Accueil / Gaming / [TEST] Brass Tactics – La nouvelle référence du jeu de stratégie VR

[TEST] Brass Tactics – La nouvelle référence du jeu de stratégie VR

couverture brass tactics

Brass Tactics est un jeu de stratégie en temps réel développé par Hidden Path Entertainement. Studio déjà à l’origine d’Age of Empires II (et sa version HD), son dernier jeu est un véritable héritier de la saga. Uniquement destiné à l’Oculus Rift, il est très attendu par les amateurs de tactical et de réalité virtuelle. Mais ces attentes sont-elles fondées ? 

On trouve des genres de jeux très variés en réalité virtuelle : sport, RPG, course, FPS… Il y a cependant quelques grands absents, tel que le STR (Stratégie en Temps Réel). Une tare que compte bien corriger le studio Hidden Path Entertainement avec Brass Tactics, héritier des Age of Empires. L’idée de base reste la même que les autres produits du genre, la VR en plus : un adversaire, un territoire à conquérir et des troupes à disposer. Tout se joue donc sur une bonne gestion de l’équilibre entre gameplay et utilisation de la réalité virtuelle. Alors, pari gagnant pour Brass Tactics ?

Présentation générale de Brass Tactics

Modes de jeu : 1 à 2 joueurs
Disponibilité : 22 février 2018
Prix : 39,99€
Développeur : Hidden Path Entertainement
Genre : STR (Stratégie en Temps Réel)
Compatibilité : Oculus Rift
Testé sur : Oculus Rift

Scénario de Brass Tactics : un classique indémodable

Campagne solo Brass Tactics

Les amateurs de STR le savent bien, le scénario fait rarement partie du cœur de ce genre de jeux. Si l’on trouve généralement un mode solo avec quelques éléments d’histoires, cela ne va pas plus loin. Brass Tactics suit la même lignée, mais propose tout de même une expérience non négligeable. Comme souvent, le royaume est en péril, et vous êtes le seul à pouvoir le sauver ! Dirigeant vos troupes d’une main de fer, il faut affronter vos ennemis et capturer leurs régions afin de trouver le chemin de la paix. Le jeu ne fait pas dans l’originalité, mais offre une narration plutôt agréable et de bons doublages (en plusieurs langues).

Ce n’est pas aujourd’hui que le scénario des STR aura droit à sa révolution, mais le cadre posé est accrocheur. Le solo sert avant tout à expérimenter toutes les possibilités du gameplay, avant se lancer en multijoueur pour imaginer ses propres histoires. Vu la proposition de Brass Tactics, c’est d’ailleurs tout ce qu’on lui demande.

Gameplay de Brass Tactics : la reprise parfaite des codes du STR en réalité virtuelle

Installation d'une tour dans Brass Tactics

S’il y a bien un élément sur lequel on attend Brass Tactics au tournant, c’est son gameplay. Il s’agit là de la pierre angulaire de tout STR qui se respecte et qui peut éclipser les faiblesses d’un jeu ou le condamner. Pas besoin de faire monter le suspense ici : Hidden Path Entertainement a brillamment réussi son coup.

Un STR efficace

À première vue, on se trouve en face d’un jeu de plateau ou s’affrontent deux camps. Le but est simple : capturer le territoire de l’adversaire, en finissant par son château. Pour ce faire, on redécouvre tout ce qui fait l’âme d’un STR : des troupes, des ressources et des améliorations. Sur la carte, on accède à plusieurs points d’importances sur lesquels des tours doivent être placées. Celles-ci permettent de créer les unités qui se battront corps et âme pour le joueur. Évidemment, on en trouve un grand nombre : des classiques guerriers aux cavaliers, en passant par des robots géants.

Création d'un robot dans Brass Tactics

On ne va bien sûr pas se contenter d’envoyer nos fiers combattants à la mort sans qu’ils soient prêts. C’est pourquoi il est possible d’améliorer leurs capacités au fur et à mesure des affrontements. Plus rapide, plus fort, plus nombreux… Les options ne manquent pas, mais concernent aussi d’autres aspects. On peut par exemple choisir de récupérer plus de ressources (que les villageois collectent automatiquement), car une guerre, ça coûte cher.

Si le jeu se veut facile d’accès et très intuitif, il est loin d’être simpliste. Les tactiques pour attaquer son opposant sont très nombreuses et demandent une bonne réactivité. Il faut réussir à gérer plusieurs fronts, tout en s’adaptant à son adversaire pour ne pas se laisser déborder. Il ne vous reste plus qu’à choisir comment aborder l’affrontement. Des attaques rapides, une ligne de défense, une diversion pour prendre l’ennemi par surprise, tout est possible. Si on conserve un schéma assez classique pour un STR, celui-ci est très efficace. Facile à comprendre, mais difficile à maîtriser.

Un véritable apport de la réalité virtuelle

On peut donc déjà parler de Brass Tactics comme d’un bon jeu de stratégie en temps réel. En tant qu’expérience en réalité virtuelle, ce n’est cependant pas tout ce que l’on attend de lui. Avec l’Oculus Rift, on souhaite trouver une certaine immersion, mais également des éléments de gameplay propre à la VR.

Tutoriel de Brass Tactics

Encore une fois, le studio a accepté le challenge et est parvenu à un résultat à la hauteur des espérances. La navigation sur les champs de bataille de Brass Tactics se fait très simplement (on appuie sur la gâchette et on “tire” pour avancer) tout en proposant une grande lisibilité. On saluera notamment le fait de pouvoir changer la hauteur de la table à l’envie, ce qui permet de s’adapter à toutes les situations. Dans le cadre d’un match multijoueur, on peut d’ailleurs voir où se trouve l’adversaire et ce qu’il fait de ses mains. Bien pratique pour déjouer les complots qui visent vos pauvres cités innocentes.

Le jeu utilise au mieux les possibilités offertes par la réalité virtuelle, et ce pour être accessible à n’importe qui. Le choix des troupes et l’installation de tour se font via une palette sur laquelle on récupère directement les objets à poser. C’est aussi sur celle-ci que l’on trouve les informations sur nos ressources et notre population. C’est également à la main que l’on dirige nos troupes, en leur indiquant simplement où se rendre. Toutes ses commandes se résument en réalité à une poignée de boutons et gestes que l’on intègre très vite. Les possibilités en combat dans Bras Tactics sont cependant limitées à l’attaque directe, à la manière des STR classiques. Si certains seront contents de voir cela inchangé, nous n’aurions pas été contre une petite évolution de ce côté-là.

Unité de guerriers dans Brass Tactics

Au niveau du Gameplay, Brass Tactics pourrait bien devenir une nouvelle référence du jeu vidéo en réalité virtuelle. En effet, il est un des rares à avoir conservé la qualité de son matériau de base, tout en l’améliorant grâce à la VR. Accessible aux débutants et intéressant même pour les connaisseurs, on peut parler d’une très belle réussite.

Durée de vie de Brass Tactics : vers l’infinie, et au-delà !

Ecran titres et modes de jeu de Brass Tactics

Brass Tactics offre un bon nombre de modes de jeu. La campagne, tout d’abord, promet environ six heures pour venir à bout de toutes ses cartes. Un habitué des STR n’aura pas de mal à la finir en moins de temps, mais c’est une durée qui correspond à un novice. Comme expliqué plus haut, le solo est surtout un moyen de se familiariser avec les commandes et les tactiques. Le cœur de Brass Tactics vient avant tout de ses modes multijoueurs.

Avec une vingtaine de maps disponibles, les affrontements contre d’autres joueurs sont très variés. Si on pense en plus les nombreuses possibilités d’attaque que chacune offre, chaque partie est différente de la précédente. Pour peu que l’on ne se lasse pas de ce genre de jeu, on se retrouve alors avec une durée de vie conséquente rien qu’en compétitif. C’est sans compter l’ajout d’une coopération possible dans la campagne solo. Si les batailles se ressemblent un peu plus (IA oblige) qu’avec le multi, le plaisir est toujours là.

On peut également noter la présence de Brass Tactics : Arena. Un mode de jeu où l’on s’affronte dans une arène (le nom le laissait deviner) à forces égales. Petite déception de ce côté tant l’intérêt semble limité. On aura vite fait de passer outre pour revenir aux autres expériences proposées, bien plus stimulantes et amusantes.

Graphismes et bande-son de Brass Tactics : images mémorables, musique oubliable

Troupe ennemi dans Brass Tactics

Dès son écran titre, Brass Tactics annonce la couleur avec un style cartoon très agréable à l’œil. Si certains préfèrent une approche plus réaliste, les graphismes rendent ici une parfaite atmosphère de jeu de plateau. On sent également une bonne influence de la saga Game of Thrones dans l’animation de bâtiments. Une fois posés, ils se déploient de la même manière que ceux que l’on aperçoit dans le générique de la célèbre série.

Si certaines textures semblent un peu “brut” vu de loin, leur qualité étonne lorsque l’on s’approche de très près. Que ce soit le château, les tours ou les habitations, le niveau de détails est impressionnant. Les troupes sont notamment très bien réalisées, là où leur petite taille aurait pu laisser présager un travail approximatif. La gestion de la lumière est également un point fort, avec des jeux d’ombres qui renforcent l’immersion.

Un village allié dans Bras Tactics

Si on peut encenser les graphismes de Brass Tactics, il est plus difficile de faire de même lorsque l’on s’attaque à sa bande-son. Pour les bruitages, rien de particulier : on retrouve les classiques coups d’épée, de flèches ou d’explosions. L’originalité n’est donc pas au rendez-vous, sans que cela soit vraiment négatif. C’est plutôt au niveau des musiques que l’on est réellement déçu, car aucune n’est véritablement marquante. Là où l’on attend une bande-son aussi épique que mémorable, comme les Age of Empires avaient su en proposer, on ressent un vide. L’OST n’est pas désagréable, mais elle est tellement oubliable que l’on se demande si elle était vraiment présente.

Immersion de Brass Tactics : devenir à la fois stratège et maître du jeu

Table de jeu de Bras Tactics

Tout au long de ce test, il est fait référence aux jeux de plateau qui semblent avoir inspiré Brass Tactics. La raison principale, c’est évidemment le choix de “poser le décor” sur une table. Le scénario justifie cet élément et permet une grande immersion. Alors que les STR se basent justement sur un éloignement de l’action, on se sent ici comme un véritable général d’armée.

Ce principe de table semblable à celle d’un jeu de figurines est repris jusqu’au bout. On pense notamment au fait de poser ses tours et de récupérer des améliorations via un tiroir devant notre château. Le tout donne réellement l’impression de disputer une partie de jeu de société dans une version fantasmée. Les commandes jouent également un rôle important dans cette sensation. Prendre des objets depuis une palette et de pointer les directions des troupes font ainsi l’effet d’un jeu d’échecs très élaboré. On notera cependant qu’en multijoueur, voir l’adversaire sous forme de fantôme armé d’un casque de contrôleur n’aide pas vraiment à l’immersion.

Confort de Brass Tactics : faire la guerre depuis son canapé en toute sérénité

STR étant souvent synonyme de longues sessions, le confort avait intérêt à être au rendez-vous. Sans surprise vu tout ce qu’a offert Brass Tactics jusqu’ici, c’est effectivement le cas. Tout d’abord, le jeu se pratique aussi bien debout qu’assis, un fait suffisamment rare pour être signalé. STR oblige, les déplacements du joueur ne sont jamais trop brusques et ne provoquent pas de motion sickness. Justement, si le mouvement est efficace, il peut fatiguer à la longue. On pense surtout aux affrontements sur deux fronts qui nécessitent des allées et venues rapides. Malgré tout, on ne parle que d’un léger effort physique qui n’effraiera que les vrais allergiques à la salle de sport.

On trouve également dans le jeu lui-même une véritable recherche de confort. Pouvoir régler quand on le souhaite la hauteur de la table est à la fois utile (stratégiquement) et appréciable. Le placement de la palette de sélection des bâtiments dans n’importe quelle main est aussi un point fort. On pourrait croire qu’il ne s’agit que de détails, mais ces éléments font toute la différence quand on parle de confort.

Brass Tactics face à la concurrence

Des jeux de stratégie, il en existe un très grand nombre en réalité virtuelle. Nous avions d’ailleurs fait une liste de ce qui se fait de mieux dans le genre. Il est cependant moins simple de trouver des STR de qualité. Malgré tout, certains réussissent à se démarquer.

Skyworld est sans aucun doute le plus gros concurrent de Brass Tactics à l’heure actuelle. Il existe de nombreuses similitudes entre les deux productions : la table, l’aspect cartoon et évidemment le gameplay. Petite variante sympathique du côté de Skyworld : l’impact des saisons pendant la partie. Un élément qui oblige à revoir ses tactiques et qui peut décider de la victoire ou de la mort. Le jeu est en plus disponible sur la majorité des casques du marché, contrairement à Brass Tactics (uniquement sur Oculus). Cependant, ce dernier profite de bien plus de contenu et d’un design bien plus agréable et original.

Pour les joueurs plus adeptes de science-fiction que de fantasy, on trouve Saga of the Void: Admirals. Disponible sur toutes les plateformes VR, il met en scène des combats de vaisseaux spatiaux. Ici, on peut même prendre part directement aux affrontements en tirant avec des canons en vue FPS. Si les graphismes ne font pas le poids face à Brass Tactics, on est bien en face d’un très bon STR multijoueur.

Pour terminer ces faces à faces, parlons d’un jeu plus minimaliste, et surtout bien moins gourmand. Tactera peut être trouvé sur Oculus Rift ou Gear VR et propose des affrontements sous forme de simulation holographique. S’il offre clairement moins de possibilités et des graphismes moins agréables que la concurrence, il reste efficace. Surtout, il fonctionne sur presque toutes les configurations.

Conclusion du test

On peut le dire : Brass Tactics est un excellent jeu. Son gameplay, tout d’abord, allie parfaitement la réalité virtuelle aux codes du STR. Si on aurait aimé voir plus de nouveauté ajoutées à ce genre, la recette est très efficace. Profitant d’une durée de vie conséquente et de magnifiques graphismes, il s’adresse aussi bien aux novices qu’aux vétérans. On regrette clairement que la bande-son soit si peu mémorable, mais cela ne suffit pas à gâcher le plaisir que nous offre Hidden Path Entertainement . S’il est encore trop tôt pour réellement l’affirmer, on peut déjà voir en Brass Tactics une référence du jeu de stratégie en réalité virtuelle.

Points positifs

  • Un gameplay qui allie parfaitement codes du STR et réalité virtuelle
  • Une durée de vie conséquente
  • Beaux graphismes
  • Accessible aux novices, intéressant pour les vétérans
  • Utilisation très confortable

Points négatifs

  • Une bande-son peu mémorable
  • Un STR très classique si on oublie la VR

 

Brass Tactics est un jeu de stratégie en temps réel développé par Hidden Path Entertainement. Studio déjà à l'origine d'Age of Empires II (et sa version HD), son dernier jeu est un véritable héritier de la saga. Uniquement destiné à l'Oculus Rift, il est très attendu par les amateurs de tactical et de réalité virtuelle. Mais ces attentes sont-elles fondées ?  On trouve des genres de jeux très variés en réalité virtuelle : sport, RPG, course, FPS... Il y a cependant quelques grands absents, tel que le STR (Stratégie en Temps Réel). Une tare que compte bien corriger le studio Hidden…

Scénario : Dans un STR, il est rare que le scénario possède un grand intérêt. Brass Tactics ne fait pas exception et propose une histoire assez classique à base d'invasion et de conquêtes. La campagne solo est cependant très agréable, en plus d'initier le jouer aux différentes tactiques.

Gameplay : Le Gameplay est clairement un des plus gros points forts du jeu. Si on conserve les codes très classiques du STR, ceux-ci sont parfaitement mêlés à la réalité virtuelle. On obtient donc un jeu parfaitement adapté aux nouveaux venus comme aux habitués du genre.

Durée de vie : Avec ses nombreux modes de jeux, il y a de quoi, faire dans Brass Tactics. Que ce soit en solo, en coopération ou en versus, chacun trouvera son bonheur. Les nombreuses cartes font en plus de chaque bataille des moments uniques.

Graphismes : Dès les premières parties, on se laisse emporter par les graphismes colorés de Brass Tactics. Mais ce sont surtout les nombreux détails des bâtiments et des unités qui surprennent. Un quasi sans faute de ce côté-là

Bande-son : Le point noir du jeu. Si les musiques proposées sont agréables et plutôt jolies, on les oublie très vite. Elles peinent à nous atteindre, là où on attendait des mélodies épiques et mémorables.

Immersion : L'impression d'être face à un jeu de plateau gigantesque est bel et bien là. Alors que le STR ne se prête pas à l'immersion, le studio a bel et bien réussi à nous mettre dans la peau d'un général et d'un stratège.

Confort : Un exemple à suivre pour bien des jeux en réalité virtuelle. Pouvoir jouer assis ou debout, gérer la hauteur de la table... Tout est fait pour mettre le joueur à l'aise, et on peut dire que cela fonctionne.

Scénario - 6
Gameplay - 9
Durée de vie - 9
Graphismes - 8
Bande-son - 6
Immersion - 9
Confort - 9

8

Scénario : Dans un STR, il est rare que le scénario possède un grand intérêt. Brass Tactics ne fait pas exception et propose une histoire assez classique à base d'invasion et de conquêtes. La campagne solo est cependant très agréable, en plus d'initier le jouer aux différentes tactiques.

Gameplay : Le Gameplay est clairement un des plus gros points forts du jeu. Si on conserve les codes très classiques du STR, ceux-ci sont parfaitement mêlés à la réalité virtuelle. On obtient donc un jeu parfaitement adapté aux nouveaux venus comme aux habitués du genre.

Durée de vie : Avec ses nombreux modes de jeux, il y a de quoi, faire dans Brass Tactics. Que ce soit en solo, en coopération ou en versus, chacun trouvera son bonheur. Les nombreuses cartes font en plus de chaque bataille des moments uniques.

Graphismes : Dès les premières parties, on se laisse emporter par les graphismes colorés de Brass Tactics. Mais ce sont surtout les nombreux détails des bâtiments et des unités qui surprennent. Un quasi sans faute de ce côté-là

Bande-son : Le point noir du jeu. Si les musiques proposées sont agréables et plutôt jolies, on les oublie très vite. Elles peinent à nous atteindre, là où on attendait des mélodies épiques et mémorables.

Immersion : L'impression d'être face à un jeu de plateau gigantesque est bel et bien là. Alors que le STR ne se prête pas à l'immersion, le studio a bel et bien réussi à nous mettre dans la peau d'un général et d'un stratège.

Confort : Un exemple à suivre pour bien des jeux en réalité virtuelle. Pouvoir jouer assis ou debout, gérer la hauteur de la table... Tout est fait pour mettre le joueur à l'aise, et on peut dire que cela fonctionne.

Votre avis: 4.5 ( 1 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *