Accueil / Ecosystème / L’origine peu connue et particulièrement surprenante du terme réalité virtuelle

L’origine peu connue et particulièrement surprenante du terme réalité virtuelle

Origine terme réalité virtuelle oxymore

On en parle tous les jours. Vous lisez probablement des articles sur la réalité virtuelle au quotidien. Mais savez-vous quelle est l’origine de ce mot ? Comment il est apparu et ce qu’il signifiait vraiment alors ? Petit retour en arrière sur ce terme paradoxal dont l’origine de cet oxymore vous surprendra…

Pouvez-vous imaginer que le terme de réalité virtuelle est apparu à une époque ou les technologies n’avaient rien à voir avec celles d’aujourd’hui ? C’est pourtant le cas. Et foncièrement sa définition d’un point de vue du sens demeure peu ou prou la même. On vous explique.

Origine réalité virtuelle

1938 : les origines du terme réalité virtuelle

Antonin Artaud. Son nom ne vous dit sans doute rien. Pourtant, c’est lui l’inventeur du terme de réalité virtuelle en… 1938. Ce français était-il spécialiste software ou hardware ? Pensait-il déjà à la réalité augmentée ou aux équipements sans fil ? Très probablement pas. Un ordinateur ou un smartphone étaient même des mots inconnus pour lui. Metteur en scène de théâtre, acteur, poète… Il a cumulé les fonctions dans la première moitié du XXe siècle.

C’est en effet dans son livre « Le Théâtre et son double », publié en 1938, qu’il théorise le théâtre comme étant une « réalité virtuelle ». Bien sûr, le terme n’a pas encore à l’époque la dimension technologique à laquelle il est associé aujourd’hui. Il en parle pour définir une réalité qui est à la fois une illusion et purement fictive.

Origine du terme réalité virtuelle mot

Réalité virtuelle : un oxymore pour décrire un nouveau monde

Il faut ensuite attendre les années 50-60 avoir un premier usage technologique de ce concept. C’est alors le Sensorama, inventé par Morton Helig. Cinq courts métrages permettent d’engager tous les sens de l’utilisateur mais, son prototype ne parviendra jamais jusqu’aux consommateurs. Depuis, bien entendu, les usages ont explosé et n’ont plus rien à avoir avec la vision basique des débuts. Ainsi, si l’Air Force américaine est la première au monde à miser sur la réalité virtuelle dans le cadre d’un simulateur de vol, aujourd’hui n’importe qui peut y avoir accès pour les loisirs ou la formation.

Mais, une constante demeure, depuis Anton Artaud lui-même, le sens souvent particulièrement paradoxal donné à cette expression qui en fait un oxymore. En effet, en théorie, on peut considérer que virtuel et réalité s’opposent. Mais, dans les faits, c’est un peu plus compliqué. Le contraire de virtuel est actuel et pas réel comme l’ont souligné à plusieurs reprises des auteurs comme Pierre Levy ou Gilles Deleuze. Ce qui signifie que la VR concrètement serait bien une partie de la réalité. De quoi vouloir changer la formulation ? Difficile à imaginer tant l’expression de réalité virtuelle est aujourd’hui entrée dans le langage commun. Avec le Magic Leap et la réalité augmentée, il ne s’agit peut-être après tout que d’un peu d’anticipation.

Sources & crédits Source : Howstuffworks - Crédit : https://science.howstuffworks.com/innovation/big-thinkers/term-virtual-reality.htm