Accueil / Gaming / Pokemon Go – Un jeu en passe de devenir un phénomène de société

Pokemon Go – Un jeu en passe de devenir un phénomène de société

Pokemon GO

Depuis le 7 Juillet dernier l’application Pokemon Go se répand à travers le monde sur le Play Store et l’Apple Store. D’abord en Australie et aux Etats-Unis, l’application s’est progressivement répandue comme une trainée de poudre et est devenue en quelques jours l’application la plus téléchargée, retour sur ce succès planétaire.

Disponible depuis quelques jours dans la plupart des pays d’Europe, l‘application se débloque progressivement dans les différents pays du globe, la France ne devrait pas tarder à entrer dans la danse. Pour les plus impatients il est possible de télécharger l’application en récupérant l’APK qui circule sur le net de manière totalement légal ou bien en créant un compte App Store localisé dans un des pays possédant le jeu pour les utilisateurs d’Iphone. Cette sortie mondiale décalée n’est due qu’au succès du jeu. The Pokémon Company, Nintendo et Niantic, créateurs du jeu ont été dépassés par le nombre d’utilisateurs, rendant les serveurs instables. Tout semble se remettre progressivement dans l’ordre et il faudra se montrer encore un peu patient pour récupérer officiellement l’application en France.

Pokemon GO

Pokemon GO, c’est quoi ?

Pokemon GO c’est une application en réalité augmentée qui tente de transposer l’expérience du jeu vidéo Pokemon dans la vraie vie. Pour faire simple : capturer des pokemons, les faire évoluer, se battre et compléter sa collection. Depuis plus de 20 ans Nintendo continue de faire rêver ses fans au travers des différentes générations de Pokemons (qui suscitent néanmoins de plus en plus de critiques). Avec Pokemon GO, c’est un retour nostalgique dans le passé. Ne comprenant que des pokemons de la première génération, Nintendo s’assure de toucher un large public en faisant vibrer l’âme nostalgique des joueurs, des plus jeunes qui pourront découvrir l’univers Pokemon grâce à une toute nouvelle formule, aux plus anciens, ceux qui ont connu les premières générations sur GameBoy en 1996.

Les joueurs de tout âge se retrouvent alors à jouer côte à côte dans la vraie vie, à visiter les villes, a pied, à vélo et en bus pour devenir le meilleur dresseur et compléter son pokedex (sa collection). Un concept simple et longtemps travaillé par le développeur Niantic pour créer une expérience prenante en réalité augmentée. Le succès est au rendez-vous.

Pokemon GO

Mais comment ça fonctionne ?

Le fonctionnement est simple : L’application se sert de Google Map pour générer les pokemons, arènes, pokestop et autres méchaniques propres au jeu. Ainsi les joueurs se déplacent sur un terrain de jeu qui n’est autre que celui de la vraie vie avec leur avatar (précédemment créé et personnalisé) tout en explorant des lieux d’intérêts qui contiennent des informations sur l’endroit visité. De quoi développer sa culture tout en parcourant sa ville, mais ne nous mentons pas, ce n’est pas cet aspect-là qui motive les joueurs. Mais bien la possibilité de capturer des pokemons dans la vraie vie. Ainsi dès qu’un utilisateur s’approchera d’un pokemon, le portable vibrera, il suffit alors de tapoter l’écran à l’endroit où se trouve le-dit pokemon pour lancer la capture. On passe alors en réalité augmentée, et on déplace l’appareil devant nous comme si l’on s’apprêtait à prendre une photo avec son smartphone, sauf qu’ici il y a bien une petite créature qui se tient devant nous et qu’il va falloir capturer en lançant une pokeball, équipement essentiel de tout dresseur de pokemons.

La réalité augmentée fonctionne bien et l’on se prend vraiment au jeu, la créature se trouve devant nous, bouge, et réagit quand on lance la pokeball. Une fois celle-ci capturée, elle est ajoutée à notre collection. Nous pouvons la garder là, l’améliorer et l’envoyer se battre dans des arènes. Des nombreux objets sont également présents dans le jeu pour permettre aux dresseurs de progresser. Bien entendu, il faudra se montrer patient pour les acquérir si vous ne désirez pas passer à la caisse et devoir payer avec votre carte bancaire. Free-to-Play exige.

Des histoires insolites

La folie pokemon aura donné droit à quelques situations cocasses. En Australie, c’est un commissariat qui s’est retrouvé victime d’un pokestop, un lieu où les joueurs peuvent récupérer divers objets comme des œufs et des pokeballs. Localisé devant un commissariat, le pokestop a attiré des centaines de joueurs pressés de récupérer leurs objets à la surprise des policiers qui ont vu des dizaines de personnes rentrer dans l’établissement. Suite à ça, le commissariat s’est fendu d’un communiqué sur Internet pour expliquer qu’il est possible de récupérer les objets sans rentrer dans le commissariat tout en mettant en garde les joueurs sur un ton humoristique : « Pour ceux qui utilisent Pokémon Go pour devenir dresseurs Pokémon, le commissariat de police de Darwin est peut-être un Pokéstop, mais sachez que vous n’avez pas besoin d’aller à l’intérieur pour récupérer des pokéballs. C’est aussi une bonne idée de lever les yeux et de regarder des deux côtés de la rue avant de la traverser. Ce Sabelette ne va pas s’échapper. Restez prudents et attrapez-les tous! ».

Un soldat américain parti affronté Daesh s’est fendu d’une petite capture d’écran sur Twitter où l’on peut le voir sur le front en train de capturer un carapuce, la mitrailleuse à la main avec en message : “Je viens juste d’attraper mon premier pokémon sur le front Mosul. Daesh, vient m’affronter dans un combat de pokemon. Les mortiers c’est pour les faibles.”

Pokemon GO

Un homme a quant à lui eu la surprise de voir des dizaines de joueurs se rassembler devant chez lui, habitant une ancienne église, sa maison avait été considérée comme une arène, poussant les joueurs à venir se battre virtuellement devant chez lui. Il postera sur Twitter : “Vivre dans une vieille église veut dire beaucoup de choses. Aujourd’hui, cela veut dire que ma maison est un centre de gym pour Pokemon Go. Cela devrait être fascinant.

Enfin, dans un autre registre plus macabre c’est une jeune femme qui en cherchant des pokemons est tombée sur un cadavre au milieu d’une rivière, de quoi vous faire arrêter de jouer pour quelques jours ! D’autres personnes encore ont décidé de se comporter comme la Team Rocket, grands méchants du jeu qui volent les pokémons en mettant en place des stratagèmes fourbes. En se servant d’un objet de Pokemon GO permettant d’attirer des pokémons, ils ont poussé de nombreux joueurs à rejoindre leur emplacement dans un lieu isolé pour ensuite les détrousser à l’aide d’une arme. Ils ont finalement été arrêtés.

Les dérives de Pokemon GO

Malgré le succès fulgurant de l’application, Niantic ne devrait pas non plus trop se réjouir car rien n’est encore gagné. En effet, l’application suscite et inquiète de nombreuses institutions qui voient d’un mauvais œil l’arrivée d’un nouveau type de randonneurs, les yeux rivés sur leurs portables. Et ils ont peut-être raison de s’inquiéter, car loin des découvertes de cadavres qui ne représentent là qu’un hasard parmi tant d’autres, des cas plus réguliers et avérés d’inattentions conduisent des joueurs à se blesser. Certains piétons trop occupés à poursuivre leurs pokemons favoris traversent s’en regarder, trop concentrés sur ce qui se passe sur l’écran. La folie Pokemon comme elle se fait appeler touche tous les pays où l’application est disponible. A New York, l’apparition d’un Aquali (un pokemon très rare) a attiré une foule de piétons qui ont traversé la route en courant pour capturer le précieux Pokemon.

Dans certains endroits se sont des pokestops mal placés qui énervent certaines personnes, comme la présence d’un de ces lieux d’intérêts sur un mémorial en hommage au décès d’un enfant survenu deux ans plus tôt. La mère a contacté Niantic pour demander le retrait du pokéstop, ce n’est d’ailleurs pas le premier du genre à faire son apparition, sur les réseaux sociaux l’on retrouve de nombreuses personnes relayant la présence non désirée de pokestops sur des mémoriaux, attirant un public venant récupérer des pokeballs.

Pokemon GO

Aux USA, c’est une véritable guerre que des pro et anti LGBT se livrent. L’église Westboro Baptist Church, réputée pour son opposition totale à l’homosexualité s’est fait vaincre virtuellement par un joueur. Leur église qui est également une arène sur Pokemon GO s’est faite capturée par un pro-LGBT dénommé Pinknose avec son Pokémon Mélofée répondant au doux nom de LoveIsLove. Un slogan utilisé pour venir en soutien aux victimes de la tragédie d’Orlando. L’église s’est alors empressée de créer un compte pour envoyer leur pokemon Roudoudou recapturer l’arène. Le combat n’est toujours pas terminé et chaque message du groupe sur les réseaux sociaux est accompagné du message “Repentez-vous ou périssez”, sans oublier d’employer le terme de sodomite pour qualifier les opposants. Charmant.

Quel avenir pour l’application ?

Tout les jours de nouveaux scandales et histoires polémiques font leur apparition sur la toile, des pétitions circulent actuellement dont une qui a récolté plus de 757 000 voix aux USA par l’Association pour les Familles Américaines. Une association conservatrice qui lutte pour ce qu’elle considère comme étant les valeurs des USA et qui tente de prévenir de tout danger pour les familles, du moins, selon eux. Opposée au mariage homosexuel, cette association braque cette fois son fusil sur cette application. Richard Eswood, directeur des relations publiques en explique les raisons :

“Notre travail, c’est non seulement de préserver les valeurs morales fortes qui ont servi de terreau à notre grand pays, mais aussi garder ses citoyens en sécurité et attirer l’attention sur les dangers et distractions auxquels elle fait progressivement face. La semaine dernière, cette application à causé plusieurs accidents de voiture, mais a aussi été à l’origine de l’agression au couteau de nombreux enfants, avant de conduire 3 jeunes femmes jusqu’à un cadavre. Ces jeunes femmes ne méritent pas de rester toute leur vie en gardant en mémoire cette image qui a fait irruption dans leur vie. Nous comprenons que ces incidents tragiques ne sont qu’un aperçu de l’étendue de douleur et de souffrance que ce jeu, à première vue innocent, apportera avec lui s’il reste en activité”

Pokemon GO

On retiendra surtout l’amalgame que cet homme réussit à créer en accusant l’application d’avoir conduit trois femmes à tomber sur un cadavre… Tout ce que ces personnes ont fait, c’est tenté de capturer des pokemons en sortant des sentiers battus, il y a des milliers de raisons d’agir de la sorte, et pokemon GO n’en est une que parmi tant d’autres.

Mais le mal est fait et certaines personnes sont aujourd’hui persuadées que Pokémon GO conduira le monde a sa perte. Pourtant il permet à de nombreuses personnes de socialiser et de se rencontrer, d’échanger et de sortir de chez elles pour visiter la ville, tout en se livrant à une activité amusante. Il s’agit d’un nouveau type d’activité proche de la chasse au trésor, l’on n’a jamais accusé cette dernière pratique d’être dangereuse, mais ce qui fait que l’application est ainsi accusée c’est son côté viral, sa popularité qui fait que ce jeu est en passe de devenir une phénomène de société. Pour le meilleur et pour le pire. Ce qui est sur cependant c’est qu’une fois la hype passée, Pokemon GO existera toujours et est un excellent moyen de prouver que la réalité augmentée à un réel avenir. Pionnier d’un nouveau genre de jeux, Pokemon GO est un cas très intéressant qu’il convient de suivre tout en évitant de tomber dans les amalgames et clichés qui suivent généralement si bien ce genre de phénomènes geek.

Pokemon GO

Nintendo se frotte les mains

L’avenir de Pokemon GO est prometteur, entre le nombre de pokemons à capturer, l’aspect social du titre et l’originalité du concept, Nintendo peut s’attendre à avoir de beaux jours devant lui. D’ailleurs, suite à la sortie de l’application, l’action de Nintendo est montée de 16% à la bourse de Tokyo, dépassant même Sony, un de ses plus grands concurrents ! Reste à voir maintenant ce que fera Niantic pour améliorer son titre dans les prochains temps. Nouvelles générations de pokemons, une réalité augmentée encore plus poussée, une comptabilité avec des lunettes de réalité augmentée, les possibilités sont nombreuses et nul doute que le développeur saura tirer parti de tout ça.

Retrouvez toutes nos astuces pour bien débuter dans Pokemon GO à cette adresse.