Accueil / Comparatif des casques VR autonomes : performances, prix, lequel choisir ?

Comparatif des casques VR autonomes : performances, prix, lequel choisir ?

GUIDE ET COMPARATIF DES CASQUES VR AUTONOMES

comparatif casques vr autonomes

Les casques VR autonomes constituent la prochaine génération de casques de réalité virtuelle. Près de deux ans après les premiers appareils dédiés à la VR, comme l’Oculus Rift et le HTC Vive, ces appareils se distinguent par leur capacité à fonctionner de manière totalement indépendante.

Plus besoin d’un PC ou d’un smartphone pour les faire fonctionner, et donc plus besoin de rester attaché par un fil. À travers ce comparatif, découvrez quels sont les meilleurs casques VR autonomes tout-en-un en fonction de vos besoins : performances, autonomie, définition de l’écran, fiche technique, prix, avis des utilisateurs…

Après avoir passé en revue les différents casques VR autonomes, nous évoquerons plus en détail l‘intérêt de ces appareils et les critères à prendre en compte lors du choix d’un modèle.

casquesidebar

COMPARATIF DES CASQUES VR AUTONOMES TOUT EN UN

Oculus Go, le casque VR autonome et abordable de Facebook

Annoncé dans le cadre du keyonte Oculus Connect 4 fin 2017, l’Oculus Go est le casque VR autonome de Facebook / Oculus. L’appareil sera doté d’un écran LCD de définition 2560×1440, et offrira une liberté de mouvement à trois degrés.

Malheureusement, il ne dispose pas de caméras embarquées permettant de profiter d’un tracking inside-out. Le suivi de position de l’utilisateur sera donc limité aux mouvements de tête. En outre, ce casque sera fourni avec un seul contrôleur à détection de mouvement, et ce contrôleur permettra uniquement de pointer (un peu comme celui du Gear VR). N’espérez donc pas utiliser vos mains de façon réaliste avec cet appareil.

En ce qui concerne le processeur, il s’agira d’un Qualcomm Snapdragon 821. Ainsi, selon Facebook, l’Oculus Go devrait offrir des performances similaires à celles d’un Samsung Gear VR équipé d’un smartphone Galaxy S7. D’ailleurs, le catalogue de jeux et d’applications sera le même que celui du Gear VR. Il sera possible de télécharger le contenu du même Oculus Store. Dès son lancement, l’appareil proposera donc un catalogue de plus de 1000 applications. Un point fort non négligeable.

Cet appareil est fabriqué par Xiaomi. Précisons d’ailleurs qu’un casque autonome Xiaomi Mi VR Standalone remplacera l’Oculus Go pour le public asiatique. Le véritable point fort de l’Oculus Go est son prix : seulement 199 dollars. Facebook et Oculus comptent sur ce tarif très abordable pour accélérer la démocratisation de la VR. Selon la rumeur, le Go sera lancé sur le marché dans le cadre de la conférence Facebook F8 qui se tiendra en mai 2018.

  • Ecran : LCD 2560×1440 72Hz
  • Processeur : Snapdragon 821
  • Stockage : 32Go mémoire interne
  • Batterie : ?
  • Plateforme : Oculus
  • Liberté de mouvement : 3 DoF
  • Tracking de position : Non
  • Tracking des contrôleurs : Non
  • Prix : 199 dollars (199 euros ?)
  • Date de sortie : mai 2018

oculus go

HTC Vive Focus, le casque VR autonome haut de gamme de HTC

Présenté en novembre 2017, le HTC Vive Focus est déjà disponible en Chine depuis décembre 2017. A l’origine, cet appareil ne devait sortir qu’en Chine, mais il semblerait finalement que le constructeur taïwanais ait décidé de le lancer à l’internationale dans un avenir proche.

Ce casque est pourvu d’un écran AMOLED de définition 3K (2880×1600) à taux de rafraîchissement 75Hz et champ de vision de 101 degrés. Il embarque le processeur Qualcomm Snpadragon 835. Avec ces caractéristiques techniques, le Vive Focus se présente comme le casque VR autonome le plus performant à l’heure actuelle.

Son principal point fort par rapport à l’Oculus Go reste cependant sa liberté de mouvement à 6 degrés. Grâce à son tracking inside-out, le Vive Focus est capable de suivre la position de l’utilisateur en temps réel. Ainsi, on retrouve un tracking de type room scale permettant à l’utilisateur de se déplacer simultanément dans la VR et le monde réel sur une envergure de 2 mètres.

En revanche, tout comme l’Oculus Go, ce casque se contente d’un seul contrôleur à détection de mouvement permettant uniquement de pointer des éléments virtuels. Le niveau d’interaction sera donc nettement inférieur à celui proposé par le HTC Vive ou l’Oculus Rift.

L’appareil fonctionne sur la plateforme Wave, qui regroupe du contenu en provenance de la version mobile de Viveport. Le catalogue d’applications disponibles est pour le moment nettement plus restreint que l’Oculus Store. On ignore pour l’instant à quelle date le Vive Focus sera disponible en Europe. En Chine, son prix s’élève à l’équivalent de 600 dollars, dont 20% de taxes locales.

  • Ecran : AMOLED 2880×1600 75Hz
  • Processeur : Snapdragon 835
  • Stockage : microSD 2To
  • Batterie : 3 heures
  • Plateforme : Viveport
  • Liberté de mouvement : 6 DoF
  • Tracking de position : Oui (Room Scale 2 mètres)
  • Tracking des contrôleurs : Non
  • Prix : 600 dollars
  • Date de sortie : ? (décembre 2017 en Chine)

htc vive focus

Lenovo Mirage Solo, le casque VR autonome sous Google Daydream

A l’origine, Google devait s’associer avec HTC pour créer son premier casque de réalité virtuelle autonome. C’est finalement avec le Chinois Lenovo que le géant américain s’est associé. Le Lenovo Mirage Solo se présente donc comme un casque de réalité virtuelle fonctionnant sur la plateforme VR Daydream de Google.

Il est équipé d’un écran LCD de définition 2560×1440 offrant un champ de vision de 110 degrés. Son processeur est un Snapdragon 835 couplé à 4Go de RAM. Grâce à un système de dissipation thermique, aucun risque de surchauffe. Par ailleurs, le constructeur promet une autonomie impressionnante de 7 heures grâce à une batterie 4000 mAh.

Comme le Vive Focus, le Lenovo Solo est équipé de caméras frontales permettant le tracking de position inside-out. Ainsi, la position de l’utilisateur est suivie à l’échelle d’une pièce de 1,5 mètre de diamètre (tracking room-scale). En revanche, le casque se contente d’un seul contrôleur à détection de mouvement permettant uniquement de pointer des objets virtuels. Seuls les mouvements de rotation sont pris en compte.

Présenté en janvier 2018, le Lenovo Mirage Solo sera disponible à la vente le 5 mai 2018. Aux Etats-Unis, son prix sera de 400 dollars. En Europe, il faudra sans doute compter 400 euros. On ignore si ce casque sera disponible en France, sachant que les précédents casques Google Daydream n’ont pas été lancés dans l’hexagone. Quoi qu’il en soit, il sera possible de le faire importer ou d’aller le chercher chez nos voisins allemands ou anglais.

  • Ecran : LCD 2560×1440 75Hz
  • Processeur : Snapdragon 835 et 4Go de RAM
  • Stockage : MicroSD 256Go
  • Batterie : 7 heures (4000 mAh)
  • Plateforme : Daydream
  • Liberté de mouvement : 6 DoF
  • Tracking de position : Oui (Room Scale 1,5 mètre)
  • Tracking des contrôleurs : Non
  • Prix : 400 dollars (400 euros?)
  • Date de sortie : 5 mai 2018

lenovo-mirage-solo-daydream

Pico Neo, le premier casque VR autonome à contrôleur 6DoF

Méconnu en France, le constructeur chinois Pico s’illustre toutefois sur le marché des casques VR autonomes. En effet, le Pico Neo est le premier casque VR autonome à proposer des contrôleurs à détection de mouvement 6DoF. Contrairement aux autres casques de ce comparatif, le Neo est donc en mesure de suivre les mouvements des contrôleurs grâce aux ultra-sons. Ceci permet d’utiliser ses mains de façon naturelle, comme avec un casque pour PC comme Oculus Rift ou HTC Vive.

Le Pico Neo embarque un processeur Snapdragon 835 couplé à 4Go de RAM. Son écran LCD offre une définition 2880×1600 et un taux de rafraîchissement 90Hz. Le champ de vision n’est en revanche pas communiqué. Ses haut-parleurs intégrés offrent un son spatialisé en 3D.

