Accueil / Secteurs d'applications / Santé / Psychothérapie VR – La réalité virtuelle pour soigner la santé mentale

Psychothérapie VR – La réalité virtuelle pour soigner la santé mentale

psychotherapie vr

En permettant de confronter les patients à la source de leurs troubles psychologiques au sein d’un environnement contrôlé, la réalité virtuelle pourrait s’avérer très efficace pour soigner la santé mentale. Découvrez tout le potentiel de la psychothérapie VR, mais aussi les nombreux obstacles qui se dressent sur son chemin.

Il y a encore quelques années, les problèmes psychologiques étaient considérés comme un tabou. Aujourd’hui, toutefois, la science a permis de déterminer qu’environ une personne sur quatre sera confrontée à des troubles de santé mentale au cours de sa vie. Par ailleurs, on sait désormais que ces problèmes ne concernent pas que l’individu, mais entraînent aussi de profondes conséquences socio-économiques.

Malgré l’importance de ces problèmes, le budget accordé à la recherche dans ce domaine est très faible. De même, si la consultation d’un thérapeute dans son cabinet peut s’avérer efficace jusqu’à un certain point, les changements surviennent principalement lorsque le patient a l’occasion d’affronter directement les situations qui le mettent en détresse. Le thérapeute doit donc agir davantage comme un coach et accompagner l’individu dans le monde réel.

Malheureusement, même si l’efficacité de cette approche est reconnue, le temps est souvent trop précieux pour envisager un tel mode opératoire. Par chance, grâce aux avancées effectuées dans le domaine de la réalité virtuelle, les choses sont sur le point de changer.

Des études prouvent le potentiel de la psychothérapie VR pour la santé mentale

Daniel Freeman, professeur de psychologie clinique à l’Université d’Oxford, a passé en revue 285 études menées avant la fin de l’année 2016 sur les liens entre la réalité virtuelle et la santé mentale. Parmi ces études sur la psychothérapie VR, dont la première date d’il y a environ 25 ans, 192 avaient pour sujet l’anxiété, 44 traitaient de la schizophrénie, 22 portaient sur les troubles mentaux liés à la consommation de substances, et 18 sur les troubles alimentaires. Par ailleurs, 154 de ces études concernent les possibilités de traitements, 86 sur l’accès aux conditions de santé mentale, 45 sur la théorie, et 14 sur le développement.

Les résultats des études concernant l’anxiété, et plus particulièrement l’anxiété sociale, les phobies et les syndromes post-traumatiques sont très convaincants. Les traitements en réalité virtuelle permettent d’obtenir des améliorations durables très rapidement.

En revanche, le nombre d’études concernant les autres types de troubles mentaux n’est pas suffisant pour tirer des conclusions définitives. Il est nécessaire d’effectuer davantage de recherches. Par exemple, seules deux petites études ont été menées au sujet de la dépression, l’un des problèmes psychologiques les plus répandus. De même, la réalité virtuelle semble efficace pour activer la sensation de besoin chez les personnes victimes d’addiction, mais aucun traitement sérieux basé sur la VR n’a été développé. Il en va de même pour les troubles alimentaires ou les problèmes de psychose.

De fait, à l’exception des problèmes d’anxiété, les bénéfices de la psychothérapie VR pour la santé mentale ne sont pas encore pleinement avérés. Malgré cela le potentiel semble très élevé pour la thérapie, le diagnostic, et pour l’amélioration du bien-être psychologique des individus.

Outre l’Université d’Oxford, la Maudsley Foundation Trust a également mené des expériences thérapeutiques en réalité virtuelle. L’American Psychiatric Association affirme également que la VR présente plusieurs avantages par rapport aux thérapies réelles. Le contrôle de l’environnement, la programmation du traitement, l’adaptation à l’individu et la répétition des scénarios comptent parmi les principaux points forts de la psychothérapie VR.

On peut comparer la réalité virtuelle aux substances psychédéliques, proposant également une alternative aux séances de psychothérapies et aux médicaments de l’industrie pharmaceutiques. Tout comme la VR, le LSD ou encore la Mescaline permettent d’expérimenter une réalité alternative et d’explorer les profondeurs du psychisme humain. D’ailleurs, il est intéressant de noter que ces substances connaissent elles aussi depuis quelque temps un regain d’intérêt de la part des scientifiques. Elles présentent des effets positifs pour lutter contre l’anxiété, l’addiction à la nicotine, ou encore la dépression.

Comment utiliser la réalité virtuelle au service de la santé mentale ?

La réalité virtuelle pour le coaching psychologique in-situ

La réalité virtuelle permet de confronter un individu à des simulations de situations réalistes, au point de tromper ses sens et de le confronter à la source de ses angoisses. De fait, il n’y a plus besoin d’un thérapeute pour accompagner le patient dans un centre commercial très peuplé ou en haut d’un immeuble, par exemple. Même des situations difficiles à reproduire dans la réalité, comme une agression ou la sensation de voler, peuvent être simulées.

Ainsi, le coaching in-situ, dont l’efficacité est si souvent vantée par les médecins, peut désormais être effectué directement entre les murs d’un cabinet. Mieux encore, la VR permet de gérer l’intensité des simulations et de répéter la confrontation autant de fois que nécessaire.

Par ailleurs, de nombreuses personnes peuvent être réticentes à l’idée d’affronter leurs peurs. Comme la réalité virtuelle n’est pas réelle, cette réticence tend à disparaître. Toutefois, notre corps et notre esprit se comportent comme dans la réalité au sein de ces environnements artificiels, et les leçons tirées dans la VR sont transférées dans le monde réel.

La réalité virtuelle pour le diagnostic psychologique

La VR n’est pas seulement utile pour la thérapie, mais aussi pour le diagnostic de santé mentale. Plutôt que de se baser sur les souvenirs ou les sensations des patients, les médecins peuvent lancer des simulations réalistes pour tester leurs réactions.

Un thérapeute virtuel pour démocratiser l’accès à la psychothérapie

Actuellement, les traitements en réalité virtuelle nécessitent la présence d’un thérapeute qualifié. Dans un futur proche, les thérapies pourraient être délivrées par un thérapeute virtuel. Ainsi, l’accès à la psychothérapie pourrait être bien moins cher et s’ouvrir au plus grand nombre.

La réalité virtuelle contre la phobie

En confrontant l’utilisateur à ses phobies les plus profondes, il est possible de l’aider à surmonter sa peur. Certaines applications, comme Face your Fears, disponible gratuitement sur Samsung Gear VR, permettent d’expérimenter de se confronter à différentes phobies depuis chez soi.

La réalité virtuelle contre l’addiction

Comme évoqué auparavant, la réalité virtuelle permet de confronter une personne victime d’addiction aux situations qui provoquent la sensation de désir compulsif. Ce faisant, elle peut apprendre à dominer ses pulsions et à les surmonter. Cette méthode est notamment utilisée pour lutter contre l’addiction à la cigarette, à l’alcool, ou encore au cannabis, en plaçant le patient dans une simulation de soirée festive. Toutefois, l’efficacité de cette méthode n’a pas été démontrée.

La réalité virtuelle contre les troubles alimentaires

La réalité virtuelle peut permettre de lutter contre les troubles alimentaires. En altérant la façon dont nous percevons nos corps, elle peut améliorer notre estime personnelle. Par exemple, dans le cadre d’une étude, des personnes atteintes d’anorexie ont pu expérimenter la sensation d’un corps doté d’un indice IMC sain. Peu de temps après, elles avaient tendance à moins surestimer leur poids.

La réalité virtuelle contre le syndrome de stress post-traumatiques

La réalité virtuelle peut proposer la Désensibilisation et le Retraitement par les Mouvement Oculaires, une technique couramment utilisée contre le syndrome de stress post-traumatique. Cette technique consiste à demander au patient de décrire un événement traumatisant tout en suivant du regard un objet en mouvement. Le fait de devoir effectuer plusieurs tâches simultanément permet de détourner l’attention des souvenirs douloureux et par conséquent de les rendre moins intenses et traumatisants.

Quelles sont les barrières qui se dressent face à la psychothérapie VR ?

Pour que la réalité virtuelle soit réellement efficace pour soigner la santé mentale, il sera nécessaire d’investir des quantités d’argent considérables, et d’effectuer de nombreuses recherches. Non seulement la partie psychologique de la psychothérapie VR doit être développée consciencieusement, mais la technologie utilisée doit elle aussi être aboutie.

Actuellement, de nombreuses expériences en réalité virtuelle sont décevantes, y compris dans le domaine des jeux vidéo. Les thérapies virtuelles doivent être aussi avancées que les meilleurs jeux du moment en terme de graphismes et d’immersion.

Par la suite, il sera également nécessaire de développer des applications exploitant tout le potentiel de la VR pour explorer les confins de l’imaginaire à des fins thérapeutiques, et non se contenter de simuler des situations réelles. Enfin, les traitements VR doivent être testés rigoureusement de façon clinique.

De fait, il reste beaucoup de travail à effectuer pour que la psychothérapie VR soit réellement probante. Cependant, une fois l’objectif atteint, les bénéfices pourraient se révéler extraordinaires. La psychothérapie pourrait même devenir le rôle principal de cette technologie.