Accueil / Gaming / [Test] Dragon Front – Guerre Mondiale et fantasy sur Gear VR

[Test] Dragon Front – Guerre Mondiale et fantasy sur Gear VR

Dragon Front

Disponible depuis le mois de février 2016 sur Oculus Rift, le jeu Dragon Front est disponible en open beta sur Samsung Gear VR depuis le début du mois d’octobre. Fièrement mis en avant par Oculus, ce titre dispose d’indéniables qualités. Toutefois, est-il vraiment adapté au casque de réalité virtuelle de Samsung ?

Scénario

L’univers de Dragon Front se présente comme une métaphore de la seconde guerre mondiale, nappée d’heroic fantasy traditionnelle. Afin de changer le cours du temps, le héros que vous incarnez revient dans le passé pour tenter de modifier le déroulement de la seconde Grande Guerre.

Ce conflit imaginaire oppose quatre factions. Les Scales sont des chevaliers humains et des ingénieurs nains guidés par leur foi. Les Eclipse sont des nécromanciens spécialisés dans le vol de vie et de mana. Les Thorns sont les elfes de la forêt et les forces de la nature, dont la plus grande force est une croissance rapide et une régénération accrue. Enfin, les Strife sont un peuple de montagnards capables d’infliger de lourds dégâts à leurs ennemis.

com-highvoltagesoftware-dragonfront-20161030-195927

Si l’on retrouve ici les codes de l’heroic fantasy instaurés par Tolkien et autres écrivains, les références à la Seconde Guerre Mondiale sont également nombreuses. Certains artworks rappellent directement les affiches de propagande de l’époque, et plusieurs personnages font penser aux unités ou aux machines de guerre de ce terrible conflit.

Le scénario de Dragon Front n’est pas développé outre mesure, mais le background et la direction artistique créent une atmosphère unique, à la fois poétique et ancrée dans le réel. L’ambiance est très plaisante et on prend plaisir à découvrir de nouvelles unités.

Jouabilité

Le joueur incarne donc un général, chargé de mener ses troupes à la victoire. Concrètement, le titre se présente comme un jeu de cartes dans la lignée de Magic : The Gathering ou plus récemment Hearthstone.

Juchés en haut de leurs bastions respectifs, les généraux s’affrontent en déployant leurs unités au tour par tour. Chacun possède un deck de cartes à utiliser sur le champ de bataille en échange de points de mana. Ces cartes peuvent être des unités d’infanterie, des sorts, ou des terrains.

com-highvoltagesoftware-dragonfront-20161030-200203

Le champ de bataille est composé de quatre colonnes et quatre lignes. Chaque camp occupe deux lignes. L’objectif est de déployer ses unités pour tenter de traverser les lignes ennemies et d’attaquer le bastion ennemi. Lorsque les points de vie de la forteresse tombent à 0, la partie est finie.

Les unités de combat sont des personnages possédant un score d’attaque et un score de points de vie. En cas de confrontation, les deux unités s’attaquent simultanément. Si leurs points de vie tombent à 0, elles sont détruites. En plus de ces scores, les unités possèdent également des pouvoirs spéciaux d’attaque, de défense, de soin ou de déplacement.

Ces pouvoirs s’activent par exemple lors de l’arrivée sur le champ de bataille, lors d’un mouvement, ou en début de tour, à condition de remplir certaines conditions. Par exemple, si une unité spécifique est placée sur la même ligne qu’un adversaire en début de tour, elle octroie un point de mana au joueur.

com-highvoltagesoftware-dragonfront-20161030-200251

Les cartes de sort quant à elles permettent d’utiliser la magie pour influencer le cours de la bataille. Certains sorts permettent de soigner ses unités, d’autres d’infliger des dégâts à l’armée adverse, ou encore de piocher davantage de cartes. Enfin, les terrains se placent sur le champ de bataille et confèrent des bonus. Par exemple, la fontaine de mana des Thorns permet de recevoir du mana en plus à chaque tour, tandis que les Scales peuvent ériger des murs défensifs pour bloquer les hordes ennemies.

Vous l’aurez compris, le jeu est très technique et nécessite de comprendre rapidement les spécificités de chaque carte, au risque de perdre son tour en jouant trop lentement. Heureusement, la réalité virtuelle offre une interface claire et intuitive.

Il suffit d’orienter son regard vers n’importe quelle carte ou unité du champ de bataille, et d’effectuer un glissement vers le haut du pavé tactile pour consulter ses caractéristiques. De même, l’utilisateur peut consulter les cartes qu’il a en main en levant les yeux vers le haut.

com-highvoltagesoftware-dragonfront-20161030-200445

Outre ces différentes cartes, chaque faction dispose d’un champion, attendant patiemment d’être invoqué sur le côté du champ de bataille. Pour déployer son champion, le général doit dépenser 15 points de mana. Les points de mana s’obtiennent à chaque début de tour, mais aussi en sacrifiant des cartes ou en utilisant des pouvoirs spéciaux.

Une fois déployés, les champions permettent de renverser le cours d’une bataille. En plus de posséder une puissance et des points de vie élevés, ces créatures améliorent l’ensemble des unités alliées présentent sur le terrain. Par exemple, le champion des Thorns ajoute de la puissance aux créatures alliées à chacun de ses déplacements.  

com-highvoltagesoftware-dragonfront-20161030-200219

Le but du jeu est bien sûr de constituer un deck surpuissant pour terrasser tous ses adversaires. Pour ce faire, il est nécessaire d’acheter des paquets (boosters) de cartes. Chaque booster contient 4 cartes, dont une rare ou supérieur.

Un booster peut être acheté en argent réel pour 99 centimes, mais aussi avec des pièces d’or. Les pièces d’or s’obtiennent en accomplissant différentes quêtes (détruire un certain nombre d’unités, atteindre un niveau, remporter X parties…). Il est également possible de fabriquer les cartes de son choix en réunissant des composants.

com-highvoltagesoftware-dragonfront-20161030-195945

Durée de vie

Après un bref tutoriel solo, permettant au néophyte de découvrir les quatre factions, le joueur choisit la faction de son choix et reçoit trois boosters. Il peut ensuite commencer à personnaliser son deck. Jusqu’à quatre decks peuvent être créés pour chaque faction.

Le joueur va alors pouvoir commencer à jouer en multijoueurs et affronter d’autres utilisateurs. Chaque partie gagnée permet de gagner des points d’expérience et de gagner des rangs. L’objectif est de passer du rang 20 au rang 1 pour affronter les meilleurs joueurs de Dragon Front.

Multijoueur oblige, Dragon Front dispose d’une durée de vie potentiellement illimitée, pour peu que l’on accroche au concept. Il s’agit du premier jeu compétitif disponible sur le Gear VR, et les nombreuses cartes disponibles garantissent de longues heures de réflexion pour les plus fins stratèges.

com-highvoltagesoftware-dragonfront-20161030-195821

Moyennant la lourde somme de 5000 pièces d’or (ou un petit coup de carte bleue), il est possible de débloquer une deuxième faction, et ainsi de suite. Les joueurs pourront donc explorer l’ensemble du contenu progressivement et essayer les différents styles de jeu.  

Par ailleurs, trois nouvelles factions sont d’ores et déjà en préparation et viendront étoffer le contenu et renouveler l’équilibre du jeu en offrant de nouvelles possibilités de stratégies. On ignore pour le moment la date de sortie de ces trois nouvelles factions.

Graphismes

La direction artistique est très plaisante. Le style cartoon et fantaisiste contraste avec la violence de cette atmosphère militaire. Les unités disposent pour la plupart d’un design réussi, et les animations sont également agréables au même titre que les effets visuels.

dragon-front

Chaque faction dégage sa propre atmosphère. Les Strife et leurs montagnes de feu, le Thorns dans leur forêt luxuriante, les Scales et leurs châteaux immaculés ou les ténébreux Eclipse ont tous une identité forte et chacun trouvera la faction qui correspond à son caractère.

Bande-Son

La bande originale est réussie. On retrouve bien l’ambiance militaire, épique et fantastique du titre. Les effets sonores sont également réussis, bien que parfois un peu agressifs pour l’oreille. Notons également le doublage de qualité en Français.

