Menu
in ,

Le metaverse : tout savoir sur l’univers fictif qui affole les GAFAM

metaverse

Actuellement, « Metaverse » est un terme très à la mode. Mais beaucoup ignorent que le Metaverse change l’industrie du jeu, l’industrie sociale, voire le mode de vie de tous les jours. C’est pourquoi il est devenu le macro-objectif le plus récent de la plupart des géants de la technologie au monde. Il intéresse Epic Games, fabricant de Fortnite et Unreal Engine. Il constitue aussi le moteur de l’achat par Facebook d’Oculus VR. Mais qu’est-ce que le metaverse ? Voici un dossier pour tout savoir.

Qu’est-ce que le metaverse ?

Le terme metaverse est formé à partir des deux mots, méta et univers. Il dérive du mot anglais metaverse. Ce dernier fait référence à une variété d’expériences, d’environnements et de biens virtuels. Wikipedia le définit comme un espace collectif virtuel partagé, créé par la convergence d’une réalité physique virtuellement améliorée et d’un espace virtuel physiquement persistant. Il inclut la combinaison de tous les mondes virtuels, de la réalité augmentée et de l’Internet.

En général, metaverse désigne le concept d’une itération future de l’Internet. Celle-ci comprend des espaces virtuels persistants, partagés et en 3D, reliés dans un univers virtuel perçu. En 1982, il était difficile d’imaginer à quoi ressemblerait l’internet de 2020. Il était encore plus difficile de l’expliquer à ceux qui ne s’y étaient jamais « connectés » à l’époque. Aujourd’hui encore, la définition de ce qu’est réellement le métavers reste complexe. Mais les attributs de base peuvent être identifiés.

Quelques caractéristiques du metaverse

On pense que tout le monde pourra faire partie du metaverse et participer à un événement ou une activité spécifique ensemble. Il procurera un sentiment individuel de « présence » à chaque utilisateur. Il sera également une économie pleinement fonctionnelle. Le metaverse sera une expérience qui englobe à la fois les mondes numériques et physique, ainsi que les plateformes ouvertes ou fermées.

Par ailleurs, cette révolution internet permettra une interopérabilité sans précédent des données, du contenu et des actifs numériques. Elle sera peuplée de « contenu » et d’« expériences » créés et exploités par un éventail incroyablement large de contributeurs. Certains seront des individus indépendants. D’autres pourront être des groupes organisés de manière informelle ou des entreprises à vocation commerciale.

Comment fonctionne le metaverse ?

Le métavers élimine les limites de l’écran et offre une expérience immersive. Elle ressemble à un jeu vidéo, dans lequel un avatar représente l’utilisateur. L’utilisateur peut déplacer et contrôler des objets, interagir avec d’autres avatars et participer au développement de cet univers.

Bien que le métavers soit accessible depuis un ordinateur, il faut recourir à des outils tels que les casques VR et de réalité augmentée pour vivre une expérience encore plus réaliste. La clé du métavers réside non seulement dans la manière d’y accéder, mais aussi dans les capacités que permet le Web 3.0 ou web3. Ce terme désigne la troisième génération de l’internet.

Alors que le Web 1.0 était basé sur l’hypertexte (liens) et le Web 2.0 sur l’interaction (réseaux sociaux), un site Web 3.0 repose sur la création et l’échange d’actifs numériques (NFT). Il utilise la technologie blockchain. D’ailleurs, la blockchain constitue la base qui permet au metaverse d’être décentralisé et aux développeurs de posséder leurs propres données et contenus. Ils peuvent posséder et échanger des jetons non fongibles, par exemple.

8 éléments composant un produit meta-univers, selon Roblox

Selon Roblox, il existe huit éléments principaux qui constituent un véritable produit méta univers :

  • L’identité : L’utilisateur a une identité virtuelle, qu’elle soit liée ou non à une identité réelle.
  • Immersion : L’expérience du méta univers permet de s’immerger et d’ignorer tout le reste.
  • Diversification : Le méta-univers fournit une variété de contenus riches, notamment du gameplay, des accessoires et du matériel artistique.
  • Un système économique : Comme tout jeu complexe à grande échelle, le métavers dispose d’un système économique propre.
  • Un contact : Dans le metaverse, il existe des contacts et il est possible de socialiser, peu importe que les participants se connaissent ou non dans la vie réelle.
  • Une faible latence : Tout dans le metaverse se passe de manière synchrone, sans asynchronie ni retard.
  • Accessibilité à tout moment : Le Metaverse est accessible à partir de n’importe quel appareil et chacun peut s’y plonger à tout moment et en tout lieu.
  • Une civilisation : Le méta-univers doit être une civilisation virtuelle.

