Accueil / Secteurs d'applications / Politique VR – Comment la réalité virtuelle transforme la politique ?

Politique VR – Comment la réalité virtuelle transforme la politique ?

politique vr

La politique et la technologie sont deux sphères intimement liées. L’activisme politique prend désormais place sur les réseaux sociaux comme Twitter, et les politiciens eux-mêmes utilisent les nouveaux médias comme YouTube, Periscope et Facebook Live pour faire campagne. Contre toute attente, la réalité virtuelle pourrait aussi être utilisée dans le domaine de la politique. Découvrez comment la réalité virtuelle transforme la politique, et quelles sont les conséquences de l’essor de la politique VR.

Politique VR : comment les politiciens utilisent la réalité virtuelle ?

Afin de mieux se connecter à leurs électeurs potentiels, les politiciens tentent sans cesse de s’adapter aux nouveaux médias. Déjà dans les années 60, John F. Kennedy maîtrisait la télévision de façon précoce, tandis que Donald Trump utilise aujourd’hui brillamment Twitter. En France, Jean-Luc Mélenchon s’est récemment illustré en usant d’un hologramme pour communiquer avec son audience. L’adoption de nouvelles formes de communication n’a jamais été aussi importante qu’aujourd’hui pour les politiciens.

De fait, il n’est pas surprenant que certains politiciens s’en remettent à la réalité virtuelle. Récemment, Barack et Michelle Obama ont collaboré avec d’anciens membres du créateur d’effets spéciaux Weta pour créer un tour de la Maison Blanche à 360 degrés. Cette expérience permet aux utilisateurs de découvrir les coulisses de la propriété présidentielle. D’une certaine façon, elle permet de rapprocher les citoyens du système politique.

Bien entendu, la politique VR ne se résume pas à des visites virtuelles. De son côté, le Secrétaire Général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a voyagé avec une équipe de spécialistes en réalité virtuelle dans une dizaine de pays en guerre ou victimes de catastrophes naturelles pour donner aux spectateurs un aperçu des conditions de vie les plus difficiles du monde. La vidéo couvre aussi bien les réfugiés syriens que les Congolais déplacés par la guerre.

Selon Ban Ki-moon, la réalité virtuelle a le formidable pouvoir de susciter l’empathie grâce à l’immersion proposée. Ainsi utilisée, la VR est effectivement un outil très positif. Toutefois, la politique VR n’est pas toujours aussi reluisante…

Le côté obscur de la politique VR

Certaines organisations politiques pourraient décider d’utiliser la réalité virtuelle pour surveiller les foules. En effet, rappelons que les conditions d’utilisation de l’Oculus Rift autorisent la firme à collecter des informations sur les mouvements physiques des utilisateurs. Officiellement, ces données peuvent permettre aux entreprises de personnaliser l’expérience d’utilisation ou de proposer des publicités ciblées, mais ce type de données est bien souvent réquisitionné par les gouvernements.

Ainsi, la VR pourrait être utilisée pour procéder à une forme de surveillance numérique intime dépassant toutes les limites de l’entendement. Pour l’heure toutefois, compte tenu de l’absence de preuve que des agences gouvernementales reçoivent des données d’utilisateurs de réalité virtuelle, on peut dire que la politique VR reste principalement positive.

La réalité virtuelle peut-elle élever le niveau des débats politiques sur internet ?

Plus une personne semble distante, moins elle paraît humaine. C’est la raison pour laquelle les débats politiques sur internet dégénèrent souvent en échanges violents immodérés. Toutefois, la réalité virtuelle peut théoriquement donner à deux personnes situées à l’autre bout du monde la sensation d’être à proximité l’une de l’autre, et pourrait donc relever le niveau.

C’est la raison pour laquelle, lors des dernières élections présidentielles américaines, le réseau social AltspaceVR a voulu tester le potentiel de la politique VR en créant des forums d’échange en réalité virtuelle. Sur la Democracy Plaza, reconstituée en VR, les utilisateurs pouvaient assister à des débats en direct sur un écran géant, et discuter entre eux simultanément. Le soir des élections, le décompte des résultats était affiché sur une carte géante.

Bien entendu, la proximité virtuelle ne suffit pas à apaiser les tensions lors de discussions politiques. Des modérateurs sont chargés d’expulser les usagers qui se comportent mal, et les participants peuvent utiliser une fonctionnalité pour ne plus entendre ceux qui les importunent. La principale différence avec les forums de discussion textuelle est le fait que les utilisateurs communiquent avec leur voix. Ceci crée une impression de réalisme qui empêche la plupart des gens de se comporter de manière incorrecte.

Comment la politique VR transforme l’activisme ?

Les activistes sont de plus en plus nombreux à utiliser la réalité virtuelle en guise d’outil. Ainsi, le documentaire Clouds over Sidra vise à générer l’empathie à l’égard des réfugiés syriens en plaçant les spectateurs dans leur peau. Ce documentaire a permis de lever 3,2 milliards de dollars pour aides à mettre un terme à cette crise géopolitique. C’est d’ailleurs ce projet qui a poussé les Nations Unies à investir dans projets VR du même genre.

Les journalistes de la BBC ont également travaillé sur un projet permettant aux spectateurs d’avoir une vision réaliste des conditions de vie des réfugiés au travers d’un dessin animé basé sur des événements réels. Des journalistes du Guardian, des ex-prisonniers et des développeurs ont collaboré pour créer une représentation en VR des effets du confinement solitaire de l’esprit humain pour susciter l’empathie à l’égard des personnes incarcérées et créer un mouvement contre cette pratique. Partager la perspective permet de générer la compréhension, et donc la compassion.

La politique VR en France

En France, la réalité virtuelle est principalement utilisée par les candidats à l’élection présidentielle pour tenter de séduire un jeune électorat. Ainsi, Jean-Luc Mélenchon ou encore François Fillon ont été photographiés arborant fièrement des casques VR. Difficile de prédire si cette initiative suffira à augmenter le nombre d’intentions de vote.

De son côté, France Télévisions propose une application Présidentielles VR, permettant de rencontrer virtuellement les 11 candidats à l’élection présidentielle de 2017. Chaque candidat est reconstitué en images de synthèse dans la cour de l’Elysée, et l’utilisateur peut accéder à une courte présentation de son programme et à des informations historiques. Là encore, l’objectif est d’amener les plus jeunes à s’intéresser à la politique en s’adressant à eux sur les médias qu’ils utilisent.