Accueil / Gaming / Pokémon Go : de nombreuses arènes supprimées suite à un procès ?

Pokémon Go : de nombreuses arènes supprimées suite à un procès ?

pokemon go arenes suppression

Dans Pokémon Go, de nombreux PokéStops et autres arènes pourraient être supprimés très prochainement. Suite à une plainte déposée en 2016 par des propriétaires dérangés par les joueurs, un procès va avoir lieu en mars 2019 pour déterminer si Niantic est responsable des violations de propriétés privées survenues suite au lancement de son jeu…

Pour capturer tous les Pokémon de Pokémon Go, certains dresseurs sont prêts à tout. Pour parvenir à leurs fins, les plus déterminés iront jusqu’à pénétrer dans une propriété privée pour mettre la main sur un Pokémon rare, une arène ou un PokéStop.

Or, pour les personnes victimes de ces violations de propriété privée, le célèbre jeu mobile peut être perçu comme une source de problèmes. Ainsi, dès la sortie du jeu en 2016, des propriétaires dérangés par le placement de certaines arènes et autres PokéStops avaient déposé une plainte contre le développeur du jeu, Niantic, auprès d’un juge californien.

Près de trois ans plus tard, le procès va enfin avoir lieu au mois de mars 2019. La justice va donc décider si Niantic est responsable de ces violations de propriétés privées, ou si les joueurs sont seuls coupables. Si le juge se range du côté des plaignants, Niantic devra verser 1000 dollars de compensation à chacun d’entre eux. Le cabinet d’avocats qui gère les plaintes, quant à lui, exige 8 millions de dollars supplémentaires.

Pokémon Go : Niantic est-il responsable des violations de propriétés privées effectuées par les dresseurs ?

pokemon go violation propriété privée

En attendant, Niantic a annoncé que plusieurs mesures seront prises pour éviter que son jeu ne dérange les riverains. Tout d’abord, la firme va supprimer les PokéStops et les arènes à l’origine des plaintes. Les propriétaires de résidences personnelles auront le droit d’exiger une suppression dans un rayon de 40 mètres autour de leurs propriétés. Le développeur va aussi maintenir une base de données regroupant les plaintes afin d’éviter les mauvais placements de PokéStops et d’arènes.

En outre, lorsque le système de Niantic détectera la formation d’un raid de plus de dix joueurs, un message d’avertissement apparaîtra à l’écran pour leur rappeler d’être courtois et respectueux du voisinage. La firme travaillera aussi avec les services de cartographie comme Google Maps afin de permettre aux gestionnaires de parcs de définir des horaires durant lesquelles le jeu sera autorisé. Enfin, durant trois ans, Niantic va financer des audits pour vérifier que les obligations fixées par la justice sont respectées.

Suite à ce procès, il est fort possible que de nombreux PokéStops et arènes de Pokémon Go soient supprimés dans le monde entier. On ignore cependant si Niantic les remplacera en en plaçant de nouveaux à des endroits qui ne dérangent personne, ou s’ils disparaîtront définitivement…