Accueil / Produits / Camera 360 / [Test] 360fly : la caméra (presque) 360°

[Test] 360fly : la caméra (presque) 360°

Test 360fly

On continue notre tournée de tests des caméras 360. Après la Gear 360 de Samsung, c’est au tour d’un modèle plus sportif de passer entre les mains de la rédaction. Son nom : la 360fly. Une caméra dotée d’un seul objectif, au champ le plus large au monde, faite pour suivre les aventuriers sur tous les terrains.

Acheter la 360fly

Unboxing de la 360fly

Admirez un peu la solidité du plastique et la taille du cylindre dans lequel est livrée la 360fly et vous comprendrez qu’on n’a pas affaire à un jouet. Retirez le couvercle transparent qui recouvre la fameuse caméra 360 et vous verrez que sa boîte n’est pas qu’une simple boîte.

C’est que contrairement à la majorité des autres produits sur le marché, l’emballage de la 360fly ne sert pas qu’à la livraison. Il est même probable que vous la gardiez pour stocker votre bien ou simplement vous en servir comme pied. En effet, la caméra n’est pas seulement posée sur son socle : elle y est vissée, selon un système qui vous est expliqué sur le couvercle. C’est le même principe qui sera utilisé pour tous les supports fournis, rangés sous le fameux socle : un support pour la poser à plat, deux supports autocollants (un plat et un courbe) et un socle de chargement.

En plus de ces éléments, vous trouverez également une notice d’utilisation et un adaptateur, de manière à pouvoir l’accrocher à une fixation type GoPro. Enfin, une petite sacoche vous permettra d’emmener l’un ou l’autre support durant vos aventures ou sessions sportives.

Seul regret vis-à-vis de la boîte : difficile de bien refermer le couvercle après ouverture, puisque rien ne permet de le visser ou de le coincer. C’est dommage quand on voit les efforts qui ont été faits pour la fixation de la caméra, qui laissent supposer que l’emballage pourrait aussi servir d’espace de rangement.

Suivant Précédent
Unboxing 360fly
Unboxing 360fly
Unboxing 360fly
Unboxing 360fly
Unboxing 360fly
Unboxing 360fly
Unboxing 360fly
Unboxing 360fly
Suivant Précédent

Design et ergonomie de la 360fly

On doit l’avouer : on a été conquis par l’esthétique de la 360fly. Son aspect noir et sa coque couverte de polygone lui confèrent un style unique, en plus d’un sens pratique certain, puisqu’il est ainsi possible de poser la caméra à plat sur n’importe quelle surface sans risquer de la voir bouger. Elle n’est dotée que d’un seul bouton, qui passe presque inaperçu, et d’un seul voyant lumineux. Sans surprise, le bouton ne sert qu’à activer/éteindre l’appareil ou lancer/arrêter un enregistrement et la diode s’allumera différemment selon l’action en cours : bleu pour signaler que la caméra est allumée, rouge quand elle enregistre, vert quand elle charge, orange quand un transfert est en cours et mauve quand la batterie est bientôt à plat.

Mais bien entendu, c’est l’objectif unique de la 360fly qui fait sa grande particularité. A l’exception notable de la SP360 de Kodak, toutes les autres caméras 360 disponibles pour le moment passent par, au minimum, deux objectifs pour enregistrer à 360° autour d’elle. 360fly peut se le permettre pour deux raisons : premièrement, son champ de vision est possiblement le plus large au monde ; deuxièmement, elle ne filme pas complètement à 360°. Voyons plutôt…

L’application 360fly

Qui dit pas d’écran dit forcément application dédiée. Celle de 360fly se trouve à la fois sur iOS et Android (mais pas sur tablettes). Nous parlerons de l’installation plus en détails dans la partie Utilisation, mais sachez seulement que c’est via l’application que vous êtes censés appairer votre téléphone avec votre caméra 360fly. Comme celle-ci ne dispose que d’un bouton et d’aucun écran, c’est également par le biais de l’application que vous interagirez avec elle.

Pour faire simple, l’interface 360fly se découpe en quatre onglets :

– Vue directe : Comme son nom l’indique, c’est ici que vous vous connecterez en direct à votre 360fly afin de voir ce qu’elle voit, lancer des enregistrement et même effectuer des modifications de luminosité, de sensibilité, d’exposition, de saturation ou encore de contraste. Une fois enregistrées, les vidéos sont directement stockées dans les 32 Go de la caméra.

– Sur mon téléphone :  Si votre vidéo vous satisfait, vous pouvez, d’une pression de doigt, la transférer sur votre téléphone. Cela vous permettra de la partager sur les réseaux sociaux de votre choix (Facebook, Instagram, Youtube) ou sur la plateforme sociale de 360fly : Explorer.

– Profil : Justement en raison de cet aspect « réseau social », 360fly vous proposera, lors de votre première connexion, de vous créer un compte. L’onglet Profil permet de jeter un à ce dernier et de modifier votre nom d’utilisateur. Il regroupe aussi toutes les vidéos que vous avez partagées via votre compte 360fly.

– Explorer : C’est la composante sociale de la 360fly. Si vous êtes particulièrement fier de votre enregistrement, vous pouvez le diffuser sur son « réseau social ». L’occasion aussi de découvrir que d’autres utilisateurs de la 360fly sont bien plus aventureux que vous, puisque vous pourrez regarder leur vidéo enregistrée depuis une moto, une planche de surf, une paire de ski ou encore en montgolfière.

Suivant Précédent
Screenshot_20160703-134455
Screenshot_20160703-134423
Screenshot_20160703-134434
Screenshot_20160703-134439
Screenshot_20160703-134446
Suivant Précédent

Utilisation du 360fly

Installation

Commençons par le commencement. Après avoir téléchargé l’application dédiée, il vous faudra vous créer un compte sur la plateforme, renseigner votre nom d’utilisateur, votre mail et votre mot de passe, puis répondre à un mail de confirmation.

Il est l’heure de passer à l’appairage. L’appli vous guidera durant toutes les étapes : elle vous demandera de maintenir appuyé le bouton de la caméra (qui se mettra aussi à vibrer) avant de se coupler automatiquement en Bluetooth avec votre téléphone. Enfin, ça, c’est la théorie, car nous n’avons jamais réussi à l’appairer de cette manière. En fait, la connexion de la 360fly se fait via un mélange de Wi-Fi et de Bluetooth. Nous avons du ignorer cette étape et poursuivre jusqu’à l’interface principale pour pouvoir détecter la caméra et nous y connecter… en Wi-Fi. On pourrait croire que c’est bon mais certaines fonctionnalités exigent une connexion Bluetooth (certaines modifications d’image par exemple) et une fois la connexion établie par Wi-Fi, plus moyen de se connecter à Internet pour accéder à son profil ou partager ses vidéos.

Filmer en 360

Il faut donner un avantage à la 360fly, c’est que la gestion des vidéos est bien pensée. Peu de boutons sont présents, mais leur utilisation est assez intuitive. Il vous suffira de presser l’un d’eux pour pouvoir modifier la luminosité, la sensibilité, l’exposition, la saturation ou le contraste. Une espèce de « mode suivi » est aussi disponible, et vous permettra de suivre les mouvements d’un objet donné.

Une fois votre vidéo enregistrée, elle se stocke automatiquement sur la caméra. C’est une autre de ses particularité : la 360fly ne dispose pas de port micro-SD, tout passe par ses 32 Go de mémoire intégrés. Cela lui permet d’être complètement indépendant du téléphone, puisqu’il suffit d’appuyer une fois sur le bouton de la 360fly pour lancer l’enregistrement et qua sa batterie de 1 600 mAh offre une autonomie d’environ deux heures. Par la suite, vous pourrez aussi transférer les séquences sur votre téléphone pour les partagez sur les réseaux sociaux de votre choix, sur Youtube ou encore via la plateforme de 360fly.

Un mot sur la qualité des vidéos : perfectible. Avec du 1.504px x 1.504 px, ne vous attendez pas à une qualité d’image transcendantale (sachant qu’en plus, l’image a parfois tendance à se déformer en artefacts). De plus, étant donné la forme de la caméra, toute la zone inférieure de son environnement n’est pas visible par l’objectif, et donc n’apparaît pas dans les vidéos. Cela règle certes la démarcation trop visible entre les deux hémisphères, mais il nous semblait important de le souligner.

Pour ce qui est du visionnage des vidéos, rien à redire. On peut naviguer dans le champ de vision en glissant le doigt ou, plus facilement, en bougeant le téléphone. De plus, il suffit de presser un bouton pour passer en mode Cardboard et plonger intégralement dans la vidéo – si la faible qualité d’image nous le permettait.

360fly vs Samsung Gear 360

Des caméras 360, il y en a pléthores, mais rares sont celles qui dépassent le stade de projet ou de prototype. Si on cherche celles qui, comme la 360fly, se destinent avant tout aux sportifs, on en trouve presque pas. Ce modèle a le mérite d’être solide et son objectif unique lui permet de se fixer n’importe où, pratique pour les sports extrêmes. De plus, elle a le mérite d’être bien moins chère que ses concurrent et l’aspect social est clairement mis en avant, illustrant sa volonté de filmer des scènes extrêmes.

