Menu
in

[TEST] Bonelab : un jeu réussi ou raté ?

Bonelab

Trois ans après la sortie de Boneworks, un jeu de tir à la première personne en réalité virtuelle et basé sur la physique, les développeurs de Stress Level Zero reviennent avec un autre jeu, baptisé Bonelab. Ce dernier est-il plus ambitieux que son prédécesseur ? Maintenant qu’il est officiellement sorti, nous sommes prêts et disposés à vous donner nos pensées honnêtes sur le jeu.

Bonelab a été l’un des titres les plus attendus de cette année. Son prédécesseur, Boneworks, a remporté un succès incroyable pour sa sortie sur Steam. En une semaine seulement après son lancement, il explose les compteurs et dépasse les 100 000 joueurs. C’était un titre VR fondateur. Certes, le jeu n’était pas parfait. Mais il a conquis les amoureux de la réalité virtuelle, notamment grâce à son moteur physique.

Stress Level Zero a donc des chaussures assez grandes à remplir. Maintenant qu’il s’est attaqué à Bonelab, se surpassera-t-il cette fois-ci ? Le successeur indirect de Boneworks pourra-t-il convaincre avec son mélange chaotique ? Nous avons essayé le jeu et nous vous livrons nos premières impressions.

Bonelab, une évasion dans un jeu de tir en réalité virtuelle

L’histoire nous met dans le rôle d’un paria qui échappe à l’exécution à la dernière seconde. Après une évasion à travers des donjons médiévaux, on se retrouve rapidement dans un hub, un étrange laboratoire rempli de tests et de gadgets physiques.

Donc, ce hub avec divers modes bonus fait partie de l’histoire. Malheureusement, Stress Level Zero l’a intégré dans l’histoire d’une manière quelque peu confuse. Ce n’est qu’après avoir erré dans le laboratoire pendant un moment et essayé quelques défis que l’on comprend comment tout cela était lié. Ce n’est qu’alors que la sortie vers le reste du mode histoire s’est ouverte.

En général, il n’est pas si facile de décrypter tous les méta-niveaux du récit. Même nous avons lu tous les panneaux de texte et porté une attention particulière aux cinématiques surréalistes mises en scène, une grande partie de l’histoire peut nous passer à côté. Nous apprenons quelques détails de la mystérieuse voix hors écran, qui fait même apparaître des choses utiles comme un couteau.

Comme dans le prédécesseur, nous pouvons librement choisir comment détourner les attaques. Vous pouvez utiliser toutes sortes de pistolets, de fusils de chasse ou de fusils d’assaut.

Une nouvelle approche qui nous montre ce que le jeu a à offrir

Le gameplay de Bonelab est fonctionnellement le même que celui de son prédécesseur. En effet, il est hautement basé sur la physique. Cela veut dire que tout au long du jeu, vous devez utiliser vos mains et vos bras au maximum. Cependant, cette fois-ci, le jeu communique plus clairement ses intentions de bac à sable et offre un support de modding.

Rappelez-vous que dans le jeu Boneworks, nous devions traverser environ neuf heures de campagne avant d’accéder au mode bac à sable. Mais ici, ce n’est pas le cas, puisqu’on arrive à cette étape assez rapidement. Les premiers instants du jeu font office de tutoriel. Cette étape franchie, nous accédons à un hub ou la partie « The Lab », où nous avons des mini-modes.

Ceux-ci incluent des éléments tels que des contre-la-montre avec combat et parkour, un véritable bac à sable pour faire apparaître des ennemis et des objets, et quelques mini-jeux expérimentaux comme le bowling physique. Vous devrez explorer et faire attention à votre environnement pour comprendre comment déverrouiller réellement le mode campagne.

En tout cas, nous avons apprécié cette initiative, car cela montre aux joueurs tout ce que le jeu a à offrir. Après avoir essayé chaque mode (et trouvé une petite énigme), vous débloquerez l’accès à un mode campagne de 5 à 6 heures assez ennuyeuse. Les missions n’étaient pas assez intenses et peu rythmées. Quant au scénario, il n’était pas aussi impressionnant que le précédent titre du studio. Vous y verrez surtout quelques combats soporifiques et des puzzles peu stimulants.

L’idée d’échange d’avatars, une excellente initiative pour Bonelab

Le changement d’avatar est sans doute la nouveauté phare que l’on ait remarqué sur Bonelab. Il s’agit de vous faire basculer entre différents corps. Basculer entre les avatars vous permet de profiter de leurs attributs physiques. En choisissant le bon avatar pour chaque situation, vous pourrez vous en sortir plus facilement. Vous pourrez par exemple passer d’un ninja à un bodybuilder de 110 kg, selon la situation.

Vous pouvez basculer entre les avatars à la volée grâce à un système de « cordon de traction » où vous atteignez votre bras et tirez une petite balle de plus en plus longtemps pour parcourir et sélectionner votre avatar en un seul mouvement rapide.

C’est rapide, amusant et facile à faire. Le seul ajustement qu’on aurait fait est d’augmenter la hauteur de chaque effet sonore pour associer davantage une hauteur spécifique à la sélection d’un avatar spécifique. Nous aurions aimé voir Bonelab pousser plus loin dans ce type de conception d’interaction novatrice qui s’interface directement avec le gameplay.

Les modes bacs à sables manquent de jeux réellement divertissants

Malheureusement, le bac à sable (sandbox) manque cruellement de jeux vraiment amusants. Oui, vous pouvez faire apparaître presque tous les ennemis que vous avez rencontrés dans la campagne… mais il n’est pas très divertissant de les combattre. Et bien sûr, vous pouvez faire apparaître n’importe quelle arme à feu… Mais encore une fois, celles-ci fonctionnent de manière si similaire qu’il n’est tout simplement pas si excitant d’avoir l’arsenal à portée de main.

Un support officiel de modding dès le premier jour

Le studio promet que les joueurs pourront importer des avatars, des objets, des véhicules et même des niveaux entiers. Cela signifie qu’il est possible que la communauté du jeu crée de nouveaux contenus pour le jeu, afin d’apporter de nouveaux jouets au bac à sable.

Et c’est cela qui fera ou détruira Bonelab à long terme. Les développeurs ont décrit leur intention d’offrir le jeu comme base pour l’expérimentation VR. Si cela se concrétise, Bonelab pourrait un jour être une expérience bien différente de ce qu’elle est aujourd’hui.

Bonelab, un monde constamment interactif

Une chose que Bonelab fait vraiment bien est de créer un monde constamment interactif. Mis à part les murs, les plafonds et les sols, à peu près tout ce qui existe dans le monde du jeu est basé sur la physique et peut être interagi avec.

Cela signifie que vous pouvez faire des choses intuitives comme ouvrir des portes avec le canon de votre arme, appuyer sur des boutons avec votre coude virtuel ou lancer des ennemis par-dessus une balustrade jusqu’à leur perte imminente. Vous pouvez claquer une porte sur un ennemi pour infliger des dégâts, attraper une balle éjectée dans les airs ou utiliser une pelle pour ramasser des objets et les déplacer.

Cela est souvent rendu beaucoup plus amusant grâce au ralenti toujours disponible du jeu qui vous donne plus de temps pour réfléchir aux actions que vous souhaitez effectuer. La plupart du plaisir du jeu provenait de l’utilisation du ralenti pour faire des actions sympas comme sauter d’une plate-forme et tirer sur des ennemis en descendant ou retourner un pistolet d’une main à l’autre pour un rechargement.

Le gameplay peut parfois entrainer de l’inconfort

Bonelab est sans vergogne un jeu intense en ce qui concerne le confort. Le jeu avertit les joueurs dès le départ qu’ils doivent avoir une expérience sérieuse de la réalité virtuelle avant d’essayer le jeu, un avertissement que tout le monde devrait tenir compte.

Le jeu n’évite pas le gameplay qui entraîne généralement de l’inconfort : des choses comme vous lancer dans les airs, tourner en douceur sur des véhicules, vous faire tomber de grandes hauteurs ou vous faire glisser sur de longs tronçons de tuyaux sinueux. Sans parler d’un véritable tour de montagnes russes.

Comparé à son prédécesseur – qui au lancement avait une sensation exceptionnellement élastique dans son escalade- Bonelab s’en sort un peu mieux avec son escalade. C’est encore fragile mais pas aussi mauvais que l’original.

Si vous vous considérez généralement sensible aux mouvements artificiels, vous devriez réfléchir à deux fois avant de jouer à Bonelab. Rappelez-vous que Meta et Steam ont des délais de retour raisonnables de 14 jours si vous n’avez pas joué au jeu pendant plus de deux heures. Vous pouvez donc toujours essayer pour voir si cela fonctionne pour vous ou non.

Notre verdic final

Malgré les diverses critiques sur le jeu, l’apparence et les performances de Bonelab sur le Quest 2 nous a impresionné. Ce n’est pas le meilleur jeu sur le casque. Mais l’aspect et la sensation essentiels de Boneworks s’y sont traduits presque parfaitement, y compris des effets visuels soignés. Les performances ne sont malheureusement pas parfaites sur le casque. Certaines scènes ultérieures ralentissent le jeu ici et là.

Bonelab vous convient si vous souhaiter profiter des mods, des défis et des expériences de physique. Vous l’apprécierez également si vous aimez les jeux de puzzles avec des héros alternés. Il vous conviendra moins si vous appréciez la conception de niveau sophistiquée et stimulante et si vous n’aimez pas les commandes parfois cahoteuses ou les rebondissements déroutants. Par ailleurs, si vous avez besoin d’options de confort, il n’est pas fait pour vous.

  • L’ajout du système d’avatar à échange rapide.
  • Un monde constamment interactif
  • Le mode bac à sable est facilement accessible
  • Un support officiel de modding
  • Ennemis fades et manque de variété
  • Armes ennuyeuses avec peu de différenciation stratégique
  • L’escalade est généralement frustrant
Gameplay - 7
Immersion - 7
Modding - 8

7.3

Gameplay : plus d’options et de fluidité.

Immersion : confort optimisé.

Modding : Il est possible pour la communauté du jeu de créer de nouveaux contenus pour le jeu.

User Rating: Be the first one !

Répondre