in ,

La réalité virtuelle en plein vol

Voyager serait-il devenu si désagréable pour qu’ Airbus envisage d’équiper ses avions de casques de réalité virtuelle ? Affirmatif, mon commandant !

airbus UNE

Pauvres voyageurs

Serrés comme des sardines pendant six heures, parfois le double ou le triple, nous plaignons ces pauvres voyageurs obligés de sillonner le monde, alors que nous sommes très à l’aise dans notre beau fauteuil !

Non contents d’offrir des sièges en classe “éco”, Airbus réfléchirait à la façon d’améliorer les conditions de voyage et faire oublier aux passagers qu’ils ne sont pas seuls au monde.

Promiscuité ? Mettez un casque sur votre tête et prenez un vrai bol d’air frais  (un ventilateur est envisagé) !

Ennui ? Regardez un film en 3D !

Angoisse ? Oubliez que vous êtes dans un avion !

“Déconnexion”

Se déconnecter (paradoxal avec un casque de réalité virtuelle mais dans un futur qui se veut connecté, il faut tout envisager ) peut aider les anxieux à se décontracter.

Le casque dans lequel le passager logera sa tête lui permettra d’être isolé de manière sensorielle de son environnement extérieur” peut-on lire dans le brevet déposé.

Ecouteurs, lunettes spéciales pour la 3D, le divertissement est garanti. Les hommes d’affaires qui souhaitent rentabiliser chaque instant, pourront travailler en toute tranquillité grâce à un clavier virtuel et une paire de gants munie de capteurs de mouvements.

On ne sait jamais le voisin de gauche peut ronfler et celui de droite vouloir engager la conversation.

airbus 1

Après avoir voulu mettre un maximum de passagers dans un minimum de places, la tendance si elle ne s’inverse pas, vise à plus de confort. Mais le confort en avion est justement d’avoir de la place ! Nous pouvons avoir un casque sur la tête qui nous en met plein la vue, nous restons tout de même dans un avion sans pouvoir ni allonger les jambes, ni tendre les bras sans éborgner le voisin.

Si la tête est ailleurs, le corps est bien là, coincé entre deux rangs de sièges. Communiquer avec ses semblables serait donc à bannir  ?!

En attendant la téléportation, nous devrions continuer de penser que le plus important est le voyage, pas la destination.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.