Le port microSD permet de stocker jusqu’à 128Go de contenu. Comme le Vive Focus, l’appareil fonctionne sous la plateforme Vive Wave et permet de télécharger du contenu en provenance de Viveport Mobile. Disponible en précommande (pour les entreprises) pour 749 euros, le Pico Neo est attendu pour le courant de l’année 2018.

  • Ecran : LCD 2880×1600 90Hz
  • Processeur : Snapdragon 835 et 4Go de RAM
  • Batterie : 3 heures
  • Stockage : MicroSD 128Go
  • Plateforme : Pico Store et Viveport
  • Liberté de mouvement : 6 DoF
  • Tracking de position : Oui
  • Tracking des contrôleurs : Oui
  • Prix : 749 euros
  • Date de sortie : 2018

pico neo

Pico Goblin, le 1er casque de réalité virtuelle autonome

Le Pico Goblin est le tout premier casque de réalité virtuelle autonome. Commercialisé fin 2017, cet appareil embarque un processeur Qualcomm Snapdragon 820 couplé à 3Go de RAM. Son espace de stockage s’élève à 16Go.

L’écran LCD 5,5 pouces offre une définition de 2560×1440. Son contrôleur offre 3 degrés de liberté de mouvement. Disponble à la vente pour 269 dollars, cet appareil est abordable, mais pèche par un manque de contenu disponible. Il n’offre en effet l’accès qu’à la boutique Pico Digital Store du constructeur, qui ne regroupe que 70 jeux environ. Un défaut que Pico compte bien rattraper avec le Pico Neo qui permettra aussi d’acheter du contenu sur Viveport.

  • Ecran : LCD 2560×1440
  • Processeur : Snapdragon 820 et 3Go de RAM
  • Batterie : ?
  • Stockage : 16Go mémoire interne
  • Plateforme : Pico Store
  • Liberté de mouvement : 3DoF
  • Tracking de position : Non
  • Tracking des contrôleurs : Non
  • Prix : 269 dollars
  • Date de sortie : décembre 2017

pico goblin

Idealens K2+, le casque VR autonome pour les vidéos à 360 degrés

Fabriqué par Idealens, le K2+ est un casque de réalité virtuelle autonome chinois méconnu du grand public français. Contrairement aux autres appareils de ce comparatif, il n’est pas fourni avec un contrôleur. La navigation s’effectue avec un pavé tactile situé sur le côté, comme avec les anciennes versions du casque mobile Samsung Gear VR.

Les possibilités d’interactions sont donc limitées. D’ailleurs, la plateforme logicielle Ideal OS (basée sur Android) et sa boutique d’applications famélique ne se rètent clairement pas à l’usage vidéoludique.  Cependant, pour regarder des vidéos à 360 degrés, l’appareil est tout à fait adapté.

  • Ecran : OLED 1080×1200 par oeil, 120 degrés, 60/90Hz
  • Processeur : CPU Exynos 7420, GPU Mali-T760 MP8, 3Go de RAM
  • Batterie : 3800 mAh
  • Stockage : 32Go
  • Plateforme : Ideal OS
  • Liberté de mouvement : ?
  • Tracking de position : Non
  • Tracking des contrôleurs : Non
  • Prix : 650 euros
  • Date de sortie : 2017
idealens K2

Oculus Santa Cruz, le casque VR autonome du futur

Encore au stade de prototype, le Santa Cruz est le futur casque de réalité virtuelle haut de gamme de Facebook / Oculus. Ce casque autonome offrira des performances similaires à celle d’un Oculus Rift, et sera même capable d’offrir de suivre la position de l’utilisateur et de ses contrôleurs à l’échelle d’une pièce grâce à des caméras embarquées.

Pour l’heure, peu de détails techniques ont été révélés au sujet du Santa Cruz. Cependant, il semble certain que cet appareil ambitieux fera entrer la VR dans une nouvelle ère. Les kits développeurs seront livrés en 2018, mais la commercialisation aura surement lieu un peu plus tard.

