Accueil / Gaming / [Interview] CTRL V – Entretien avec le créateur de la première salle d’arcade VR

[Interview] CTRL V – Entretien avec le créateur de la première salle d’arcade VR

CTRL V INTERVIEW

Nous avons eu l’occasion de nous entretenir avec Robert Bruski, fondateur de CTRL V, première salle d’arcade canadienne utilisant la technologie de la réalité virtuelle.

CTRL V INTERVIEW FRONT

“La manière la plus simple d’expérimenter la VR est de se tourner vers les salles d’arcade”

 Bonjour Monsieur Bruski. Pourriez-vous nous parler un peu de vous ? Que faisiez-vous avant et comment avez-vous atterri dans le marché de la réalité virtuelle ?
Avant de travailler sur Ctrl V, j’étais impliqué dans une grande variété d’autres startups aux activités différentes. Avant mes années startup, j’ai assumé des rôles très différents dans le secteur de l’investissement financier canadien. Mon associé, et ami de longue date, qui est très au fait des nouvelles technologies a eu l’idée de se lancer dans la réalité virtuelle et m’a contacté pour gérer l’aspect commercial de son initiative.

Les salles d’arcade étaient vraiment populaires, mais elles ont connu le déclin avec l’apparition des consoles de salon. Pourquoi avoir fait ce choix risqué ?
Ce n’était pas vraiment un choix risqué. Les bornes d’arcade ont disparu car le jeu vidéo est entré dans la sphère domestique. La VR est encore difficile à posséder à la maison. Les prix des équipements sont élevés, le matériel informatique nécessaire est puissant et l’espace requis est prohibitif. La manière la plus simple d’expérimenter la VR (surtout s’ils ne l’ont jamais essayé auparavant) est de se tourner vers les salles d’arcade.

Pourriez-vous nous parler de votre entreprise ? Combien d’années vous a-t-il fallu pour construire votre projet ? Quelles difficultés avez-vous rencontré ? Avez-vous facilement trouvé les financements ? Avez-vous un partenariat avec vos fournisseurs d’équipement ?
L’entreprise est incroyablement nouvelle. L’idée a été conçue en Janvier 2016. C’est là que nous sommes entrés dans notre phase de recherches pour nous assurer qu’elle était viable. A la fin du mois de Février, la société était créée et le réel travail a commencé en Mars. En mai, nous nous sommes installés dans notre espace et l’avons rénové en vue de son lancement, en Juin 2016. Nous n’avons pas rencontré beaucoup de difficultés. Les acteurs de la réalité virtuelle étaient très heureux de travailler avec nous, car ils savaient que nous ouvrions le chemin pour le développement de leurs propres business. Les fonds sont toujours difficiles à trouver, mais si vous avez une idée géniale et un plan tout aussi bon, cela devient plus simple. Et oui, nous avons des partenariats avec chacun de nos fournisseurs.

CTRL V ITW

“Nous sommes intransigeants sur notre objectif : faire en sorte que nos clients repartent avec un réel amour de la VR…”

Quels jeux proposez-vous ? Quels équipements utilisez-vous ? Comment vous-êtes vous faits connaître du grand public ?
Tous nos jeux sont testés par nos équipes et d’autres betas testeurs pour nous assurer qu’ils sont suffisamment bons pour qu’on puisse les proposer. Sont-ils assez aboutis ? La rejouabilité est-elle suffisante ? Nous affinons le choix de nos jeux avant même de contacter les développeurs. Nous travaillons exclusivement avec le HTC Vive car il offre actuellement la meilleure et la plus immersive des expériences VR. Nous sommes intransigeants sur notre objectif : faire en sorte que nos clients repartent avec un réel amour de la VR et non pas une autre activité drôle qu’ils auront vite oublié. Nos choix, avec celui de ne pas utiliser les gros leviers marketing, ont eu pour conséquence de faire connaître CTRL V par le bouche à oreille, au travers d’expériences incroyables.

Parlez-nous un peu de vos clients (âge, sexe etc…). Combien sont-ils par jour environ ? Quels jeux sont les plus populaires auprès d’eux ?
Nos clients proviennent de toutes les couches et sous-couches de la population. Tous les sexes, tous les âges, les gamers et les néophytes sont représentés. Certains viennent même d’autres pays. Le premier mois, nous avons comptabilisé plus de 3000 clients. Les FPS sont les jeux qui rencontrent le plus de succès, avec les jeux d’horreur. Mais à ma grande surprise, les clients apprécient également les choses simples comme les jeux bac à sable où les mini-golfs.

Comptez-vous ouvrir encore d’autres salles d’arcade ?
Oui. Nous songeons à ouvrir une cinquantaine d’autres enseignes.

Comment comptez-vous faire face à l’arrivée de la réalité virtuelle domestique ?
Même si la VR à la maison peut paraître une menace, elle ne l’est pas et n’aura pas beaucoup d’effet sur nous. Les gens commenceront à jouer à la maison mais ils seront minoritaires. De plus, avec la demande croissante en jeux multi-joueurs, la seule manière pour les groupes de jouer ensemble sera de se rendre dans les salles d’arcades comme la nôtre.

Que pensez-vous de the Void, le parc d’attractions dédié à la réalité virtuelle ?
The Void est un concept unique et nous leur souhaitons le meilleur. Malgré la croyance populaire, leur business model est différent du nôtre, si bien qu’ils sont davantage considérés comme un complément de notre marché et de la croissance de la réalité virtuelle en générale.

Que pensez-vous de l’avenir de la VR ?
Je crois que dans un futur proche, la réalité virtuelle va exploser du fait qu’elle va devenir plus accessible, plus demandée et plus séduisante.

Il faudra vous rendre en Ontario pour pouvoir profiter de cette salle d’arcade d’un tout nouveau genre. Une session d’une heure de jeu vous coûtera environ 24,99$, ce qui reste relativement peu cher si l’on prend en considération les moyens mobilisés pour vous offrir cette expérience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *