Accueil / Applications et logiciels / Microsoft veut décliner la bureautique en réalité virtuelle… mais c’est compliqué

Microsoft veut décliner la bureautique en réalité virtuelle… mais c’est compliqué

Bureautique VR bureau virtuel

La suite bureautique Microsoft Office tout comme l’OS Windows dominent largement le marché des ordinateurs et des portables. Mais, pour anticiper l’avenir, la firme de Richmond se tourne peu à peu vers la réalité virtuelle. Plusieurs pistes de réflexion sont à l’étude.

Il n’y a pas que l’Hololens et la réalité augmentée dans la vie. Au-delà d’être une phrase qui ferait sans doute plaisir à Bill Gates, le cofondateur historique de Microsoft, c’est aussi la stratégie générale de l’entreprise. Son laboratoire de recherches vient de publier deux études qui dévoilent dans quelle direction l’entreprise veut aller. La réalité virtuelle semble être l’objectif, mais le chemin est semé d’embûches. Analyse.

Microsoft bureautique réalité virtuelle VR

Faire passer la réalité virtuelle du salon vers le bureau

Trop souvent, on associe la réalité virtuelle au monde du divertissement, des loisirs. C’est l’usage le plus évident mais aussi celui qui permet de toucher un public toujours plus large. Nous sommes plus susceptibles de nous intéresser à une nouvelle technologie si on l’associe avec le jeu.

Mais, pour autant se limiter à cette dimension est très restrictif comme le montre le travail de Microsoft. L’entreprise s’attèle sérieusement à ce travail à partir de deux études. Le but ? Voir comment la bureautique devrait fonctionner dans le monde de la réalité virtuelle et comment créer un bureau virtuel. L’occasion ainsi de découvrir que la saisie de texte est particulièrement problèmatique en VR. Les utilisateurs sont en en général à 60% de leur vitesse maximale.

Bureautique en réalité virtuelle : la problématique des doigts

Cette problématique de la saisie de texte peut paraître anecdotique. Après tout, comme sur un clavier classique, on devrait pouvoir améliorer nos capacités d’apprentissage. Avec le temps, on peut même imaginer qu’il serait possible de récupérer notre dextérité classique. Mais, selon Microsoft, d’autres problèmes interviennent comme la résolution et le temps de latence.

Par ailleurs, ceux qui ont besoin de regarder le clavier pour écrire se trouvent confrontés à un problème additionnel. Les aller-retours entre le clavier et le display virtuel sont beaucoup moins pratiques que dans la réalité. Si Microsoft propose de rapprocher les deux, cette solution semble être vite limitée.

Bureautique réalité virtuelle

Mais, le dernier détail d’importance concerne les doigts. Voir et comment on les voit semble influer sensiblement sur notre comportement. Des quatre options étudiées par la firme de Richmond, c’est la possibilité de ne voir que bout des doigts qui semble avoir les meilleurs résultats. Un flux vidéo des mains ou une représentation complète s’avère au final peu pratique. Sans aucun doute, les limites du réalisme. En effet, les problèmes résidaient dans la différence de mouvement ou de physionomie de nos mains. Pour l’instant, Microsoft en est encore à sa phase de test, mais de véritables changements devraient rapidement être proposés. L’objectif concret ? Réussir à faire de la réalité virtuelle notre interface bureautique de demain.