  • Ecran : ?
  • Processeur : ?
  • Batterie : ?
  • Stockage : ?
  • Plateforme : Oculus
  • Liberté de mouvement : ?
  • Tracking de position : Oui
  • Tracking des contrôleurs : Oui
  • Prix : ?
  • Date de sortie : 2018 (kits développeur)

oculus santa cruz
tableau vr

GUIDE D'ACHAT DES CASQUES VR AUTONOMES TOUT-EN-UN

Qu’est-ce qu’un casque de réalité virtuelle autonome ?

Les casques de réalité virtuelle proposent une expérience formidable. Ces appareils révolutionnaires permettent de s’immerger dans un monde virtuel en 3D à 360 degrés. Que ce soit pour le jeu vidéo, la création artistique, la communication ou la productivité, les cas d’usage sont multiples.

Les meilleures expériences VR sont si bluffantes qu’on en oublierait presque qu’il ne s’agit pas de la réalité. Malheureusement, après quelques minutes d’immersion, les câbles qui connectent le casque à l’ordinateur viennent nous rappeler que tout ceci n’est qu’illusion, un peu comme la laisse d’un chien tenue par le maître limite son sentiment de liberté.

À n’en point douter, les câbles constituent le principal défaut des casques de réalité virtuelle de première génération comme l’Oculus Rift, le HTC Vive ou les casques Windows Mixed Reality. Heureusement, les casques VR autonomes (standalone) seront très bientôt disponibles et remédient à ce problème.

Ces appareils d’un genre nouveau fonctionnent de manière totalement indépendante. Équipés de leurs propres processeurs, cartes graphiques, puces de stockage et batteries, ils n’ont pas besoin d’être connectés à un appareil tiers. Ainsi, ces appareils présentent non seulement l’avantage de fonctionner sans fil, mais peuvent même être transportés dans un sac à dos en toute simplicité et utilisés en extérieur.

Cette flexibilité était déjà offerte par les casques VR mobiles (pour smartphones), mais ces appareils nécessitaient d’insérer un smartphone dans un emplacement prévu à cet effet pour fonctionner. Cette procédure rébarbative pouvait rapidement s’avérer dissuasive, à tel point que de nombreux casques comme le Google Cardboard ou le Samsung Gear VR ont fini par prendre la poussière sur une étagère.

Avec les casques VR autonomes, il suffit de revêtir le casque pour se plonger dans la réalité virtuelle. Le confort d’utilisation s’en trouve donc fortement augmenté. En outre, l’utilisateur n’ayant plus besoin d’investir dans un PC ou un smartphone haut de gamme, le prix s’en trouve quant à lui largement réduit.

Bien entendu, il est pour l’instant inutile d’espérer retrouver des performances dignes d’un Oculus Rift ou d’un HTC Vive avec un casque autonome. Si vous cherchez une expérience VR ahurissante de réalisme, cette nouvelle catégorie d’appareils ne vous est donc pas destinée. En revanche, en termes d’accessibilité et de simplicité, les casques VR autonomes sont sans conteste les champions et devraient rapidement remplacer les casques VR pour smartphones.

Casques VR autonomes : quels sont les critères à prendre en compte lors du choix d’un modèle ?

Les casques VR autonomes ont tous le même principe : permettre à l’utilisateur de se plonger dans la réalité virtuelle en toute simplicité, sans avoir besoin de connecter son casque à un appareil externe. Cependant, au sein de cette nouvelle catégorie, plusieurs appareils sont disponibles et tous ne se valent pas. Il y en aura pour tous les goûts, tous les besoins et toutes les bourses. Voici donc les critères à prendre en compte lors du choix d’un casque VR autonome.

La définition de l’écran

La définition de l’écran détermine la qualité et le réalisme visuel des graphismes affichés par le casque VR autonome. Plus elle est élevée, plus les graphismes seront détaillés. Plusieurs technologies d’écran. Les casques VR autonomes sont équipés d’écrans LCD ou AMOLED. Avec des couleurs plus vibrantes et réalistes et des noirs plus profonds, l’AMOLED est souvent considéré comme supérieur au LCD.

Il faut aussi prendre en compte le taux de rafraîchissement de l’écran, qui impacte la fluidité de l’affichage. En outre, le champ de vision est important. Plus il est large, plus il se rapproche du champ de vision du regard humain. La quantité d’éléments affichés à l’écran et le réalisme s’en trouvent donc augmentés.

Le processeur

Le processeur détermine la puissance de calcul du casque VR autonome. De plus, ces appareils embarquent principalement des processeurs mobiles Snapdragon fabriqués par Qualcomm. De fait, la puce graphique (GPU) est intégrée au processeur, et celui-ci impacte donc aussi les performances graphiques.

Le processeur et la RAM déterminent donc à eux deux le niveau de performances d’un casque VR autonome. Un casque muni d’un processeur trop peu puissant ne sera pas en mesure de faire tourner les jeux les plus impressionnants dans lesquels l’action est intense. Sa puissance de calcul risque d’être insuffisante, ce qui entraînera des ralentissements ou une surchauffe.

La batterie

La capacité de batterie détermine l’autonomie du casque de réalité virtuelle. Plus elle est élevée, plus il sera possible d’utiliser le casque longtemps sans avoir à le recharger.

Il est aussi important de prendre en compte la technologie de recharge du casque VR autonome. Certaines batteries peuvent être rechargées rapidement, ce qui peut s’avérer très pratique.

La capacité de stockage

La capacité de stockage du casque VR autonome détermine la quantité de contenu qu’il est possible de stocker. Certains modèles embarquent une puce de mémoire interne, mais la plupart se contentent de proposer un port microSD.

L’utilisateur est donc libre d’acheter une carte microSD de la capacité qui convient à ses besoins. Toutefois, la capacité maximale de la carteSD que peut accueillir le casque dépend de chaque modèle.

La plateforme logicielle

Les différents casques VR autonomes fonctionnent sous différentes plateformes logicielles. En fonction des différentes plateformes, l’interface varie. Cet élément peut aussi influencer sensiblement les performances. Une plateforme mal optimisée peut affecter la fluidité de l’expérience.

Par ailleurs, chaque plateforme logicielle propose sa propre boutique d’applications. C’est la raison pour laquelle les différents casques VR ne permettent pas de télécharger et d’accéder au même contenu.

La liberté de mouvement

La liberté de mouvement détermine le nombre de directions dans lesquelles le casque VR autonome peut prendre en compte les mouvements de l’utilisateur. Elle se mesure en degrés.

Un casque offrant 3 degrés de liberté peut suivre les mouvements de tête de l’usager vers le haut et le bas, la gauche et la droite, et les mouvements de roulis vers les épaules. Un casque à 6 degrés de liberté peut également suivre les mouvements d’avant en arrière, les mouvements du corps vers le haut ou le bas, ou les déplacements de gauche à droite. Ceci permet d’augmenter le niveau d’interactivité de l’expérience VR.

Le tracking de position

Le tracking de position du casque VR autonome est la technologie qui permet de suivre la position de l’utilisateur en temps réel. Les casques d’entrée de gamme ne proposent pas cette technologie, et l’utilisateur ne peut donc pas se déplacer simultanément dans le monde réel et le monde virtuel. Il doit rester assis ou statique.

Au contraire, avec un casque haut de gamme équipé de caméras, proposant un tracking room-scale, il est possible de se déplacer simultanément dans la VR et le monde réel à l’échelle d’une pièce (voire même à l’échelle du monde entier puisque ces casques ne sont pas astreints par des câbles, mais attention aux obstacles). Ce critère est donc très important à prendre en compte.

Le tracking de contrôleurs

Là où le tracking du casque permet de suivre la position de l’utilisateur, le tracking des contrôleurs permet de suivre les mouvements de ses mains. Pour l’heure, la plupart des casques VR autonomes se contentent de contrôleurs très simples permettant uniquement de pointer des objets (un peu comme une souris).

L’absence de capteurs externes complique en effet le tracking complet des contrôleurs. Cependant, grâce à une technologie reposant sur les ultrasons, le casque Pico Neo est le premier à proposer des contrôleurs à 6 degrés de liberté de mouvement.

Le prix

Le prix est bien évidemment l’un des critères les plus importants lors du choix d’un casque VR. Plus le tarif est élevé, plus les performances seront élevées et plus les fonctionnalités seront avancées (en théorie).

En fonction de vos besoins et de vos attentes, comparez donc le prix et les caractéristiques techniques des différents modèles pour choisir celui qui vous convient.

casquesidebar
FiIFA 18 PS VR Oculus Rift HTC Vive

COMPARATIF DES CASQUES VR AUTONOMES

Nous mettons régulièrement à jour notre guide et comparatif des casques VR autonomes