in ,

La gouvernance du metaverse : qu’en est-il réellement ?

gouvernance metaverse

Le metaverse devrait transformer la façon dont les gens et les entreprises communiquent et opèrent, d’une manière innovante mais imprévisible. Son potentiel pourrait impacter significativement la société à mesure que les technologies deviennent plus répandues et sophistiquées. Mais la gouvernance du metaverse est un défi multiforme qui doit tenir compte de certains éléments. L’interopérabilité, la confidentialité et la sécurité en font partie.

Dans sa définition la plus simple, le terme metaverse fait référence à un environnement virtuel unifié et persistant. Vous pouvez y accéder via des technologies de réalité étendue (XR). On pense que les mondes virtuels, incorporant des appareils connectés, la blockchain et d’autres technologies, seront si courants que le metaverse deviendra une extension de la réalité elle-même. L’année dernière, le géant de la technologie Facebook a joué sa revendication du metaverse. Le groupe a annoncé qu’il s’était rebaptisé Meta. Google, Microsoft et Apple travaillent également sur la technologie liée au metaverse. Mais depuis que la discussion sur le metaverse est devenue grand public et que les organisations ont commencé à s’y investir, il y a eu un débat sur la gouvernance du metaverse.

Le problème soulevé par la gouvernance du metaverse

L'architecture décentralisée du metaverse

En fait, les structures fondamentales qui sous-tendent les fondements éthiques et technologiques du metaverse sont décentralisés. Et c’est là que réside le problème. L’architecture décentralisée offre de nombreuses opportunités aux organisations pour participer au metaverse. Mais la décentralisation rend également la gouvernance difficile.

On a déjà reçu un certain nombre de rapports de harcèlement sexuel dans le metaverse. Par ailleurs, il n’existe pas de protocole approprié pour la confidentialité des données. Les hacks cryptographiques constituent un autre problème. A titre d’exemple, des pirates ont réussi à s’accaparer de 100 millions de dollars de crypto-monnaie après avoir infiltré Horizon Bridge de Harmony. Alors, quelle est la solution ? On distingue différents domaines de la gouvernance du metaverse qui nécessitent l’attention.

La confidentialité des données

La confidentialité des données

La protection des données est un aspect de la gouvernance du metaverse qui pourrait être facile à mettre en œuvre. Les lois qui régissent les réglementations de protection des données dans les environnements physiques et Web 2.0, telles que le RGPD, sont relativement transférables.

En fin de compte, la clé pour assurer le droit d’un utilisateur à la vie privée est de transférer une législation existante dans le monde réel dans l’espace virtuel. Bien sûr, ce degré de surveillance réglementaire borde le contrôle centralisé. Cependant, le pouvoir est entre les mains d’organisations gouvernementales et non privées.

Les amendes et la prison étant une possibilité réelle dans certains cas, les réglementations existantes sur la protection des données sont un moyen de dissuasion significatif. La difficulté interviendra pour déterminer la juridiction quant à l’endroit où ces lois s’appliqueront.

La cyber-sécurité

cyber-sécurité et gouvernance metaverse

Les cyber-menaces sont une grande préoccupation pour les plates-formes metaverse et les utilisateurs. Avec autant de données lucratives créées si fréquemment, la tentation d’une attaque est écrasante.

En ce qui concerne la gouvernance du metaverse, les plateformes doivent respecter un niveau minimum d’infrastructures de cybersécurité. Il peut éventuellement y avoir un système de notation auquel les utilisateurs se référent avant d’utiliser une plate-forme particulière.

Semblable à une cote de santé et de sécurité sur les locaux physiques, une cote de cyber-sécurité unifiée permettra aux utilisateurs de prendre des décisions. A part cela, les nouvelles plates-formes metaverse doivent être sécurisées par conception. Cet engagement pourrait garantir que toutes les plates-formes émergentes peuvent se vanter d’une étalon-or pour la cybersécurité.

Les droits de l’utilisateur

Les droits de l'utilisateur

Comme nous l’avons mentionné, la sécurité des utilisateurs est déjà une préoccupation dans le metaverse. Pour que les utilisateurs se sentent entièrement sécurisés, il doit y avoir un consensus unifié sur ce qui constitue un environnement sûr.

Cela se résumera à un code de conduite que les plateformes conviennent de suivre, en comprenant que l’échec entraînera des amendes. La façon dont les organisations réalisent ces demandes varieront sans aucun doute d’une plate-forme à l’autre. De plus, les technologies diffèrent. Ainsi, les mesures de protection nécessiteront une solution sur mesure.

Les responsables de la gouvernance du metaverse doivent considérer la sécurité « physique ». Outre cela, les utilisateurs doivent faire honorer leurs droits de l’homme. Cela comprendra un engagement envers la protection contre les discours de haine, la violence verbale, le comportement raciste, etc. Bien que les questions des droits de l’homme soient contestées dans de nombreux pays, le metaverse pourrait fournir un espace où un engagement unifié envers les droits de l’homme est inculqué à partir du terrain.

L’interopérabilité

L'intéropérabilité

Un autre aspect de gouvernance  du metaverse qui va de l’avant est l’interopérabilité. Cela fait référence aux plateformes avec la capacité à partager des informations, à permettre aux utilisateurs de passer facilement entre eux et de collaborer à divers projets.

Le Forum Metaverse Standards a été lancé récemment. Il vise à soutenir un metaverse ouvert, en encourageant les organisations à s’engager dans les normes d’interopérabilité. Le forum est gratuit et devrait développer un ensemble de normes techniques qui uniront plusieurs plates-formes metaverse. Déjà, certaines grandes entreprises sont montées à bord, notamment Adobe, Alibaba Epic Games, Meta, Microsoft, Nvidia, Sony Interactive Entertainment et bien d’autres.

Éduquer les employés, des acteurs du metaverse

Education sur le metaverse

Le metaverse concerne notre expérience avec l’Internet du futur. Le Web 3.0, quant à lui, concerne la construction de l’avenir d’Internet. Les entreprises qui construisent avec le Web 3.0 doivent s’assurer que leurs employés ont les compétences et les outils pour identifier les menaces – internes et externes – et prendre les mesures appropriées pour réduire les risques de sécurité.

Dans le passé, d’innombrables entreprises ont perdu la confiance des consommateurs en raison du manque de sécurité et de pratiques sécurisées dans les applications Web 2.0. Tous les employés doivent recevoir une éducation sur les bonnes informations. Ils pourront ainsi assurer la sécurité personnelle et commerciale et prévenir la prolifération et les fuites des données. Les organisations doivent mettre en œuvre une approche éducative au tout début de leur voyage dans la construction avec le Web 3.0 et la création de paradigmes d’interaction dans un metaverse.

Une bonne conception de produits pour renforcer la gouvernance du metaverse au point d’utilisation

Gouvernance metaverse

L’accessibilité, l’interopérabilité et la vie privée ne sont quelques exemples de défis de gouvernance du metaverse. Certains pourraient être traités par la conception des produits, par exemple en appliquant des normes et des protocoles uniformes de l’industrie au matériel XR, qui devrait représenter le point d’entrée principal au metaverse.

L’application de normes à la conception des produits s’étend également aux logiciels. Les experts estiment que rendre les environnements virtuels interopérables est l’une des caractéristiques déterminantes du metaverse. Cela permettra aux utilisateurs de participer à des activités socioculturelles unifiées.

L’interopérabilité peut s’appliquer à différentes couches du metaverse. Elle est toujours en cours de définition. Mais l’ambition derrière elle est de renforcer la concurrence en réduisant la puissance des effets du réseau et en abaissant les barrières à l’entrée. Il est devenu un principe de politique antitrust pour Internet qui peut se transposer en discours sur la gouvernance metaverse.

Réglementation et gouvernance du metaverse

réglementation metaverse

Dans une économie abstraite où les expériences metaverse créent des opportunités, un système de réglementation et de gouvernance du metaverse avec des intermédiaires reconnus est essentiel. Cela assure la supervision et renforce la confiance.

Les informations dérivées de vos actifs et interactions numériques doivent être régies. De plus, les utilisateurs doivent être protégés contre l’utilisation malveillante ou manipulatrice de leurs données. Une méthode pour le faire est la transparence d’utilisation.

Ceci est théoriquement possible en utilisant des enregistrements immuables pour capturer l’accès et l’utilisation des données. Lorsque ceux-ci sont décentralisés (comme dans la blockchain), ils pourraient fournir un accès démocratisé pour surveiller et gouverner le comportement de ceux qui souhaitent utiliser les données. De plus, le concept de propriété et de monétisation dans un espace metaverse peut être démocratisé à travers des capacités telles que des jetons non butins utilisés dans une blockchain.

Le dilemme de la gouvernance distribuée ou partagée du metaverse

L’émergence de structures de gouvernance alternatives, de plus en plus populaires parmi les défenseurs « web3 », peut exacerber le défi. Ils soutiennent que les utilisateurs, plutôt que les dirigeants, devraient avoir une autorité de prise de décision au sein d’une entreprise. Dans sa forme la plus pure, cela se manifeste comme des organisations autonomes décentralisées (DAO). Elles émettent des utilisateurs avec des jetons (NFT) basés sur la blockchain. Cela fournit aux propriétaires des droits économiques et de gouvernance.

De nombreux mondes virtuels vendent des actifs numériques avec les règles et actifs fixés par les DAO. En théorie, le modèle pourrait être appliqué à toute question de gouvernance. Les Daos ont simplement mis des problèmes aux membres sur lesquels voter. En effet, il a été soutenu que la mécanique DAO peut également être appliquée au défi de la modération du contenu.

Le dilemme de la gouvernance distribuée ou partagée

La théorie est attrayante. Mais la gouvernance distribuée du metaverse ne fournit pas un appareil de recours évident lorsque les défis de la gouvernance deviennent incontrôlables. Si un environnement virtuel géré par un DAO devient toxique, qui est responsable ? Les partisans diraient qu’une application décentralisée « saine et réussie » est celle qui produit plus d’utilisation.

De ce fait, les changements de règles ne sont susceptibles d’être approuvés que s’ils servent les intérêts de la communauté qui l’utilisent. Étant donné qu’un environnement toxique désactiverait les participants, la modération se produit naturellement sans application. Mais le principe n’a pas encore été testé.

Plus de questions que de réponses

La gouvernance du metaverse est un défi multiforme – qui n’est pas surprenant compte tenu de la technologie naissante. Les produits sur lesquels le metaverse sera construit produira des compromis difficiles entre l’interopérabilité, la confidentialité, et la sécurité qui seront difficiles à gérer.

De plus, ce qui a fonctionné dans le monde réel peut ne pas s’appliquer facilement au metaverse. Les nouveaux modèles nécessiteront une expérimentation minutieuse avant de pouvoir être invoquée à l’échelle. Bref, il y a plus de questions que de réponses en ce moment sur la façon de gouverner le metaverse.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.