Comment aller dans le Metaverse ? 

Pour accéder au Metaverse, il faut utiliser l’une des plateformes suivantes :

Horizon Worlds. Cette plateforme sociale offre aux utilisateurs la possibilité de créer un monde virtuel personnel pour interagir avec d’autres personnes. Il suffit de se connecter avec un avatar pour rendre visite à ses amis.

Decentraland. Cet espace a été conçu pour permettre aux utilisateurs de découvrir le métavers à travers des espaces virtuels immersifs. Ils peuvent acheter des biens immobiliers par le biais de la crypto MANA, sous la forme de NFT.

Rec Room. Ce site se présente également comme une plateforme VR sociale où les utilisateurs peuvent rencontrer des amis et participer à des jeux VR. En effet, elle fonctionne avec HTC Vive, Windows Mixed Reality et Oculus Rift.

Sans oublier Facebook, l’un des acteurs majeurs dans le domaine des métavers. Meta fonctionne comme un espace virtuel en immersion totale. Les utilisateurs pourront inventer leurs propres mondes et interagir avec d’autres personnes dans cet univers. En outre, ils pourront organiser des réunions pour mener leurs affaires. L’Oculus Quest 2 est le système Meta ultime.

Microsoft prépare également un projet appelé Hololens. Cet ensemble de lunettes vous permet de plonger dans le métavers.  

Ce que le metaverse n’est pas

Le terme « metaverse » a été quelquefois utilisé de manière incorrecte. Certains le considèrent comme un monde virtuel, alors qu’il ne s’agit pas de sa véritable signification. Les mondes virtuels et les jeux avec des personnages pilotés par l’IA existent depuis des décennies, tout comme ceux peuplés de « vrais » humains en temps réel. En fait, il ne s’agit pas d’un « méta » univers. C’est simplement un univers synthétique et fictif conçu dans un but unique (un jeu). Le métavers ne constitue ni un espace virtuel ni une réalité virtuelle.

En outre, le métavers ne correspond pas à un jeu. Certes, ses objectifs se rapprochent de ceux d’un jeu, il inclut des jeux et implique la gamification. Mais il ne s’agit pas d’un jeu proprement dit. De même, il ne tourne pas autour d’objectifs spécifiques. Enfin, le metaverse ne ressemble pas à YouTube ou à Facebook, où d’innombrables internautes peuvent « créer », « partager » et « monétiser » du contenu.

Quelle est l’importance du metaverse ?

La valeur du métavers peut atteindre des milliards de dollars dans le cadre d’une nouvelle plateforme informatique ou d’un nouveau support de contenu. Il tend à devenir un composant clé de toutes les activités physiques et la prochaine grande plateforme de travail.

Par ailleurs, le métavers a la capacité de devenir le « successeur » fonctionnel du Web, ce qui devrait entraîner des avantages économiques encore plus importants. Il devrait produire la même diversité d’opportunités que celle observée avec le Web. De nouvelles entreprises, de nouveaux produits et services verront le jour pour gérer tous les aspects des affaires. Ces aspects concernent aussi bien le traitement des paiements que la vérification de l’identité, l’embauche, la diffusion de publicités ou la création de contenu.

Plus largement, le métavers peut changer la façon dont les ressources modernes se répartissent et se monétisent. Pendant des siècles, les économies développées ont été transformées par l’augmentation et la diminution des pénuries de main-d’œuvre et de biens immobiliers. Dans le métavers, les futurs travailleurs qui choisiront de vivre en dehors des villes pourront participer à l’économie « à forte valeur ajoutée » par le biais du travail virtuel.

Mesures à prendre pour prévenir les arnaques dans le Metaverse

Compte tenu de la multiplication des risques autour du metaverse, il est important de s’informer pour éviter de se faire arnaquer. Passons en revue quelques étapes importantes : 

Faites vos recherches

La première étape consiste à faire des recherches sur le projet de métavers avant de s’y lancer. En effectuant quelques recherches de base, vous pourrez vous faire une idée de la plateforme virtuelle. La crédibilité du projet et de ses fondateurs joue un rôle crucial. 

Veillez à utiliser des plateformes sécurisées. Assurez-vous également qu’elles ont une communauté en ligne active et une présence sur les médias sociaux.

Restez à l’écart des conseils et des offres d’investissement

Les fraudeurs ciblent les utilisateurs avec différentes approches. Une méthode populaire consiste à fournir des suggestions d’investissement et de négociation. En outre, ils peuvent se faire passer pour un expert financier afin de gagner votre attention et votre confiance.  

Ne stockez et ne partagez jamais d’informations bancaires

Il est préférable d’éviter les plateformes qui vous demandent vos informations bancaires. Évitez également de stocker ou d’enregistrer des informations financières sur les métavers.

Métaverse : une chronologie annotée

Voici quelques-uns des développements technologiques les plus importants qui façonnent les visions actuelles du métaverse.

En 1938, le poète et dramaturge français Antonin Artaud utilise le terme de réalité virtuelle dans son recueil d’essais, Le Théâtre et son Double. Il peint une vision de la façon dont les personnages, les objets et les images peuvent être orchestrés pour créer des mondes riches et immersifs.

Dans les années 1970, le MIT a créé Aspen Movie Map, qui permettait aux utilisateurs de faire une visite guidée par ordinateur de la ville d’Aspen, dans le Colorado. C’était la première fois que l’on pouvait utiliser la réalité virtuelle pour transporter les utilisateurs dans un autre lieu. 

2003 – Linden Lab dévoile Second Life, un espace virtuel 3D partagé qui permet aux utilisateurs d’explorer, d’interagir avec d’autres, de construire des objets et d’échanger des biens virtuels.

2007 – Google étend Maps avec Street View, qui permet aux utilisateurs d’explorer une représentation virtuelle du monde réel à grande échelle.

2012 – L’entrepreneur américain Palmer Luckey lance l’Oculus sur Kickstarter en tant que premier matériel 3D à bas prix pour les masses.

2019 – Fortnite d’Epic Games devient le monde virtuel partagé le plus populaire de tous les temps, avec plus de 250 millions d’utilisateurs actifs.

2021 – La société mère de Facebook se rebaptise Meta et promulgue une vision optimiste et expansive pour le métaverse. La société renommée investit par la suite plus de 10 milliards de dollars pour développer de nouveaux matériels, logiciels et services pour soutenir ce Nouveau Monde.

2022 – Siemens et Nvidia s’associent sur le métaverse industriel. Le nouveau terme s’appuie sur l’environnement d’ingénierie collaborative Omniverse de Nvidia et sur la plate-forme complète d’outils jumeaux numériques de Siemens pour les secteurs industriel.

Sommes-nous actuellement proches d’un véritable metaverse?

Les obstacles à l’avènement d’un véritable métavers sont encore nombreux. Parmi eux figurent les limitations matérielles. Actuellement, les réseaux mondiaux et les capacités informatiques ne permettent pas d’alimenter un monde numérique persistant. Celui-ci peut être expérimenté en temps réel par des millions d’utilisateurs simultanés.

Même si un tel niveau de réseautage et de puissance informatique était disponible, la consommation d’énergie pose des problèmes. Ceux-ci concernent à la fois les réseaux électriques nationaux et l’environnement. Outre les limitations technologiques, il existe un autre défi majeur, l’interopérabilité.

Actuellement, même les soi-disant précurseurs du métavers, comme « Fortnite », ne permettent pas aux joueurs de recréer leur propre contenu sur d’autres plateformes. Pour assurer une véritable interopérabilité multiplateforme, les entreprises propriétaires de ces plateformes doivent renoncer à un certain contrôle. 

Que ce soit sur le contenu et l’expérience utilisateur de leurs bases de joueurs. Ce processus est déjà en cours. Sony, qui s’oppose notoirement aux jeux multiplateformes, a récemment pris des mesures. En effet, les utilisateurs de PlayStation pourront interagir plus fréquemment avec les joueurs d’autres consoles.

Les contrefaçons dans le métavers

Dans le métavers, la contrefaçon de produits de mode et d’art atteint son apogée. Ce phénomène touche de nombreuses marques, telles que Gucci et Hermès.

En novembre 2021, des éditions numériques du célèbre sac Birkins d’Hermès ont fait leur apparition sur le marché. Baptisée MetaBirkins NFTs, il s’agit du projet de l’artiste Mason Rothschild. Cette création a été réalisée sans l’accord de la marque.

Le produit a connu un grand succès et Mason a conçu toute la collection de 100 sacs MetaBirkins. La gamme de couleurs qu’il a créée a même dépassé celle de la boutique Birkin.

Bien qu’Hermès lui ait demandé de cesser de copier ses produits à des fins lucratives, Mason affirme que ses NFT sont bien protégés contre les poursuites judiciaires.

Gucci a vécu la même chose sur Roblox. Cette fois, c’est la marque elle-même qui a créé le projet virtuel. Cependant, le tollé se manifeste par une revente massive de ses produits. Grâce à la « Gucci Garden Experience », plusieurs joueurs ont investi plus d’argent pour acheter les sacs à main virtuels que ce que coûtent les originaux. Cet événement créé par la maison italienne a permis aux joueurs d’acheter des articles Gucci exclusifs.  

Entreprises exploitant des métavers

Voici plusieurs entreprises qui ont leur propre vision des métavers.

Meta

Meta connu sous son ancien nom Facebook a réalisé un investissement considérable dans le secteur de la réalité virtuelle. En 2014, il a notamment racheté Oculus. Ce géant de la Tech envisage un univers virtuel au sein duquel des avatars peuvent se connecter pour travailler, se divertir ou voyager via un casque VR. Zuckerberg a été optimiste à propos du métavers, persuadé que cette technologie remplacera l’internet.

Microsoft

Ce géant informatique se sert d’un hologramme et met au point des applications XR avec Microsoft Mesh. Celles-ci combinent la réalité avec l’AR et VR. Microsoft a présenté des plans visant à introduire la réalité mixte, incluant les avatars virtuels et les hologrammes lors du Microsoft Teams de 2022. Un autre projet est prévu, celui-ci concerne les espaces connectés virtuels à explorer en 3D.

Epic Games

Epic Games prévoyait de s’imposer dans le métavers à la suite d’une levée de fonds d’un milliard de dollars en 2021. Cette somme comprend 200 millions de dollars provenant de Sony Group Corp.

La vision d’Epic Games du métavers diffère de celle de Facebook. Cette société veut offrir un espace commun aux utilisateurs pour interagir entre eux et avec les marques – sans un fil d’actualité criblé de publicités.

Roblox

Une autre plateforme de jeu métaverse très populaire, Roblox, vise à faciliter la création d’une économie de créateurs en permettant aux utilisateurs de créer leurs propres espaces virtuels. La plate-forme a gagné en popularité au cours des dernières années, où les joueurs sont autorisés à utiliser des avatars pour explorer différents espaces et profiter de divers jeux. 

Plusieurs festivals ont également été organisés au sein de Roblox, tels que l’Electric Daisy Carnival (EDC) en 2021. Les utilisateurs ont pu s’immerger complètement dans le jeu, et avec une grande variété de jeux destinés à presque tous les groupes démographiques, la plate-forme a gagné plus de 37 millions d’utilisateurs actifs quotidiens.  

NVIDIA

NVIDIA est une entreprise très importante dans l’industrie du jeu, largement connue pour ses unités de traitement graphique. Cependant, la société a également fait de grandes vagues sur le marché du métaverse en se préparant à créer un outil pour faciliter les créations 3D.

« Omniverse » de NVIDIA offre aux développeurs la possibilité de collaborer sur des modèles 3D en améliorant la communication et la productivité. Cet outil aide à favoriser les créations innovantes en fournissant un cadre pour créer des matériaux liés au métaverse. 

De nombreuses entreprises Metaverses utilisent Omniverse de NVIDIA pour créer des actifs numériques, des avatars, des environnements virtuels, des bâtiments et bien plus encore. Ces sociétés incluent Kroger, PepsiCo, Amazon et bien d’autres. Omniverse permet à ces entreprises du métaverse de développer des expériences immersives pour leurs publics cibles.

Le metaverse est-il quelque chose d’inédit ?

Le terme “metaverse” existe depuis 30 ans. Ce terme ne constitue pas seulement une fiction. Il fait partie des visions de l’avenir des entreprises depuis un certain temps. Au cours des années 1990, lorsque la VR a pris son essor, Sainsbury’s, une chaîne d’épicerie britannique, a fait une démonstration de shopping en VR. Celle-ci ressemble étrangement à une vidéo réalisée par Walmart en 2017.

L’un des mondes virtuels les plus célèbres, et peut-être le plus proche de l’idéal du métavers, est Second Life, une plateforme multimédia en ligne lancée en 2003. Cette dernière ressemble beaucoup à un jeu de rôle en ligne massivement multijoueur du début des années 2000. Elle remplit bon nombre des rôles imaginés pour le métavers du futur, et ce, depuis son lancement. Les utilisateurs sont incarnés par des avatars et interagissent les uns avec les autres dans des espaces virtuels. Ils vivent des versions virtuelles d’expériences du monde réel, des réunions d’affaires aux boîtes de nuit. Les utilisateurs peuvent créer leur propre contenu et service et interagir les uns avec les autres.

PlayStation Home est un autre exemple notable, mais souvent oublié, des premières metaverses. Le hub social virtuel de Sony pour PlayStation 3 a été lancé en 2008 et a fermé en 2015. Voilà un exemple intéressant de ce à quoi pourrait ressembler un métavers hautement corporatisé.

Le metaverse est-il inévitable ?

Le métaverse est en réalité un phénomène inévitable. Celui-ci résulte des changements culturels et des avancées technologiques. En fait, ces derniers permettent aux internautes de naviguer librement. Ces utilisateurs peuvent créer et partager des contenus personnalisés sur le Web.

Tout comme le passage du Web 1.0 au Web 2.0 n’a donné lieu à aucun changement formel, le développement du métavers se produira naturellement. En effet, les internautes vont pouvoir passer plus de temps en ligne et associer une plus grande part de leur identité à leur vie numérique.

« Fortnite » et « Roblox » ont été décrits comme des précurseurs du métavers. Or, le principal précurseur de ce dernier reste l’internet lui-même. Et si Internet représente la visite vidéo de l’appartement, le métaverse lui correspond. Bien que nous n’y vivions pas encore, le bail a déjà été signé.

Le metaverse a fait l’objet d’investissements massifs de la part de marques, de designers et de célébrités. Il s’agit d’un univers virtuel dans lequel il est possible d’effectuer diverses activités telles que l’achat de terrains, le shopping, la création de magasins numériques. Mais comment ces opérations se déroulent-elles ? Quels sont les éléments nécessaires pour effectuer des achats dans le métavers ?

L’argent dans le metaverse

Le metaverse a enregistré des investissements massifs de la part des marques, des designers et des célébrités. Il s’agit d’un univers virtuel dans lequel il est possible de réaliser diverses activités comme l’achat de terrains, le shopping, la création de magasins numériques. Mais comment ces opérations sont-elles réalisées ? Quels sont les éléments nécessaires pour effectuer des achats dans le metaverse ?

Portefeuilles cryptographiques

Il s’agit de la condition première et la plus fondamentale pour effectuer des achats dans le métavers. MetaMask est le portefeuille le plus utilisé. Les utilisateurs peuvent ajouter leur devise native à l’aide d’une carte de crédit ou de débit et l’échanger contre les jetons cryptographiques de leur choix.

Cartes NFT

Les utilisateurs doivent créer un portefeuille crypto, déposer de la monnaie fiduciaire, puis l’échanger contre des cryptomonnaies pour effectuer un achat NFT. Cependant, Mastercard et Coinbase ont simplifié ce processus. Ils se sont associés pour créer la première carte basée sur le NFT. Les utilisateurs de Mastercard peuvent simplement se connecter à l’interface NFT de Coinbase et acheter immédiatement des NFT avec leurs cartes de crédit ou de débit respectives.

Jetons Metaverse

Les plateformes metaverse étant construites sur la technologie blockchain, elles nécessitent une cryptomonnaie native pour faciliter les transactions sur la plateforme. Ces cryptomonnaies associées au metaverse sont connues sous le nom de jetons de metaverse. Elles peuvent être échangées contre de la monnaie fiduciaire quand le propriétaire le souhaite. Parmi les cryptomonnaies, les plus populaires figurent

  • Ether : ETH, la monnaie native du réseau Ethereum. Il s’agit de l’une des cryptomonnaies les plus utilisées pour effectuer des achats dans le métavers.
  • MANA : Ce token natif de la plateforme Decentraland permet aux utilisateurs d’acheter des terrains, des vêtements, des avatars et autres accessoires sur les plateformes metaverse. 
  • SAND : Il s’agit du jeton natif de la plateforme Sandbox et fonctionne de la même manière que MANA. Il peut également être échangé contre de la monnaie fiduciaire sur la plupart des bourses de cryptomonnaies.
  • AXS : Ce jeton est associé à la plateforme de jeu Axie Infinity. Les utilisateurs peuvent non seulement l’acheter sur les bourses de cryptomonnaies, mais aussi le gagner en élevant des animaux de compagnie dans le jeu, appelés Axies.