Ainsi, comparativement à son principal concurrent, la Samsung Gear 360, la caméra 360 de 360fly s’axe davantage vers une utilisation sportive et tout-terrain. Alors que la Gear 360 proposait un écran, des boutons et plusieurs modes d’utilisation, la rendant plus complète mais aussi un peu plus complexe, nous avons trouvé la 360fly plus facile d’utilisation. Malgré une première connexion laborieuse et une qualité d’image perfectible, l’enregistrement, le stockage, le visionnage et surtout le partage des vidéos est rendu très facile. Le principe d’objectif unique rend toute une partie de l’image invisible, mais elle nous épargne la séparation trop visible des deux hémisphères, comme c’était le cas pour la Gear 360.

En bref, les deux caméras se valent mais se destinent à des publics bien différents. La Gear 360 se veut plus complète, alors que la 360fly mise plutôt sur la solidité, la résistance à l’eau et la facilité d’utilisation. A vous de voir ce qu’il vous faut.

 

Conclusion

Points Positifs

  • Un objectif unique et un support plus efficace
  • Son prix attractif

Points Négatifs

  • Définition de l’image insuffisante
  • Une connexion Bluetooth/Wi-Fi pas vraiment efficace
On continue notre tournée de tests des caméras 360. Après la Gear 360 de Samsung, c’est au tour d’un modèle plus sportif de passer entre les mains de la rédaction. Son nom : la 360fly. Une caméra dotée d’un seul objectif, au champ le plus large au monde, faite pour suivre les aventuriers sur tous les terrains. Acheter la 360fly Unboxing de la 360fly Admirez un peu la solidité du plastique et la taille du cylindre dans lequel est livrée la 360fly et vous comprendrez qu’on n’a pas affaire à un jouet. Retirez le couvercle transparent qui recouvre la fameuse caméra…

Installation : Si l'application est assez claire concernant le calibrage, l'appairage entre la caméra et le téléphone est particulièrement laborieux.


Design et ergonomie : Niveau design, que ce soit pour son esthétique ou son côté fonctionnel, c'est un pari réussi. Son objectif unique lui permet de se fixer à de nombreux supports, et ses multiples facettes lui permettent de se poser n'importe où.


Fonctionnalités : Assez facile à utiliser, la 360fly se double en plus d'une interface sociale pour le partage de ses vidéos sur Internet. De plus, la gestion, la modification et le stockage des vidéos est particulièrement intuitif.


Performances : A cause de son objectif unique, toute une zone du champs de vision est invisible aux yeux de la 360fly. Compilé à sa qualité d'image perfectible, cela nous laisse une impression mitigée.


Rapport qualité prix : Disponible pour environ 299€ au lieu des 399€ de départ, la 360fly a un excellent rapport qualité prix vis-à-vis de la concurrence. La qualité d'image n'est pas forcément au rendez-vous, mais il faut garder à l'esprit qu'elle se destine davantage aux sportifs qu'aux cinéastes.

Notation

Installation - 6
Design et ergonomie - 8
Fonctionnalités - 7
Performances - 6
Rapport qualité/prix - 9

7.2

Installation : Si l'application est assez claire concernant le calibrage, l'appairage entre la caméra et le téléphone est particulièrement laborieux.


Design et ergonomie : Niveau design, que ce soit pour son esthétique ou son côté fonctionnel, c'est un pari réussi. Son objectif unique lui permet de se fixer à de nombreux supports, et ses multiples facettes lui permettent de se poser n'importe où.


Fonctionnalités : Assez facile à utiliser, la 360fly se double en plus d'une interface sociale pour le partage de ses vidéos sur Internet. De plus, la gestion, la modification et le stockage des vidéos est particulièrement intuitif.


Performances : A cause de son objectif unique, toute une zone du champs de vision est invisible aux yeux de la 360fly. Compilé à sa qualité d'image perfectible, cela nous laisse une impression mitigée.


Rapport qualité prix : Disponible pour environ 299€ au lieu des 399€ de départ, la 360fly a un excellent rapport qualité prix vis-à-vis de la concurrence. La qualité d'image n'est pas forcément au rendez-vous, mais il faut garder à l'esprit qu'elle se destine davantage aux sportifs qu'aux cinéastes.

Votre avis: 2.94 ( 5 votes)

1 commentaire

  1. Est-ce que la version 4K n’est pas déjà disponible ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *