Accueil / Secteurs d'applications / Santé / ExMicro VR : La VR utilisée pour prévenir et soigner les maladies

ExMicro VR : La VR utilisée pour prévenir et soigner les maladies

VR

L’association d’une technologie mêlant l’imagerie à l’échelle nanométrique à la VR a conduit à la création d’ExMicroVR. La technologie permet aux scientifiques de pénétrer directement à l’intérieur des données biologiques.

Ce procédé pourrait bien révolutionner le monde de la médecine. Voir le monde tout court. Des recherches réalisées conjointement par la Carnegie Mellon University et la Benaroya Research Institute ont conduit à la création de la technologie ExMicroVR. L’expansion microscopique combinée à la VR permet désormais aux scientifiques de plonger directement à l’intérieur de données biologiques.

La VR au service de la médecine

Le projet a été financé à hauteur de 200 000$ par Grand Challenges, une initiative de la Bill & Melinda Gates Foundation. ExMicroVR permettra d’explorer et d’analyser la structure des cellules bien d’au-delà de ce que peut faire un microscope. Grâce à cela, les recherches sur les maladies infectieuses et auto-immunes vont connaître une avancée fulgurante. Les diagnostics et les méthodes de traitement seront aussi rendus bien plus efficaces par le procédé.

La réalité virtuelle permettra aux chercheurs de manipuler directement les images microscopiques. Ces images 2D converties en 3D seront visibles à 360°. “À l’IRB (ndlr : Benaroya Research Institute), nous préparerons les échantillons vivants de maladies infectieuses et auto-immunes “, a déclaré Caroline Stefani, associée principale de la recherche postdoctorale de l’institut. “Nous les enverrons à Carnegie Mellon, où ils agrandiront les échantillons et renverront les images à l’IRB pour les voir en VR.” a-t-elle conclu. L’homme à l’origine de la technologie se nomme Tom Skillman, créateur de la société Immersive Science.

ExMicroVR permettra à six personnes de visionner les mêmes images simultanément. La technologie sera disponible aux chercheurs dans tous les pays en développement scientifique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *