Accueil / Gaming / [TEST] Elite : Dangerous – Le simulateur spatial VR le plus réaliste et complet

[TEST] Elite : Dangerous – Le simulateur spatial VR le plus réaliste et complet

elite dangerous vr test

Elite : Dangerous est un jeu initialement sorti sur PC en 2014, mais adapté en réalité virtuelle en mars 2016. Ce simulateur spatial met l’accent sur le réalisme, avec des contrôles extrêmement techniques et une jouabilité rigoureuse. Par ailleurs, la liberté d’action est réellement impressionnante : explorer la galaxie, miner des ressources, commercer, chasser des primes, combattre ou même explorer des planètes à pied : tout ce que vous pouvez imaginer faire dans l’espace est possible. Alors, que vaut cette adaptation VR ?

À l’origine, Elite : Dangerous est sorti sur PC en décembre 2014. Il s’agit du quatrième volet de la saga Elite développée par Frontier Developments. C’est en mars 2016 que la compatibilité réalité virtuelle a été introduite pour Oculus Rift et HTC Vive. Découvrez les points forts et les points faibles de ce jeu.

Présentation générale de Elite : Dangerous VR

Modes de jeu : Massivement Multijoueur
Disponibilité : 28 mars 2016
Prix : 60€
Développeur : Frontier Developments
Genre du jeu : Simulateur spatial, MMO
Compatibilité : HTC Vive, Oculus Rift
Testé sur : Oculus Rift

Scénario de Elite Dangerous VR : un scénario laissé aux mains des joueurs

Elite : Dangerous n’est pas vraiment centré autour d’un scénario. Il s’agit avant tout d’un jeu de type MMO / bac à sable, laissant aux joueurs la liberté d’imaginer et de créer eux-mêmes l’histoire du jeu par leurs actes et leurs activités. Devenir un marchand richissime ou un chasseur de primes redouté dans tout l’univers sont des possibilités offertes par ce titre. La narration est donc laissée en retrait pour permettre aux joueurs de faire marcher leur imagination.

Malgré tout, des événements narratifs sont régulièrement organisés et déployés au fil des mises à jour. Le tout premier événement, qui accompagnait la sortie du jeu en 2014 contait l’histoire de six rivaux prêts à prendre la place de l’Empereur tombé malade. Les joueurs devaient choisir leur camp afin de déterminer le futur de l’Empire. Selon les développeurs, chaque histoire est conçue pour orienter les interactions entre les joueurs, tester leurs compétences, leurs connaissances et leur morale.

Ainsi, c’est aux joueur de décider de la conclusion de chaque histoire et de la tournure du scénario. De manière générale, on retrouve l’atmosphère d’une oeuvre de science-fiction de type space opera.

Gameplay de Elite Dangerous VR : un jeu très complet, mais très complexe

elite dangerous gameplay

Dans Elite : Dangerous VR, les joueurs peuvent se livrer à une quantité d’activités impressionnante. Il est possible d’explorer la galaxie, de miner des ressources, de commercer entre les ports spatiaux, de combattre des extraterrestres hostiles, de jouer les pirates ou au contraire d’incarner un chasseur de primes. Il est même possible d’atterrir sur une planète et de descendre pour l’explorer à pied. La liberté d’action est bluffante. Toutefois, cette liberté peut s’avérer un peu dissuasive pour les joueurs débutants, car l’utilisateur n’est pratiquement pas guidé et doit découvrir l’éventail de possibilités par lui-même.

Il est possible de jouer en utilisant un clavier, une manette, ou les contrôleurs à détection de mouvement Oculus Touche / HTC Vive. Le Voice Pack permet également d’interagir vocalement avec son vaisseau, comme dans un film de science-fiction. Ave Elite : Dangerous, Frontier Developments s’est fixé pour objectif de proposer l’expérience de simulation spatiale la plus réaliste de tous les temps. De fait, les contrôles s’avèrent extrêmement techniques et difficiles à prendre en main.

Les vaisseaux de Elite : Dangerous se pilotent comme de véritables vaisseaux. On dénombre des centaines de commandes différentes. De fait, la moindre action nécessite de s’entraîner. Il est indispensable d’effectuer tous les tutoriels dès le départ pour ne pas se retrouver perdu par la suite. Même avec de l’entrainement, certaines manoeuvres comme le décollage et l’atterrissage restent techniques.

Une fois les contrôles maîtrisés, toutefois, ce jeu est réellement jubilatoire. Les combats de vaisseaux contre d’autres joueurs, notamment, peuvent prendre une tournure littéralement épique. Notons qu’il est désormais possible de piloter un vaisseau à 4 joueurs, pour une atmosphère un peu plus conviviale.

Durée de vie de Elite Dangerous VR : un jeu aussi vaste que l’espace

elite dangerous durée vie

Comme tous les jeux massivement multijoueurs, Elite Dangerous VR présente une durée de vie quasiment infinie. La quête de gloire et de richesse intergalactique ne s’arrête jamais vraiment. De même, les explorateurs dans l’âme en auront pour leur argent. En septembre 2017, Frontier Developments dévoilait que seulement 14 779 755 systèmes solaires ont été découverts par les joueurs depuis 2014. Sur les 400 milliards de systèmes solaires, ce nombre ne représente qu’environ 0.003941%. Vous n’avez donc pas à craindre de prendre le train (ou le vaisseau) en marche. Par ailleurs, du contenu supplémentaire est très régulièrement ajouté au fil des mises à jour.

Cependant, Elite : Dangerous exige beaucoup de patience. Il ne s’agit pas d’un jeu d’arcade auquel on joue 20 minutes pendant sa pause déjeuner pour le plaisir de canarder des vaisseaux ennemis. Il faut compter de nombreuses heures pour découvrir les différentes facettes du jeu, assimiler les mécaniques et maîtriser les contrôles. D’ailleurs, vous passerez probablement plusieurs heures seul dans l’espace avant de rencontrer un autre joueur. On ne peut donc pas vraiment parler d’une durée de vie maximale, mais plutôt d’une durée de vie minimale en dessous de laquelle commencer à jouer à Elite : Dangerous ne vaut pas la peine. Si vous n’avez pas beaucoup de temps à consacrer au jeu, autant vous abstenir et préférer Eve Valkyrie par exemple.

Graphismes et bande-son de Elite Dangerous VR : des étoiles plein les yeux

elite dangerous graphismes

Les graphismes de Elite : Dangerous sont beaux. Très beaux. C’est un véritable plaisir pour les yeux de contempler l’immensité du cosmos, d’observer les lointaines étoiles briller au loin ou d’apercevoir le vaisseau d’un autre joueur fendre brièvement l’horizon. Là encore, le réalisme est de mise et les effets de lumière sont très réussis. Il en va de même pour les bruitages sonores qui contribuent fortement à l’immersion.

Cependant, la faible définition des écrans de casques VR pose problème par rapport à la version PC. Dans ce jeu, il est parfois nécessaire que le regard porte à des dizaines de kilomètres. Or, sur une telle distance, l’affichage devient flou. Il en va de même pour les indications textuelles au sein du cockpit qui peuvent manquer de netteté. Il faudra donc attendre l’arrivée d’un casque comme le Pimax 8K pour profiter réellement du potentiel graphique d’Elite Dangerous.

Immersion de Elite Dangerous VR : la réalité virtuelle libère tout le potentiel immersif du jeu

Sur PC, le but premier de Elite : Dangerous était de permettre aux joueurs de ressentir les sensations de pilotage d’un vaisseau spatial, de vivre la vie d’un explorateur cosmique. La sensation d’immersion était déjà impressionnante sur un écran de PC, mais prend une tout autre envergure avec un casque de réalité virtuelle. Elite : Dangerous semblait naturellement adapté à la VR, et ce n’est donc pas étonnant que le portage ait été réalisé avant même la sortie de l’Oculus Rift CV1.

Dès le début du jeu, l’immersion est bluffante, et l’on se sent pilote. Plutôt que d’appuyer sur un raccourci clavier pour afficher un menu, l’utilisateur doit tourner la tête pour consulter l’interface sur les différents écrans du cockpit. La VR libère incontestablement le potentiel immersif du titre. Malheureusement, Elite : Dangerous reste une adaptation VR d’un jeu PC, avec les limites que cela implique.

Par exemple, même avec les contrôleurs à détection de mouvement Oculus Touch / Vive Wand, le joueur n’utilise pas ses mains de manière intuitive pour manipuler les différents boutons et leviers du cockpit. Il se contente d’appuyer sur les boutons des contrôleurs pour interagir. On aurait préféré des interactions similaires à celles du jeu Lone Echo, où le joueur peut réellement saisir les poignées, tirer les leviers ou presser les boutons.

Confort de Elite Dangerous VR : une expérience intense, mais confortable

elite dangerous gameplay confort

En termes de confort, Elite Dangerous VR impressionne. Même pendant les loopings et autres figures de voltige, aucune sensation de nausée n’est à déplorer. De même, les graphismes de toute beauté préservent d’une éventuelle fatigue oculaire.

Pour parvenir à ce résultat, Frontier Developments a dû faire quelques concessions, comme la suppression par défaut de certains effets visuels jugés trop criards pour les yeux dans la VR. Cependant, le résultat est à la hauteur et vous aurez réellement l’impression d’être confortablement assis dans le fauteuil de votre cockpit.

Elite : Dangerous VR face à la concurrence

Dans la catégorie des simulateurs spatiaux, Elite : Dangerous VR est l’antithèse de EVE Valkyrie. Ce dernier se présente comme un jeu orienté d’arcade, laissant au joueur le plaisir de shooter les vaisseaux à tout va dans des batailles épiques rythmées par les explosions et les effusions de couleurs. Le jeu plonge directement le joueur dans le feu de l’action. Au contraire, Elite : Dangerous VR mise sur le réalisme et la technicité. Il s’agit donc d’un simulateur au sens propre du terme.

En ce sens, il se rapproche davantage de Star Trek Bridge Crew, le jeu VR multijoueur d’Ubisoft. Cependant, Star Trek se contente de proposer aux joueurs de piloter un vaisseau en coopération pour accomplir des successions de missions. L’éventail de possibilités offertes par Elite : Dangerous est bien plus vaste. Le commerce, l’exploration, le minage de ressources font de ce titre un jeu bien moins «cadré » que le simulateur spatial d’Ubisoft.

elite dangerous concurrence

Conclusion du test de Elite : Dangerous VR

Elite : Dangerous VR n’est pas parfait, mais sa profondeur force le respect. Il s’agit d’un jeu qui se dévoile au fil du temps, qui demande une patience et un investissement personnel. Si vous recherchez un simulateur spatial technique, un monde ouvert et une liberté d’action extrême, ce jeu est fait pour vous. En revanche, si vous préférez un jeu nerveux, proposant du fun et de l’action pure sans tourner autour du pot, vous risquez d’être rapidement découragé par la complexité de ce titre.

Points positifs

  • Une immense liberté d’action
  • Une durée de vie colossale
  • Un simulateur réaliste
  • Des graphismes de toute beauté

Points négatifs

  • Très difficile à prendre en main
  • Demande beaucoup de patience

Elite : Dangerous est un jeu initialement sorti sur PC en 2014, mais adapté en réalité virtuelle en mars 2016. Ce simulateur spatial met l'accent sur le réalisme, avec des contrôles extrêmement techniques et une jouabilité rigoureuse. Par ailleurs, la liberté d'action est réellement impressionnante : explorer la galaxie, miner des ressources, commercer, chasser des primes, combattre ou même explorer des planètes à pied : tout ce que vous pouvez imaginer faire dans l'espace est possible. Alors, que vaut cette adaptation VR ? À l'origine, Elite : Dangerous est sorti sur PC en décembre 2014. Il s'agit du quatrième volet…

Scénario : Un scénario laissant les rênes à la communauté de joueurs.


Jouabilité :Un gameplay très technique et une liberté d'action infinie.


Durée de vie : Durée de vie presque infinie à condition de prendre le temps de se plonger dans le jeu.


Graphismes et bande-son: Des graphismes de toute beauté.


Immersion: Un jeu à la première personne très immersif qui ravira les fans de science-fiction.


Confort: Une expérience très confortable.


Scénario - 7.5
Gameplay - 8
Durée de vie - 10
Graphismes et bande-son - 9
Immersion - 8.5
Confort - 8.5

8.6

Scénario : Un scénario laissant les rênes à la communauté de joueurs.


Jouabilité :Un gameplay très technique et une liberté d'action infinie.


Durée de vie : Durée de vie presque infinie à condition de prendre le temps de se plonger dans le jeu.


Graphismes et bande-son: Des graphismes de toute beauté.


Immersion: Un jeu à la première personne très immersif qui ravira les fans de science-fiction.


Confort: Une expérience très confortable.


Votre avis: 3.65 ( 3 votes)