Comment les NFT s’intègrent-ils dans le métavers ?

Les jetons non fongibles (NFT) jouent un rôle important dans l’utilité et la popularité du métaverse. Au fond, les NFT servent à définir la rareté et la valeur numériques, et à prouver la propriété. Ils permettent de créer et de posséder des biens immobiliers virtuels dans des jeux comme Decentraland ou des gifs coûteux comme le Nyan Cat. Il faut souligner que dans un monde numérique en constante évolution, il est incroyablement difficile d’authentifier ou d’exercer un droit de propriété sur des objets que tout le monde peut simplement capturer, copier ou télécharger.

Les NFT fournissent un enregistrement ou un certificat de propriété sécurisé, décentralisé et transparent. Ce registre ou certificat ne peut être revendiqué par quiconque, car il est conservé dans un grand livre numérique public grâce à la technologie blockchain. Il garantit que les actifs de votre portefeuille numérique seront en sécurité et pourront être utilisés dans tout le métaverse, quelle que soit sa taille.

Il existe divers points de vue sur la relation entre les NFT et le métaverse, certains estimant que les ENF font partie du métaverse, d’autres qu’ils sont les éléments constitutifs du métaverse. Ce qui est sûr c’est que les jetons  sont un concept critique et jouent un rôle essentiel dans le métaverse.

Comment investir dans le metaverse ?

Pour ceux qui souhaitent investir dans le métavers, il existe des entreprises qui développent des produits et services liés à ce phénomène. Notamment Meta Platforms (FB), Microsoft (MSFT), Roblox (RBLX), Nike (NKE) et Nvidia (NVDA). On constate également une augmentation de l’achat de terrains ou de biens immobiliers dans les métavers en tant qu’investissement. Toutefois, il s’agit d’un véhicule d’investissement nouveau et non testé comme étant rentable.

Le métaverse devrait transformer le secteur technologique, où de nombreuses entreprises créeront l’architecture, le matériel et les logiciels qui alimenteront la version métaverse du Web 3.0. Mais il touchera également des entreprises extérieures à la sphère technologique. En effet, le métaverse propose de changer certaines pratiques aussi simples que la façon dont les utilisateurs font leurs achats, naviguent dans une ville, visitent un appartement. Il permet également d’interagir avec les entreprises et les publicités en tant que consommateur.

Il reste à voir si la vision du metaverse se concrétisera ou non. Mais il est clair qu’elle a le potentiel de perturber de multiples industries et secteurs. Cette technologie les obligera à investir davantage dans la technologie ou à entrer en concurrence avec d’autres. En outre, ces derniers seront en mesure de proposer des expériences métaverses à leurs consommateurs.

Quelle est la différence entre l’internet et le métavers ?

Internet se compose de millions d’ordinateurs, de dispositifs électroniques et de  serveurs. Les utilisateurs ont la possibilité de s’échanger des informations ou de visionner des sites. Ils peuvent aussi faire divers achat et vente.

Le métavers ne rivalise pas avec l’internet, il s’en inspire. Ces technologies comprennent la réalité augmentée (AR), la réalité virtuelle (VR), l’IA et les cryptomonnaies. En bref, l’internet représente un outil de pointe que les internautes parcourent. En ce qui concerne le métavers, c’est un “lieu où les utilisateurs vivent ».

Même les gouvernements peuvent étendre leur portée dans le métavers. Par exemple, la Barbade prévoit d’ouvrir une ambassade diplomatique dans le métavers, plus précisément dans le monde en ligne Decentraland.

La croissance d’Internet a donné naissance à de nombreux services qui ouvrent la voie à la création du métavers. « Dans le domaine du jeu, Roblox, Minecraft et autres jeux vidéo immersifs, préfigurent ce que le métavers est censé offrir. » « Il y a même une sorte de présence numérique sur les médias sociaux.

Répondre