Conclusion sur Dragon Front

Le jeu Dragon Front est un jeu de cartes et de stratégie complexe et abouti. Un wargame de qualité tirant parti de la réalité virtuelle pour proposer une interface intuitive et immersive. Le joueur se sent réellement dans la peau d’un général, surplombant le champ de bataille et dirigeant ses armées vers la victoire.

Malheureusement, malgré l’interface intuitive, le jeu reste très complexe, et peut-être même un peu trop pour le Samsung Gear VR. Ce type de jeu nécessite généralement de passer de longues heures dans les menus, à étoffer minutieusement sa collection de cartes pour créer un deck optimal. Or, le Gear VR est a priori conçu pour des utilisations courtes. L’expérience peut vite devenir désagréable.

dragon-front-scales

Même pendant les combats, la longueur des parties peut devenir problématique. Pendant l’une des batailles menées pour ce test, après 15 minutes de jeu, le Samsung Galaxy S7 sur lequel nous avons essayé le titre a commencé à surchauffer.

Non seulement les problèmes de surchauffe ne sont pas très rassurants quand on a un smartphone Samsung à quelques centimètres de son visage (spéciale dédicace au Galaxy Note 8), mais le jeu commence alors à ramer et peut provoquer des maux de tête. Malgré la prise de risque pour tenter de terminer la partie, afin de ne pas céder la victoire à l’adversaire, le jeu a fini par se désynchroniser et la bataille en question s’est soldée par une défaite.

En l’état actuel, Dragon Front n’est donc pas vraiment optimisé pour le Samsung Gear VR. Le jeu est encore en bêta, et on peut espérer que des modifications logicielles seront apportées pour remédier à ce problème. Malgré tout, il semble que le Gear VR soit condamné à devoir se contenter d’expériences très courtes, ce qui est regrettable et risque de limiter les développeurs d’applications… gageons que les prochaines générations de casques VR mobiles changeront la donne.

Points Positifs

  • Une direction artistique réussie
  • De nombreuses cartes à collectionner
  • Quatre factions, quatre styles de jeu différents
  • De nombreuses stratégies possibles

Points Négatifs

  • Le smartphone surchauffe souvent avant la fin d’une partie
  • Plantages intempestifs
  • Le prix des factions en pièces d’or

Disponible depuis le mois de février 2016 sur Oculus Rift, le jeu Dragon Front est disponible en open beta sur Samsung Gear VR depuis le début du mois d’octobre. Fièrement mis en avant par Oculus, ce titre dispose d’indéniables qualités. Toutefois, est-il vraiment adapté au casque de réalité virtuelle de Samsung ? Scénario L’univers de Dragon Front se présente comme une métaphore de la seconde guerre mondiale, nappée d’heroic fantasy traditionnelle. Afin de changer le cours du temps, le héros que vous incarnez revient dans le passé pour tenter de modifier le déroulement de la seconde Grande Guerre. Ce conflit…

Scénario : Un univers soigné et développé, une atmosphère fascinante et travaillée à mi-chemin ente heroic fantasy et seconde guerre mondiale.


Jouabilité : Un jeu de cartes stratégique complexe et très complet, de nombreuses cartes à collectionner.


Durée de vie : Un mode mutijoueurs avec un système de classement compétitif.


Graphismes : Des graphismes détaillés, une direction artistique au style cartoon très réussie.


Bande-son : Une bande originale épique en harmonie avec l'atmosphère du titre.


Scénario - 7
Jouabilité - 6
Durée de vie - 8
Graphismes - 7
Bande-son - 6

6.8

Scénario : Un univers soigné et développé, une atmosphère fascinante et travaillée à mi-chemin ente heroic fantasy et seconde guerre mondiale.


Jouabilité : Un jeu de cartes stratégique complexe et très complet, de nombreuses cartes à collectionner.


Durée de vie : Un mode mutijoueurs avec un système de classement compétitif.


Graphismes : Des graphismes détaillés, une direction artistique au style cartoon très réussie.


Bande-son : Une bande originale épique en harmonie avec l'atmosphère du titre.


Votre avis: 3.85 ( 3 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *