technologies créatives à l’université de Californie du Sud, ce prix pourrait baisser dans quelques années et en particulier avec l’arrivée des applications de réalité virtuelle applicables aux mobiles.

“Tout le monde aura à ce moment-là une application à la maison” explique Skip Rizzo, “Ça se vendra comme des petits pains”.

Faut-il avoir peur de la réalité virtuelle ?

D’autres analystes sont plus réservés. “Les développeurs d’applications de réalité virtuelle jouent gros avec la réalité virtuelle”, explique Brian Blau, directeur de recherche dans les technologies personnelles à Gartner et responsable de l’institut de recherche sur les technologies de la communication. “Peut-être que les développeurs feront mouche avec leurs applications, mais peut-être pas”. Et cela ne s’arrête pas là.

Raymond Wong, un producteur d’analyses à l’institut Mashable, est encore plus radical :

“je ne suis pas sûr que les gens voudraient de ces objets chez eux. C’est une expérience un peu trop isolante.”

Regis Kopper, directeur de l’institut d’immersion en environnement virtuel à l’université de Duke, s’inquiète des répercussions que peuvent avoir l’utilisation de ces technologies sur le corps et le psychisme :

“Dans le monde physique, le corps doit avoir une prise sur ce qui l’entoure, dans la réalité virtuelle, il abandonne ces considérations. Est-ce possible de recréer dans la réalité virtuelle la sensation de toucher sa jambe?”.

Jérémy Bailenson, chercheur au Virtual human interaction lab, estime encore que

“D’un côté, le réseau virtuel que permet de créer la réalité virtuelle permet d’être avec n’importe qui, à n’importe quel moment, mais d’un autre cote alors que nous serons de plus en plus dépendant des interactions virtuelles, le sens profond de ce sur quoi elle reposent changera”.

RV médecine
La réalité virtuelle pourrait permettre de récréer virtuellement la structure d’un atome.

Bien sûr la médecine, pourra bénéficier des applications de la réalité virtuelle, mais pas seulement, les étudiants pourraient aussi y recourir car celle-ci pourrait permettre la reconstitution virtuelle de la structure atomique ou encore l’immersion dans un atome virtuel.

Mais d’autres questions sont soulevées : la réalité virtuelle n’altèrerait-elle pas les interactions entre les individus ? Et les chercheurs en sciences du comportement de répondre, à l’image de Kopper, chercheur à l’université de Duke, “Les gens pourraient être amené à moins se socialiser , partant du principe que la réalité virtuelle peut leur apporter plus que les relations humaines”.

"
“Dans le monde physique, le corps doit avoir une prise sur ce qui l’entoure” Regis Kopper, chercheur à la Duke université.

Doit-on avoir peur de la réalité virtuelle ? Ou est-ce encore une peur du loup qui disparaîtra lorsque l’homme aura dompté cette technologie et y aura trouver son équilibre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *