Accueil / Produits / Casque VR / HTC VIVE / [TEST] ISS RESCUE – Viser la lune pour atterrir dans les étoiles

[TEST] ISS RESCUE – Viser la lune pour atterrir dans les étoiles

Couverture expérience VR ISS RESCUE

ISS RESCUE est une expérience en réalité virtuelle qui vous envoie littéralement dans les étoiles. Développé par Myoken pour les salles I-Reality de I-Way, le jeu fait de vous un astronaute en route vers la station spatiale internationale. Avec l’immersion et la coopération comme principal objectif, c’est un résultat agréable, mais perfectible qui est finalement proposé.

En cours de création depuis un an, ISS RESCUE est le fruit de la collaboration entre les salles I-Way et Myoken. Après un appel d’offres de la première et un test réussi de la seconde, le projet d’une expérience VR a pu être lancé. Plus connue pour ses simulations (F1, avions de chasse, motos GP…) et ses escapes Room, la société lyonnaise se jette un nouveau défi. Au cœur de cette expérience, l’envie d’immerger le joueur dans une simulation spatiale, sans oublier le jeu. Alors, objectif atteint ou échec de la mission ? Réponse dans ce test.

Présentation générale de ISS RESCUE

Modes de jeu : 1 à 6 personnes
Disponibilité : 31 janvier 2018, sur réservation (à partir de 12 ans)
Prix : À partir de 39 euros/personne (seulement pour une réservation de minimum 4 personnes)
Développeur : Myoken
Genre du jeu : Simulation spatiale / expérience VR en salle
Casque utilisé : HTC Vive
Lieu : 4 Rue Jean Marcuit, 69009 Lyon

Scénario de ISS RESCUE : on a tous quelque chose en nous de Gravity

Affiche de ISS Rescue

Avec son scénario, Myoken et I-Way nous font bien comprendre qu’on ne se trouve pas en face de l’intérêt principal du jeu. Dès son briefing (effectué dans la réalité par un “maître du jeu”), on nous assure qu’il s’agit d’une mission de routine, sans aucun danger. Évidemment, rien ne se passe comme prévu et les joueurs se retrouveront vite bloqués en dehors de la station spatiale internationale. Ils devront alors faire face plusieurs épreuves et petites énigmes pour sauver aussi bien l’ISS que leur peau. De l’aveu même de Pierre Nicolas, le fondateur d’I-Way, l’équipe s’est particulièrement inspirée des films Gravity et Appolo 13. Une influence que l’on ressent notamment dans l’histoire, mais également dans la réalisation (nous y reviendrons).

Gameplay de ISS RESCUE : simple et efficace

Astronaute dans ISS Rescue

Avec l’objectif de faire ressentir aux joueurs les pratiques d’un astronaute, Myoken fait face à un défi de taille. Il faut éviter des commandes trop complexes, de l’autre, mais également ne pas les rendre trop simples et inintéressantes. La société réussit plutôt bien son pari, malgré un nombre d’actions finalement assez limité. On peut évidemment utiliser ses mains pour interagir avec les objets d’une pression de la gâchette, mais ce n’est pas tout. Il faut tout d’abord parler du bracelet que l’on récupère en début de partie. Celui-ci fait office de menu, lequel nous donne accès à la majorité des possibilités offertes par le jeu. En le touchant, on fait apparaître un hologramme divisé en quatre parties, chacune proposant une action.

La guerre des boutons

Les trois premières possèdent des fonctions simples. Avec le premier, on peut se mouvoir à travers la station en sélectionnant une destination sur la carte qui apparaît. À noter qu’on ne se téléporte pas, mais qu’on se déplace en “glissant” une fois le lieu choisi, un trait indiquant le chemin. Concernant les deux autres, l’une offre la possibilité de faire appel à Houston, le maître du jeu présent au cours de chaque session. Celui-ci donnera alors des conseils si les participants se retrouvent coincés ou s’ils ne savent plus quoi faire. L’autre permet de voir où se trouvent nos coéquipiers.

La commande la plus importante est sans aucun doute celle donnant accès au PGT (Pistol-Grip Tool), un outil ressemblant à un pistolet. Pas question de tirer ici, à part dans une seule phase aussi courte que peu intéressante. Sa véritable utilisation est double : elle permet à la fois de (dé)visser et colmater les trous. Car si le contexte de l’ISS en déroute est épique, votre quête se résume, elle, à réparer la station. Pour ce faire, vous devrez combler les fuites qui parcourent la coque et ouvrir des panneaux pour résoudre des énigmes.

Des énigmes élémentaires

Les réparations ne sont pas très compliquées, mais demandent une bonne cohésion d’équipe et surtout une écoute des objectifs. Il suffit en effet de ne pas prêter attention aux instructions de départ pour se perdre, ce qui risque d’arriver aux novices. Il faut également prendre en compte quelques bugs, dont certains très dérangeants. On pense notamment à des objets indispensables disparaissant derrière le décor, empêchant de terminer une réparation.

Ces quelques soucis mis à part, les énigmes ne posent pas de réel problème pour peu que l’on fasse attention. C’est avant tout la communication (par micros) avec ses coéquipiers qui propose un vrai challenge. Il faut réussir à se coordonner, surtout que l’on se trouve rapidement divisé en deux équipes. Il est ainsi dommage que la voix de Houston, qui donne les objectifs, soit souvent couverte par divers sons.

Durée de vie et rapport qualité/prix de ISS RESCUE : 39 euros pour 40 minutes de jeu

Pour une expérience en réalité virtuelle sans pause, atteindre les 40 minutes est assez rare. ISS Rescue y parvient pourtant, en tout cas pour les joueurs les moins pressés ou les moins habitués à la VR. Il faut tout de même compter autour de 30 minutes pour les plus doués, un temps très honorable pour une attraction.

C’est donc plutôt du côté du prix qu’il faut chercher un bémol. Et ce dernier ne fait pas de bien au porte-monnaie : 39 euros par personne pour une session. Presque un euro la minute. Si la somme s’explique par le lieu et les moyens mis en place (400 mètres carrés alloués), il reste cher pour des particuliers. On pense notamment à ceux qui viendront à moins de quatre, puisque le prix passe alors à 59 euros pour une personne.

Graphisme et bande-son de ISS RESCUE : “Houston, on a pas de problème”

Levé de soleil dans ISS Rescue

S’il y a bien un domaine dans lequel ISS RESCUE se démarque, c’est par ses graphismes et sa bande-son. Dans ces domaines, on trouve à nouveau la grande influence des films Gravity et Appolo 13. La musique est particulièrement mise à l’honneur, avec des symphonies révélant les inspirations cinématographiques. On pourrait regretter le manque de bruitages, mais ceux présents (mécanisme, pressurisation…) renforcent l’immersion.

Réalisé avec l‘Unreal Engine 4, les scènes que propose ISS RESCUE sont également de toute beauté. Si on déplore quelques légers passages flous dus au casque, ils ne gâchent les images en rien. On ne risque pas d’oublier le lever de soleil au début de l’expérience ni les diverses zones de la station. Mis à part quelques rares bugs de textures, on pourrait presque parler de sans-faute pour le jeu de Myoken.

Immersion de ISS RESCUE : la tête dans les étoiles, mais les pieds sur terre

Astronaute dans ISS Rescue

Quand on sait que l’immersion était la principale préoccupation de I-Way et Myoken, on peut parler d’objectif atteint. Dès l’introduction du jeu, on oublie que l’on se trouve dans une simple pièce pour se retrouver dans l’espace. Comme dit plus haut, les bruitages jouent beaucoup sur cette sensation, malgré leur manque de présence. Avec ses beaux graphismes et la réplique fidèle de l’ISS, le sentiment d’être un astronaute est d’autant plus fort.

Cette impression est malheureusement régulièrement mise à mal par divers bugs de contrôleurs. Si le fait d’attraper des objets ne pose pas de problèmes, on se retrouve parfois avec les bras littéralement emmêlés. Il suffit également de trop tourner la tête pour finir avec un casque qui ne sait plus quoi faire ou quoi regarder. En résulte une vision obstruée, heureusement pour seulement quelques secondes. Réussir à s’embourber dans ses partenaires lorsque l’on se trouve au même endroit n’aide pas non plus.

