Accueil / Ecosystème / IMAX renonce à la réalité virtuelle et ferme ses salles d’arcade VR

IMAX renonce à la réalité virtuelle et ferme ses salles d’arcade VR

imax vr fermeture

IMAX VR, c’est fini. IMAX annonce la fermeture définitive de ses trois derniers centres dédiés à la réalité virtuelle encore ouverts pour 2019. Retour sur l’échec d’un projet ambitieux et mal mis en oeuvre.

En février 2017, IMAX ouvrait son premier centre IMAX VR dédié à la réalité virtuelle à Los Angeles. Au sein de cet espace, les visiteurs pouvaient s’adonner à différents jeux et expériences en réalité virtuelle en revêtant des casques HTC Vive et Star VR mis à leur disposition. Au fil des mois qui ont suivi, près d’une dizaine de centres ont été ouverts dans le monde dont une salle IMAX VR en Europe dans la ville britannique de Manchester en novembre 2017.

Malheureusement, ces établissements n’ont pas rencontré le succès escompté. Deux premiers centres ont fermé à New York et Shanghai en août 2018, et celui de Manchester en novembre 2018. Ce 14 décembre 2018, IMAX annonce que les trois derniers centres situés à Bangkok, Los Angeles et Toronto seront également abandonnés en 2019.

Face au relatif échec des salles IMAX VR, l’entreprise américaine connue pour son célèbre format cinématographique a tout simplement décidé de renoncer à la réalité virtuelle. C’est une nouvelle inquiétante pour le marché des salles d’arcade VR. En effet, si même un géant au budget illimité ne peut dégager de profit avec un tel établissement, la tâche semble presque impossible pour de simples entrepreneurs…

IMAX VR : retour sur l’échec d’une stratégie lacunaire

imax vr échec

Cependant, il convient de préciser que les centres IMAX VR comportaient plusieurs défauts importants. Tout d’abord, les expériences proposées manquaient de fluidité parce que les PC et les casques VR utilisés n’étaient pas suffisamment performants. Un comble pour un établissement payant, d’autant que les prix des casques VR et des PC VR Ready ont baissé et sont maintenant suffisamment abordables pour de nombreux particuliers.

De plus, la plupart des jeux et expériences proposées étaient disponibles pour le grand public sur la plupart des plateformes de distribution comme Steam VR ou Oculus Store. Enfin, ces centres n’étaient pas toujours forcément bien placés. Celui de Los Angeles était par exemple séparé du cinéma multiplex avoisinant. Le trafic pédestre était donc fortement limité.

Ainsi, l’échec de la stratégie d’IMAX contraste avec le succès phénoménal rencontré par The VOID avec ses expériences ” Hyper Reality “. Cette entreprise, à qui l’on doit notamment Star Wars : Secrets of the Empire, développe des jeux VR délivrant une expérience qu’il n’est tout bonnement pas possible de vivre chez soi. Ces jeux multijoueurs prennent place dans de vastes espaces aménagés de plusieurs centaines de mètres carrés, et laissent les groupes de joueurs se déplacer librement dans le monde virtuel et le monde réel en simultané.

De plus, des simulations sensorielles contextuelles sont proposées comme des vagues de chaleur quand le joueur approche de la lave ou des rafales de vent quand il est en extérieur. Autant dire que la sensation d’immersion est décuplée par rapport à des jeux VR ” ordinaires “. C’est la raison pour laquelle The VOID triomphe lorsqu’IMAX échoue.

D’autres entreprises comme Zero Latency et Nomadic concentrent aussi leurs efforts sur l’Hyper Reality. De même, certains établissements proposent à la fois des expériences ” Arcade VR ” et Hyper Reality. C’est notamment le cas du parc Illucity qui vient d’ouvrir ses portes à Paris. Ce type de centres semble davantage promis au succès et à la pérennité.