Accueil / Evénements / La réalité virtuelle au service de la santé – Laval Virtual Day

La réalité virtuelle au service de la santé – Laval Virtual Day

Laval Virtual Days santé 2

Jeudi 18 juin, l’organisation du Laval Virtual proposait un Laval Virtual Day dédié à la Santé et au Handicap en partenariat avec l’Atelier BNP Paribas et Cap Digital. 

Laval Virtual Days santé

Animer la communauté

L’idée : animer la communauté de ses exposants et aborder des thématiques précises. L’occasion de découvrir à quel point la réalité virtuelle peut aider dans le domaine de la santé. Petit tour d’horizon de ce qui nous a marqués pendant cette matinée.

Immersive Robotics

La jeune entreprise française a présenté lors de l’édition 2015 du Laval Virtual son robot, Waldo. L’idée utiliser un avatar robotique pour se faire téléporter à distance de manière virtuelle grâce à un Oculus Rift. L’idée est de se déplacer, agir dans un environnement où l’on n’est pas vraiment. La fonction de téléprésence est aussi un moyen pratique de programmer naturellement un assistant personnel à domicile. Il y a la possibilité de l’utiliser à la maison et d’enseigner au robot de nouvelles actions. À terme, il pourra par exemple ramener des objets, mais aussi aider les personnes dépendantes dans leur vie de tous les jours. Un Cloud permet de se connecter à distance via une tablette ou un ordinateur. Quel intérêt pour la santé ? Et bien ils sont nombreux. Dans un premier temps Waldo va permettre à des gens hospitalisés de s’évader de leur chambre d’hôpital. Le robot va être déployé auprès de la famille ou éventuellement sur un site culturel. Le CHU de Nice en possède déjà un exemplaire. Le but c’est surtout de lutter contre l’exclusion et l’impossibilité d’accès. Waldo pourrait pallier bon nombre de gênes qui résultent de la diminution de la. Pour les fonctions cognitives, le robot pourrait servir de pense-bête et, tant que le médicament n’est pas pris, il s’acharnera de répéter l’alarme. Une fonction détection des chutes est en train d’être développée. Ce robot aux multiples facettes sera lancé en kit sur Kickstarter pendant l’été.

Cloud Santé

Comme son nom l’indique, il s’agit d’un cloud communautaire destiné à opérer les nouveaux services de santé connectés. Un cadre réglementaire très strict oblige l’entreprise à avoir un médecin hébergeur de donnée de santé pour garantir la sécurité des données personnelles. Le but, accompagner des projets de santé connectée chez les grands acteurs. L’ambition avec ce cloud, c’est un écosystème pour délivrer des services avec l’ensemble des acteurs de santé, les acteurs du médicament les assureurs, les objets connectés de santé, les labos, les fournisseurs de services, hôpital et les réseaux sociaux de santé.

Virtualis

Présent au Laval Virtual 2015, Franck Assaban et son Virtualis avaient déjà fait sensation. Le principe, un logiciel destiné aux professionnels de la santé qui traite les vertiges et les troubles de l’équilibre grâce à l’Oculus Rift. Une solution qui fonctionne selon l’inventeur de cette solution et qui permet de faire des économies considérables, le matériel nécessaire pour traiter ces maux étant extrêmement cher et encombrant. 2500 euros, c’est la somme qu’il faudra débourser pour s’équiper entièrement. Deux fois moins couteux que l’installation d’un seul équipement dans un cabinet.

Groupe Genius Curapy

Et si jouer pouvait soigner, c’est le pari fait sur la plateforme Curapy qui sera lancée en septembre prochain. Acteur majeur dans la thématique de l’e-santé, le Groupe Genius propose ici une plateforme ludique qui permet aux malades de ne pas tomber dans l’inactivité et de stimuleur leur corps, mais aussi leur esprit. Et en plus, on peut prolonger la rééducation à la maison. Les médecins recueillent les données et peuvent les analyser et donner des conseils à distance. Les victimes d’AVC d’Alzheimer ou encore de Parkinson sont les premières destinées. Une excellente idée qui est très encourageante pour la suite.

Serious Factory

On parle beaucoup de soins depuis le début, mais encore faut-il avoir des personnes formées correctement et ici encore, la réalité virtuelle peut apporter un vrai plus. Parmi d’autres entreprises innovantes dans le domaine, Serious Factory édite des serious-games destinés aux futurs médecins en les mettant dans des situations le plus réel possible. Deux logiciels se détachent du lot. E-schizophrenia, qui a pour but d’apprendre à diagnostiquer, orienter et prendre en charge les patients. Les médecins reçoivent en consultation virtuelle des « faux » patients avec de « vrais symptômes. L’idée est vraiment placer le médecin face à un patient virtuel atteint de schizophrénie. Autre logiciel, un petit peu plus généraliste, Scalife qui a pour but de vous faire acquérir les bons réflexes face à un cas clinique d’urgence. L’apprenant est confronté à une situation classique qui peut aller jusqu’à arrêt cardiaque.

Ces 5 entreprises ne sont pas les seules sur le marché, mais représentent les axes dans lesquels la réalité virtuelle s’implante. Car si le jeu ou l’usage industriel est souvent bien plus médiatisé, la santé peut et doit profiter de cette technologie pour devenir de plus en plus performante.

Laval Virtual Days ROBOT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *