in ,

Un directeur d’agence passe 48h dans la réalité virtuelle

Dean Johnson passe 48h dans la réalité virtuelle

Dean Johnson, directeur d’une agence d’innovations Londonienne nommée Brandwidth a décidé, en avril dernier, de passer 48h la tête dans un casque de réalité virtuelle. Le but étant de résister aux effets secondaires des longues sessions de jeu en réalité virtuelle.

Brandwidth est une agence britannique de communication spécialisation dans l’innovation. Partenaire de grandes compagnies comme Disney ou Apple, le patron de l’agence, Dean Johnson, ne manque pas d’idée et d’aplomb.

En avril dernier, il se lance comme défi fou de passer plus de 48h avec un casque de réalité virtuelle sur la tête. Alors que certains se plaignent de maux de tête ou de nausée après quelques heures d’utilisation, ce patron d’entreprise a décidé de tester sa résistance à la réalité virtuelle.

Les fabricants et les entreprises VR ne soutiennent pas le projet

Si le défi demande du courage, il est aussi qualifié d’insensé, voir de dangereux par les fabricants de casques VR qui ne soutiennent pas le projet malgré les demandes de Dean. Pourtant celui-ci assure qu’une telle expérience leur serait favorable pour deux raisons. La première, pour donner plus de visibilité à ses fabricants. La deuxième, pour tester, scientifiquement parlant, les limites physiques d’un joueur de jeu de réalité virtuelle.

Ne pas rester enfermé

Dean Johnson passe 48h dans la réalité virtuelle

Un des principaux arguments des entreprises et fabricants qui ne soutiennent pas le projet, c’est celui de l’isolement en intérieur. Qu’à cela ne tienne, Dean était accompagné et surveillé tout au long de son expérience. Il est même sorti dans la rue pour se dégourdir les jambes, manger. Il a même participé à une course de Kart et s’est fait tatouer.

Le test du salon de tatouage

Dean assure que l’expérience était scientifiquement intéressante. Il explique avoir pris conscience de l’influence de la réalité virtuelle sur les actions physique, mais surtout de l’atténuation de la douleur en immersion virtuelle. Ainsi, Dean s’est rendu, casque vissé sur la tête, dans un salon de tatouage. Selon ses impressions, la douleur physique était atténuée par l’utilisation d’un casque de réalité virtuelle au moment du tatouage. De plus, la fréquence cardiaque a été comparée avec et sans dispositif avec un écart de 30 battements de coeur par minute, ce qui semble aller dans le sens des propos de Dean.

Les conclusions de Dean sont en accord avec une étude britannique sur la réduction du stress et de la douleur pendant les soins dentaires.

Une aventure qui se termine bien

Si Dean Johnson a passé deux jours dans la réalité virtuelle, il n’a heureusement gardé aucune séquelle physique ou psychologique. Toutefois, il se pourrait que l’expérience ne fût pas assez immersive pour pouvoir tromper complètement le cerveau. Peut-être que Dean retentera l’expérience à l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *