Accueil / Gaming / Jeux Htc Vive / [TEST] Doom VFR : le FPS légendaire est de retour en VR sur HTC Vive et PSVR

[TEST] Doom VFR : le FPS légendaire est de retour en VR sur HTC Vive et PSVR

doom vfr test htc vive psvr

En 1993, id Software révolutionnait le jeu vidéo avec Doom, ses graphismes en 3D et sa vue à la première personne. Pour la première fois, les joueurs étaient immergés au cœur de l’action. En 2016, 23 ans plus tard, la franchise a su signer un retour magistral avec un excellent remake. En cette fin d’année 2017, Bethesda revient sur le devant de la scène avec Doom VFR, un nouvel épisode en réalité virtuelle de la célèbre franchise. Ce nouveau portage est-il à la hauteur de la réputation de cette saga de légende ? Réponse à travers notre test.

Présentation générale de Doom VFR

Modes de jeu : 1 joueur
Disponibilité : 1er décembre 2017
Prix : 30€
Développeur : id Software
Éditeur : Bethesda
Genre du jeu : FPS
Compatibilité : HTC Vive et PSVR
Testé sur :  HTC Vive

Scénario de Doom VFR : un scénario anecdotique qui laisse la part belle à l’action

Dans Doom VFR, le joueur incarne un personnage qui trouve immédiatement la mort, tué par un démon au sein de l’Union Aerospace Corporation, sur Mars. Heureusement, le personnage parvient à transférer sa conscience dans une sorte d’intelligence artificielle, et va pouvoir se venger en terrassant les hordes impies qui ont envahi la station spatiale.

Ce scénario s’efface très rapidement pour laisser place à l’action pure, dans la tradition de la saga et des jeux d’id Software. Concrètement, cette histoire d’intelligence artificielle sert principalement à justifier la faculté du personnage de se téléporter. En tant qu’entité virtuelle, l’avatar n’est pas soumis aux lois de la physique, et peut donc se déplacer librement. La campagne de Doom VFR est en quelque sorte une version abrégée de celle de Doom 2016. On retrouve les mêmes lieux, le même bestiaire et le même arsenal. L’esprit de la franchise est respecté, et c’est bien le plus important.

Gameplay de Doom VFR : un jeu d’action intense et nerveux

Le joueur contrôle son personnage à l’aide des contrôleurs à détection de mouvement Vive Wands. Sa main droite contrôle une arme à feu, tandis que sa main gauche permet de lancer des grenades. Plus tard dans le jeu, la grenade est remplacée par un lance-grenades.

Le système de déplacement repose sur la téléportation, comme dans un grand nombre de jeux en réalité virtuelle. Ce système a l’avantage d’éviter au joueur d’attraper la nausée. En l’occurrence, la téléportation est également une arme. Lorsqu’un démon est assommé, il est possible de se téléporter sur lui pour le réduire en miettes. Le personnage peut également se déplacer en chargeant. Le tout se fait en pointant le PS Move ou la manette HTC vers la zone désirée et d’appuyer sur le bon bouton. Simple, mais efficace. On notera également la présence d’un “Bullet Time” au moment de la téléportation, c’est à dire un léger ralentissement du temps. L’occasion de dégommer du démon à la chaîne sans risquer de se faire toucher.

Grâce au tracking room-scale du HTC Vive, il est possible de se tourner à 360 degrés, ce qui donne un rythme haletant à l’aventure. L’action est clairement au rendez-vous, et certains moments sont tout bonnement jubilatoires en termes d’intensité. La possibilité de bondir dans tous les sens en explosant du démon procure des sensations réellement jouissives.

Basé sur Doom 2016, un jeu très complet, Doom VFR propose un bestiaire bien plus riche et diversifié que tous les autres FPS VR disponibles à l’heure actuelle. De même, l’arsenal est très vaste, et le joueur trouvera très régulièrement une nouvelle arme avec laquelle s’amuser. Notons également la possibilité d’améliorer les armes. En somme, Doom VFR propose un gameplay très dynamique, et on retrouve l’action et la vitesse emblématiques de la saga.

Durée de vie de Doom VFR : une aventure courte, mais le challenge est au rendez-vous

Pour terminer la campagne de Doom VFR, il faut compter environ 2 à 4 heures en fonction du niveau de difficulté choisi. Au départ, trois modes de difficulté sont proposés. Une fois l’aventure terminée, il est possible de jouer dans deux nouveaux modes de difficulté encore plus extrêmes.

De fait, le jeu offre une certaine rejouabilité et le challenge est au rendez-vous d’autant qu’il est possible de récupérer des secrets disséminés dans les niveaux. On regrettera toutefois la brièveté de l’aventure, qui ne rassemble qu’un quart des lieux de la campagne de Doom 2016. On aurait apprécié un portage complet, comme Bethesda l’a fait pour l’excellent Skyrim VR et Fallout 4 VR, ou tout simplement un tout nouveau jeu inédit.

Graphismes et bande-son de Doom VFR : id Software conserve l’esprit Doom

On retrouve le style artistique de Doom, sombre et gore, et les fans de la saga ne seront pas dépaysés. Bien évidemment, compte tenu des limites techniques du HTC Vive, la qualité graphique est moindre par rapport à un Doom 2016 sur PC. Le jeu reste tout de même très beau.

La bande sonore et les bruitages tonitruants sont également fidèles au jeu d’origine. En somme, Doom VFR parvient à s’inscrire dans la saga d’un point de vue artistique. Les nostalgiques seront heureux de voir que id Software n’a pas perdu la main et garde intact le pur esprit Doom si cher au cœur des fans.

Immersion de Doom VFR : une expérience immersive et jouissive

L’action intense, la vue à la première personne et le système de téléportation minutieusement travaillé permettent de réellement se sentir immergé dans Doom VFR. L’atmosphère soignée et angoissante est également un plus dans ce domaine.

Voir les démons exploser en pièces est jubilatoire, au même titre que les sensations procurées lorsqu’on s’élève dans les airs. Bethesda et id Software sont donc parvenus à proposer une expérience très immersive en se basant sur une expérience déjà existante sur PC. Le PS Move est très agréable à prendre en main et donne vraiment la sensation d’être dans le jeu. Précis et confortable, difficile de vouloir mieux que ce suis est proposé ici par le PS Move ou la manette HTC Vive.

Confort de Doom VFR : confortable malgré quelques bugs

Grâce au système de déplacement par téléportation, Doom VFR ne procure pas de sensation de nausée. On retrouve le savoir-faire et l’expérience d’id Software, et l’expérience est très confortable.

On déplore malheureusement quelques bugs, qui peuvent même aller jusqu’à faire planter le jeu. Espérons qu’une mise à jour logicielle corrige rapidement ces problèmes. En outre, l’interface n’est pas toujours très bien pensée. Par exemple, les objectifs des missions sont un peu trop décalés à gauche, et continuent à se décaler si le joueur tourne sa tête.

Doom VFR Face à la concurrence

Grâce aux nombreux éléments repris de Doom 2016, Doom VFR propose un contenu beaucoup plus riche que les autres références du FPS VR comme Arizona Sunshine ou Robo Recall. En revanche, sa durée de vie laisse à désirer.

Si l’on compare Doom VFR à Skyrim VR, le jeu souffre là encore la comparaison par sa brièveté. Malgré tout, de par l’intensité de l’action et l’excellence du gameplay, Doom VFR s’impose comme une nouvelle référence du jeu de tir en réalité virtuelle.

Que vaut Doom VFR sur PSVR et avec le PS Move ?

Autant le dire d’emblée : Doom VFR est beaucoup moins réussi sur PSVR que sur HTC Vive. Le système de tracking beaucoup plus limité ne permet pas de se tourner à 360 degrés, et atténue donc la sensation d’immersion. De même, des problèmes de perte de tracking peuvent survenir et gêner le joueur.

Sur PlayStation VR, trois systèmes de contrôle différents sont proposés. Il est possible de jouer avec les contrôleurs à détection de mouvement PlayStation Move, de la même façon qu’avec les Vive Wands du HTC Vive. Il est également possible d’utiliser la manette DualShock 4 pour se déplacer de façon plus naturelle, en courant plutôt qu’en se téléportant. Cependant, ce mode de locomotion provoque rapidement la nausée. La dernière option consiste à utiliser le fusil Aim Controller du PSVR. Le joueur contrôle alors son arme à feu avec le fusil, tandis qu’il utilise le head-tracking pour viser avec la grenade. Là encore il est possible de se déplacer en courant. Malgré cette plus grande diversité de contrôles, et un PS Move très efficace, le jeu reste plus convaincant sur HTC Vive.

Conclusion du test de Doom VFR

Parmi les trois projets en réalité virtuelle dont Bethesda nous gratifie en cette fin d’année 2017, Doom VFR est indéniablement le moins ambitieux. Par rapport à Skyrim VR et Fallout 4 VR, la durée de vie est moindre. Cependant, le développeur est parvenu à réinventer Doom avec un système de déplacement intelligent optimisé pour la réalité virtuelle

L’expérience demeure très plaisante, et propose un défouloir intense et sanglant à souhait. Les fans de la saga seront sans nul doute aux anges. En revanche, nous conseillons davantage le jeu sur HTC Vive que sur PSVR.

Points positifs

  • Un jeu d’action intense
  • L’esprit de la saga Doom bien retranscrit
  • Un bestiaire et un arsenal très vastes
  • Un système de déplacement ingénieux

Points négatifs

  • Une durée de vie très courte
  • Moins convaincant sur PSVR que sur HTC Vive

Doom VFR : premier gros patch pour la sensation VR

Alors que Doom VFR réussit à convaincre tant les fans de la franchise qu’une portion conséquente des amateurs de jeux en réalité virtuelle, on a enfin eu le droit à une première mise à jour. Plusieurs petites améliorations sont au programme. Il faut dire qu’avec 8 Go  de plus, cela laisse de la place à des améliorations.

La principale modification concerne la prise en en charge des casques Windows Mixed Reality, à travers le portail Steam. L’objectif semble donc de pouvoir toucher un public plus large. Cela devrait aussi largement faciliter les commandes pour les propriétaires de l’Oculus Rift qui rencontraient parfois de sérieux problèmes. La jouabilité a aussi été améliorée de façon conséquente avec une option permettant d’avoir un déplacement plus fluide. Celui-ci est d’ailleurs ajustable à différents niveaux. Voici les autres changements qui apparaissent dans le gamelog :

  • Ajout de l’option Pitch Weapon pour ajuster l’angle de l’arme sur le contrôleur
  • Ajout d’une option pour sauter lors de l’utilisation de contrôleurs VR quand le déplacement fluide est activé
  • Ajout d’une bascule pour Dash lorsque le mouvement fluide est activé
  • Ajout de la possibilité de sauter avec le gamepad
  • Correction d’un problème de décoloration vu sur certains HMD
  • Bugs en tout genre

En connaissant la réputation du studio, qui adore régler les problèmes une fois les jeux sortis, on peut s’attendre à de nouvelles mises à jour très rapidement.

Quels sont les problèmes selon les utilisateurs

Vous l’avez sans doute noté, la principale amélioration de la mise à jour au-delà de la compatibilité concerne les possibilités pour le déplacement. C’était un vrai problème pour les premiers utilisateurs mais cette mise à jour devrait satisfaire la plupart. Cela permet surtout d’avoir une vraie alternative à ceux qui n’ont pas envie d’abuser du système de téléportation inhérent au jeu. C’est l’ensemble du système de mouvement qui est en fait revu avec cette mise à jour. Un problème persistant est toutefois celui des contrôles pour le Playstation VR. Ceux-ci ont besoin d’être véritablement améliorés pour permettre au jeu de toucher efficacement les joueurs sur la console. A l’heure actuelle, les mouvements ne paraissent pas être fluides ni intuitifs. Or, pour un jeu de ce registre, les mouvements et la logique de jouabilité doivent avant tout être instinctifs pour permettre une immersion maximale.

Un problème majeur et inattendu persiste cependant pour de nombreux utilisateurs. Il n’est pas optimisé pour les gauchers. C’est là aussi une véritable évolution qui va être nécessaire. Si Bethesda et id Software ont frappé très fort avec cette adaptation de la franchise Doom en réalité virtuelle, un cap reste encore à passer afin de pouvoir réellement s’imposer comme une référence à travers les différentes plateformes.

En 1993, id Software révolutionnait le jeu vidéo avec Doom, ses graphismes en 3D et sa vue à la première personne. Pour la première fois, les joueurs étaient immergés au cœur de l'action. En 2016, 23 ans plus tard, la franchise a su signer un retour magistral avec un excellent remake. En cette fin d'année 2017, Bethesda revient sur le devant de la scène avec Doom VFR, un nouvel épisode en réalité virtuelle de la célèbre franchise. Ce nouveau portage est-il à la hauteur de la réputation de cette saga de légende ? Réponse à travers notre test. Présentation générale…

Scénario : Un scénario anecdotique, dans la tradition de la saga Doom.


Jouabilité :Un gameplay de pure action intense.


Durée de vie : Une campagne très courte, mais 5 niveaux de difficulté.


Graphismes et bande-son: Des graphismes fidèles à la saga Doom.


Immersion: Une expérience intense et immersive.


Confort: Une expérience confortable malgré quelques bugs et défauts d'interface.


Gameplay - 8.5
Durée de vie - 7
Graphismes et bande-son - 7.5
Immersion - 7.5
Confort - 7

7.5

Scénario : Un scénario anecdotique, dans la tradition de la saga Doom.


Jouabilité :Un gameplay de pure action intense.


Durée de vie : Une campagne très courte, mais 5 niveaux de difficulté.


Graphismes et bande-son: Des graphismes fidèles à la saga Doom.


Immersion: Une expérience intense et immersive.


Confort: Une expérience confortable malgré quelques bugs et défauts d'interface.


Votre avis: 4.67 ( 3 votes)