Confort de ISS RESCUE : pas de nausée, mais un petit mal de nez

Côté confort, ISS RESCUE se pose en messie pour ceux qui ne veulent pas se téléporter en VR, mais sont sensibles à la nausée. Ici, pas de motion sickness à retenir, malgré un déplacement dans l’espace qui ne suit pas celui du corps. Cette réussite est due à l’indication du chemin que va prendre notre personnage. On se prépare instinctivement à tourner ou monter, bloquant ainsi tout mal de cœur.

Malgré tout, on ne peut s’empêcher d’être gêné par le casque au bout d’un moment. La faute à la durée de l’expérience, plus grande que la plupart des autres attractions. On ne parle cependant que d’un léger désagrément auquel on ne fait pas tellement attention si on se plonge dans le jeu.

ISS RESCUE face à la concurrence

On trouve un grand nombre d’escape game, mais beaucoup moins en réalité virtuelle. Pour finalement en découvrir un qui propose une expérience similaire à celle d’ISS RESCUE, il faut encore creuser un peu. Et dans ce domaine, son plus gros concurrent est sans aucun doute Eclipse de Virtual Adventure.

On parle donc ici aussi d’une aventure spatiale, mais cette fois-ci bien plus orientée SF. Cette aventure se démarque tout d’abord de son adversaire par l’utilisation d’un sac à dos VR. On se déplace ainsi bien plus librement qu’avec le casque fixé à un câble de ISS RESCUE. Tout comme ce dernier, Eclipse est accessible à partir de 12 ans et dure une quarantaine de minutes. On ne peut par contre jouer qu’à 4 (contre 6 pour le jeu I-Reality) et moins de salles sont disponibles. Cependant, celles de Virtual Adventure profitent de vibrations au sol et de souffles d’air pour une immersion encore plus intense. Côté prix, l’expérience est accessible entre 21 et 35 euros par personne.

Conclusion du test de ISS RESCUE

ISS RESCUE tient un grand nombre de ses promesses. Ses graphismes et sa bande-son font honneur aux moyens mis en place et offrent une expérience que l’on n’oublie pas de sitôt. On se laisse facilement prendre par son univers, tout en jouant confortablement, ce qui rend le divertissement d’autant plus agréable. Il est alors dommage qu’un certain nombre de bugs viennent gâcher cette expérience (sans pour autant la ruiner). S’ils ne sont pas omniprésents, ils sont suffisamment dérangeants pour empêcher une immersion totale.

Dans son gameplay, ISS RESCUE offre un exercice accessible, mais demandant malgré tout une bonne coordination d’équipe. Si quelques bugs mettent leur grain de sel et rendent certaines actions imparfaites, on pas facilement outre. Proposant quelques énigmes un peu trop simples, la production de Myoken reste un divertissement agréable pour petits et grands. On lui reprochera cependant un prix élevé, surtout avec un nombre de joueurs réduit.

Points positifs

  • Un gameplay accessible à tous
  • Des scènes qui marquent visuellement
  • Une bande-son de qualité

Points négatifs

  • 40 minutes de jeu pour minimum 39 euros
  • Des bugs qui viennent gâcher l’immersion
  • La voix de Houston parfois inaudible
ISS RESCUE est une expérience en réalité virtuelle qui vous envoie littéralement dans les étoiles. Développé par Myoken pour les salles I-Reality de I-Way, le jeu fait de vous un astronaute en route vers la station spatiale internationale. Avec l’immersion et la coopération comme principal objectif, c’est un résultat agréable, mais perfectible qui est finalement proposé. En cours de création depuis un an, ISS RESCUE est le fruit de la collaboration entre les salles I-Way et Myoken. Après un appel d'offres de la première et un test réussi de la seconde, le projet d'une expérience VR a pu être lancé.…

Scénario : Le scénario se veut extrêmement basique. Le jeu entre dans la lignée des scénarios catastrophe chère à bon nombre de réalisateurs. On repère ainsi très facilement l'influence du film Gravity et ses scènes spectaculaires. L'histoire n'étant pas vraiment au cœur de l'expérience, difficile de parler de défaut, mais il ne s'agit pas non plus d'un bon point.

Gameplay : Le gameplay de ISS RESCUE est très simple et accessible à tous. Une personne n'ayant jamais touché à la réalité virtuelle trouvera ainsi très vite ses repères. On peut cependant regretter le peu d’interactions possibles avec l'environnement. Côté énigmes, elles ne sont pas bien compliquées, mais restent amusantes.

Durée de vie : Avec 40 minutes de jeu pour les moins rapides, ISS RESCUE s'offre une durée de vie appréciable pour une attraction VR. Si on ne découvre rien de plus en rejouant au jeu, on apprécie la première expérience et on ne voit pas le temps passer.

Rapport qualité/prix : Un gros point négatif de cet escape game VR. Si on réserve pour au moins quatre personnes, le prix revient à 39 euros par joueur. Presque 1 euro par minute, ce qui est très élevé malgré les qualités de l'expérience. C'est encore pire quand on souhaite jouer à moins de quatre, puisqu'on passe à 59 euros par personne. Bien trop élevé pour 40 minutes de jeu.

Graphisme et bande son : Dans ses graphismes et sa bande-son, ISS RESCUE se défend très bien. Certaines scènes marquent les esprits, que ce soit à travers nos yeux ou nos oreilles. On pense notamment au lever du soleil ou à l'incident de la station qui nous reste en tête un bon moment.

Immersion : On est très facilement transporté par le jeu. EN quelques secondes, on oublie complètement la présence d'une pièce autour de soi. C'est bien pour cela qu'on est déçu lorsque des bugs nous font sortir du jeu. Avec juste quelques ajustements, ISS RESCUE pourrait parfaire son immersion.

Confort : Rester debout pendant 40 minutes est rarement agréable, surtout avec un casque qui finit par écraser un peu le nez. Malgré tout, on passe un bon moment avec ce jeu, surtout qu'il a trouvé sa solution pour éviter le motion sickness. Si le confort n'est pas parfait, il est au-dessus de beaucoup d'autres attractions VR.

Scénario - 6
Gameplay - 7
Durée de vie - 6
Rapport qualité/prix - 4
Graphismes et bande-son - 8
Immersion - 5
Confort - 7

6.1

Scénario : Le scénario se veut extrêmement basique. Le jeu entre dans la lignée des scénarios catastrophe chère à bon nombre de réalisateurs. On repère ainsi très facilement l'influence du film Gravity et ses scènes spectaculaires. L'histoire n'étant pas vraiment au cœur de l'expérience, difficile de parler de défaut, mais il ne s'agit pas non plus d'un bon point.

Gameplay : Le gameplay de ISS RESCUE est très simple et accessible à tous. Une personne n'ayant jamais touché à la réalité virtuelle trouvera ainsi très vite ses repères. On peut cependant regretter le peu d’interactions possibles avec l'environnement. Côté énigmes, elles ne sont pas bien compliquées, mais restent amusantes.

Durée de vie : Avec 40 minutes de jeu pour les moins rapides, ISS RESCUE s'offre une durée de vie appréciable pour une attraction VR. Si on ne découvre rien de plus en rejouant au jeu, on apprécie la première expérience et on ne voit pas le temps passer.

Rapport qualité/prix : Un gros point négatif de cet escape game VR. Si on réserve pour au moins quatre personnes, le prix revient à 39 euros par joueur. Presque 1 euro par minute, ce qui est très élevé malgré les qualités de l'expérience. C'est encore pire quand on souhaite jouer à moins de quatre, puisqu'on passe à 59 euros par personne. Bien trop élevé pour 40 minutes de jeu.

Graphisme et bande son : Dans ses graphismes et sa bande-son, ISS RESCUE se défend très bien. Certaines scènes marquent les esprits, que ce soit à travers nos yeux ou nos oreilles. On pense notamment au lever du soleil ou à l'incident de la station qui nous reste en tête un bon moment.

Immersion : On est très facilement transporté par le jeu. EN quelques secondes, on oublie complètement la présence d'une pièce autour de soi. C'est bien pour cela qu'on est déçu lorsque des bugs nous font sortir du jeu. Avec juste quelques ajustements, ISS RESCUE pourrait parfaire son immersion.

Confort : Rester debout pendant 40 minutes est rarement agréable, surtout avec un casque qui finit par écraser un peu le nez. Malgré tout, on passe un bon moment avec ce jeu, surtout qu'il a trouvé sa solution pour éviter le motion sickness. Si le confort n'est pas parfait, il est au-dessus de beaucoup d'autres attractions VR.

Votre avis: 3.68 ( 4 votes)