Accueil / Gaming / [TEST] Orbus VR : le premier MMORPG en VR sur Oculus Rift et HTC Vive

[TEST] Orbus VR : le premier MMORPG en VR sur Oculus Rift et HTC Vive

orbus vr mmorpg oculus rift htc vive

Il y a maintenant plus de 10 ans, Blizzard démocratisait les MMORPG, jusqu’alors réservés aux hardcore gamers avec World of Warcraft. Depuis, des milliers de jeux de rôle en ligne massivement multijoueurs ont été lancés. Aujourd’hui, toutefois, pour la première fois, un véritable MMORPG en réalité virtuelle vient de voir le jour. Il s’agit de Orbus VR, un titre financé par le biais d’une campagne de crowdfunding sur Indiegogo. Découvrez notre test réalisé durant l’alpha ouverte du jeu, qui prenait place durant le dernier week-end de juillet 2017.

Présentation générale de Orbus VR

Modes de jeu : multijoueur
Disponibilité : Fin 2017
Prix : 40€
Développeur : Riley Dutton
Genre du jeu : MMORPG
Compatibilité : HTC Vive, Oculus Rift
Testé sur : Oculus Rift

Scénario de Orbus VR : avant d’aller sauver le monde, allez tuer 5 lapins pour me fabriquer des pantoufles

Le scénario de Orbus VR se présente comme une histoire d’Heroic Fantasy relativement basique. Pour résumer, le joueur incarne un héros chargé de sauver le monde d’une mystérieuse menace, mais devra pour ce faire gagner en puissance en accomplissant de nombreuses quêtes annexes afin de devenir plus fort. Comme dans la plupart des MMORPG, la trame narrative est plutôt bien développée, afin de donner une consistance à l’univers et favoriser l’immersion de ce joueur dans ce monde persistant. Cependant, beaucoup d’utilisateurs auront tendance à ne pas lire les dialogues de quêtes et autres textes, afin de ne pas ralentir la progression et la découverte du contenu, déjà très conséquent.

Gameplay de Orbus VR : un MMORPG classique adapté à la réalité virtuelle

Orbus VR reprend tous les codes des grands classiques du genre MMORPG, en tentant de les adapter à la réalité virtuelle. Ainsi, après avoir créé l’avatar qu’il incarnera en vue à la première personne, le joueur pourra choisir entre plusieurs classes : guerrier, chasseur, archer ou mage. Pour choisir sa classe, il suffit d’équiper une arme spécifique : l’arc pour les archers, le fusil pour les chasseurs, la baguette pour les mages, l’épée pour les guerriers. En éliminant des monstres à l’aide de cette arme, le joueur gagne de l’expérience et des niveaux pour cette classe. Il est donc possible de monter toutes les classes une par une.

Chacune de ces classes propose un gameplay différent, tirant pleinement parti des possibilités offertes par les casques de réalité virtuelle et leurs contrôleurs à détection de mouvement. Par exemple, l’archer devra tenir ses contrôleurs comme un véritable arc, et bien viser pour toucher les monstres. Le guerrier quant à lui devra parer les attaques en brandissant son bouclier, et se téléporter au bon moment en cas d’attaque de zone. Le mage doit dessiner des symboles dans les airs à l’aide de sa baguette pour lancer des sorts. En effet, les déplacements se font par téléportation, comme dans la plupart des FPS VR, afin d’éviter le motion sickness. Pour empêcher les joueurs de se téléporter instantanément à volonté, le jeu repose sur un système de portée qui se recharge entre chaque déplacement.

Comme dans la plupart des MMO, le joueur progresse en accomplissant des quêtes données par les différents PNJ (personnages non joueurs), consistant la plupart du temps à éliminer un certain nombre de monstres. En effet, Orbus VR se présente réellement comme un MMORPG à l’ancienne, et fait la part belle au « farming ». Pour progresser, le joueur devra tuer des dizaines et des dizaines de monstres. Certains trouveront donc le gameplay répétitif voire ennuyeux, mais les fans du genre apprécieront. En tuant des monstres, le joueur recevra peu à peu de nouvelles pièces d’équipement, améliorant son apparence et ses statistiques.

Il est très difficile de progresser seul, pour deux raisons. Tout d’abord, les monstres sont pratiquement tous redoutables, et il suffit de se faire attaquer seul par deux monstres pour être rapidement tué. Par ailleurs, les informations données au joueur sont très limitées. Pour se repérer dans ce vaste monde, le joueur ne dispose que d’une boussole indiquant la direction des différents lieux. Il est donc nécessaire de coopérer avec d’autres joueurs pour se battre en groupe, et pour échanger des informations concernant les quêtes. Cette difficulté digne des MMORPG d’autrefois pousse les joueurs à jouer en groupe de 5 au maximum, et donc à souder la communauté. De fait l’ambiance est conviviale et agréable, aux antipodes des jeux en ligne moderne dans lesquels les joueurs ne communiquent que pour s’insulter.

Par ailleurs, une partie du contenu est conçue pour des groupes. C’est le cas des donjons, réservés à des groupes de 5 joueurs, ou encore des raids de haut niveau et des World Boss, des monstres gigantesques qui ne peuvent être abattus que par de vastes groupes de joueurs. Pour venir à bout de ces défis d’envergure, les joueurs devront créer des groupes complémentaires. Un guerrier sera par exemple chargé d’encaisser les dégâts, un mage se chargera d’infliger des dommages aux monstres les plus imposants, et l’archer s’occupera d’infliger des dégâts de zone pour venir à bout des groupes de petits monstres. Notons également la présence d’un mode PVP, permettant aux joueurs de haut niveau de s’affronter entre eux.

Comme dans tout MMO qui se respecte, on retrouve également un système d’artisanat et de commerce. Les joueurs pourront rassembler des ingrédients pour créer des potions ou des artifices, et les revendre ou les échanger avec d’autres joueurs. De même, il est possible de s’adonner à la pêche en équipant sa canne à pêche. Notons que le pêcheur est une classe à part entière.

En somme, le gameplay d’Orbus VR rappelle beaucoup celui des premiers MMORPG (Dark age of Camelot, Everquest, World of Warcraft Vanilla…), avec un système de jeu punitif, difficile, obligeant le joueur à coopérer avec les autres usagers. Le fait de devoir tuer des centaines de monstres pour gagner de l’expérience, et de devoir marcher pendant de longues minutes pour aller d’une zone à l’autre pourra rebuter les plus jeunes, habitués aux jeux « fast food » dans lesquels tout est fait pour que le joueur avance sans frustration. Les fans de MMORPG hardcore seront en revanche aux anges. La principale différence avec les MMO classiques est le système de combat reposant sur des gestes physiques de l’utilisateur, et non sur l’utilisation d’une souris et d’un clavier.

Durée de vie de Orbus VR : une durée de vie quasiment illimitée

Les développeurs de Orbus VR promettent environ 20 heures de jeu pour la quête principale. Dans la version alpha, il est possible d’atteindre le niveau 12 au maximum, mais cette limite sera sans doute levée dans la version finale. Par ailleurs, il est également possible d’explorer le monde à la recherche de secrets, de développer ses talents d’artisans, de faire fortune grâce au commerce, et de s’adonner au PvP. Une fois le niveau maximum atteint, il est possible de collecter des ressources précieuses en combattant de puissants monstres en compagnie d’un groupe. Du contenu de haut niveau supplémentaire sera sans aucun doute ajouté par la suite. Ainsi, comme la plupart des MMO, Orbus devrait proposer une curée de vie quasiment illimitée.

Graphismes et bande son de Orbus VR : des graphismes sacrifiés au profit du contenu

Les graphismes sont sans conteste le principal point faible d’Orbus VR. Les graphismes « low-poly » ne sont clairement pas des plus impressionnants, et les personnages au look cartoonesque manquent cruellement de charisme. Dans l’ensemble, les décors sont aussi très vides et manquent de couleurs, surtout pendant la nuit. Bien entendu, il s’agit d’un sacrifice nécessaire pour que les développeurs puissent se concentrer sur le gameplay et le contenu du jeu. Rappelons que Orbus VR est le premier vrai MMORPG en réalité virtuelle, et que ses développeurs sont des indépendants.

Les futurs MMORPG VR proposeront sans doute des graphismes nettement plus avancés, mais il faudra attendre plusieurs années pour qu’un jeu VR combine un contenu aussi conséquent que Orbus et des graphismes dignes de Robo Recall. Quoi qu’il en soit, les personnes qui attachent beaucoup d’importance à la dimension visuelle d’un jeu n’accrocheront probablement pas. Les autres auront la chance de découvrir un jeu profond et captivant. La bande-son quant à elle est sympathique, mais tend régulièrement à se couper complètement. Ainsi, par moment, il n’y a ni bruitages ni musique, même s’il s’agit probablement d’un bug de la version Alpha.

Immersion de Orbus VR : incarnez votre héros dans ce monde en VR

Malgré le manque de réalisme des graphismes, Orbus VR propose une expérience en vue à la première personne très immersive. Le joueur a réellement l’impression d’incarner son avatar, notamment grâce au système d’équipement et de progression par niveau.

Confort de Orbus VR : une expérience confortable mais fatigante par moment

L’expérience est plutôt confortable. Grâce au système de déplacement par téléportation, aucun problème de motion sickness n’est à déplorer. En revanche, le fait de devoir rester debout avec son casque sur le nez peut s’avérer fatigant, notamment pendant les longs trajets sans action.

Orbus VR face à la concurrence

En tant que premier MMORPG en réalité virtuelle, Orbus VR n’a pas vraiment de concurrent. On peut toutefois le comparer à la première version de World of Warcraft, ou autres MMORPG de cette génération. La difficulté est élevée, le joueur n’est pas assisté, et tout n’est pas parfait, mais le jeu dispose d’une identité propre et d’un charme unique. De plus, le gameplay VR rend ce jeu nettement plus intense que les MMORPG du début des années 2000.

Conclusion du test de Orbus VR

Les ambitions de Orbus VR sont claires. Le jeu tente de reprendre les codes d’un genre vidéoludique écumé, voire démodé, à savoir le MMORPG, et de l’adapter à la réalité virtuelle. Sur ce point, le défi est totalement relevé. Les fans d’Everquest ou autre MMO old-school retrouveront le plaisir et la difficulté des jeux d’antan, avec un gameplay digne des meilleurs jeux VR à la première personne. On regrettera toutefois les graphismes un peu désuets et parfois ternes, mais si vous êtes capable d’en faire abstraction pour vous concentrer sur le jeu, alors foncez.

Points Positifs

  • Un contenu colossal
  • Un gameplay tirant parti des possibilités offertes par la VR
  • Un jeu coopératif
  • Le premier MMORPG VR

Points Négatifs

  • Des graphismes fades et low-poly
  • Un peu répétitif

Il y a maintenant plus de 10 ans, Blizzard démocratisait les MMORPG, jusqu'alors réservés aux hardcore gamers avec World of Warcraft. Depuis, des milliers de jeux de rôle en ligne massivement multijoueurs ont été lancés. Aujourd'hui, toutefois, pour la première fois, un véritable MMORPG en réalité virtuelle vient de voir le jour. Il s'agit de Orbus VR, un titre financé par le biais d'une campagne de crowdfunding sur Indiegogo. Découvrez notre test réalisé durant l'alpha ouverte du jeu, qui prenait place durant le dernier week-end de juillet 2017. Présentation générale de Orbus VR Modes de jeu : multijoueur Disponibilité : Fin 2017…

Scénario : Un scénario heroic fantasy basique mais développé.


Jouabilité :Un gameplay classique de MMORPG magistralement porté en VR.


Durée de vie : Une durée de vie quasiment illimitée.


Graphismes et bande-son: Des graphismes low-poly un peu ternes.


Immersion: Une expérience très immersive à la première personne.


Confort: Pas de motion sickness mais un peu fatiguant à la longue.


Scénario - 7.5
Gameplay - 9.5
Durée de vie - 9
Graphismes et bande-son - 5
Immersion - 9
Confort - 8.5

8.1

Scénario : Un scénario heroic fantasy basique mais développé.


Jouabilité :Un gameplay classique de MMORPG magistralement porté en VR.


Durée de vie : Une durée de vie quasiment illimitée.


Graphismes et bande-son: Des graphismes low-poly un peu ternes.


Immersion: Une expérience très immersive à la première personne.


Confort: Pas de motion sickness mais un peu fatiguant à la longue.


Votre avis: Be the first one !